jump to navigation

Actualités en bref 5 septembre 2018

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Ressources.
Tags: , , , , ,
add a comment

Nouveau bureau pour Tech In France. Début juillet à Paris, les adhérents de Tech In France (ex Afdel), qui représente les entreprises du logiciel et d’Internet opérant dans l’Hexagone, ont élu Pierre-Marie Lehucher (PDG du groupe Berger-Levrault) au poste de président et renouvelé le conseil d’administration. A sa création en 2005, l’Afdel souhaitait pallier le déficit de représentation des éditeurs en France, quelque peu négligés par le Syntec Informatique de l’époque, la chambre professionnelle lancée à l’origine par les grandes SSII. Deux ans après son changement de nom, Tech In France revendique aujourd’hui 400 membres, dont 80 % de PME et start-up, et plusieurs acteurs de l’e-achat tels Ivalua ou SynerTrade.

American Express GBT lance une plate-forme spécialisée. L’entreprise spécialisée dans les voyages professionnels annonce le lancement d’une nouvelle plate-forme de réservation et de gestion de transport terrestre. D’abord proposée en phase pilote auprès de clients en Amérique du Nord et dans la zone EMEA, cette solution offre un accès unique à des offres à prix réduits, proposées par 750 fournisseurs répartis dans plus de 2 000 villes de 18 pays, et permet aux travel managers et aux voyageurs de gagner en flexibilité et en visibilité sur les dépenses. En s’intégrant à la plate-forme globale de GBT, elle permet aussi aux entreprises de renforcer la conformité de leur politique voyages et le respect des obligations réglementaires.

Itesoft accélère le traitement des factures. Au début de l’été, à l’occasion de l’édition 2018 des Rencontres Itesoft, l’éditeur a dévoilé plusieurs évolutions de son offre. La solution Streamline for Invoices, lancée il y a moins d’un an, accueille de nouveaux modules (demande d’achat, détection de fraude) et propose l’option « copie fiable ready » permettant de supprimer l’archivage papier. Itesoft a également annoncé la mise à disposition de la Capture-as-a-service pour maximiser la performance de traitement des factures entrantes, grâce à une base mutualisée de 650 000 fournisseurs, un auto-apprentissage de la lecture et un service managé s’appuyant sur les technologies d’intelligence artificielle « les plus puissantes » en matière de gestion documentaire.

Livre blanc sur le digital aux achats. Les cabinets de conseil Crop and co et Altaris publient un livre blanc consacré à la transformation digitale de la fonction achats. Après une rapide mise en perspective (l’acheteur à l’heure du digital, historique de la digitalisation de la fonction, etc.) et un rappel des principaux enjeux, le document d’une vingtaine de pages donne une description de la couverture fonctionnelle des solutions et de l’offre du marché, avant d’entrer davantage dans le concret. Il liste notamment les facteurs clés de succès et propose une méthodologie pour conduire au mieux le projet. Bien que superficiel sur de nombreux aspects, le libre blanc devrait inciter les entreprises qui n’ont pas encore franchi le pas à se lancer.

Publicités

Actualités en bref 28 juin 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

SynerTrade lance des laboratoires d’idées. L’éditeur e-achat du groupe Econocom annonce Synerlab, un concept de « laboratoire d’idées » pour encourager la co-innovation avec ses clients. Ces derniers, à travers un « groupe de travail actif », pourront participer au développement de la plate-forme Accelerate en suggérant des pistes d’amélioration, et seront informés en avant-première des futures innovations inscrites à la roadmap. Ils pourront également partager des bonnes pratiques avec la communauté et accéderont à des informations dédiées à l’utilisation de la plate-forme : intégration avec des systèmes externes, mise à jour des questionnaires ou des grilles de sourcing, etc. Le premier laboratoire doit être lancé en Italie.

Livre blanc sur le digital et les achats indirects. L’éditeur alsacien Kimoce publie un livre blanc décryptant les « savoir-faire et savoir-être » à développer par les acheteurs indirects à l’ère de la transformation digitale des organisations. Présenté lors d’un tour de France, en collaboration avec le Conseil national des achats (CNA), l’ouvrage d’une soixantaine de pages insiste sur la nécessaire mutation du métier en « business partner », qui positionne les achats comme une fonction créatrice de valeur pour l’écosystème dans une logique d’entreprise étendue. En plus de dresser un portrait-robot du nouvel acheteur indirect, Kimoce explique que le mouvement s’accompagne également d’une (r)évolution des outils et des pratiques.

Les 100 premiers acteurs français du digital. L’édition 2017 du GSL 100, qui propose des analyses et un classement des principales entreprises de l’édition en France, compte quelques spécialistes de l’e-achat tels SynerTrade (Econocom) et Ivalua. Ce dernier s’est d’ailleurs vu attribuer le prix de la « meilleure croissance SaaS », avec une progression de 45 %. Etabli par Tech In France, PwC et le SNJV, ce palmarès inclut également plusieurs acteurs de la dématérialisation (Cegedim, Esker, Itesoft) et des ERP (Generix, Proginov, Divalto, Qualiac, etc.) couvrant en partie la gestion des achats. L’ensemble du secteur du logiciel, des services Internet et du jeu vidéo pèserait 12,2 milliards d’euros (+12 %), hors conseil et intégration.

Feu Vert accélère avec l’e-facturation. Traitant chaque année 430 000 factures pour ses 432 centres-autos répartis en Europe, en provenance de 2 200 fournisseurs, le groupe Feu Vert a choisi la dématérialisation pour automatiser ses processus et redonner de la valeur ajoutée au travail de ses équipes. Alors que la solution d’Esker se charge d’extraire les données de 240 000 factures et de les intégrer dans l’ERP, le reliquat correspond aux exemplaires encore traités par EDI ou concernant des frais généraux sans bons de commande. Selon Feu Vert, neuf factures sur dix ne nécessiteraient plus aucune intervention humaine. Le système aurait ainsi permis de réduire le cycle de 6 jours, améliorant les délais de paiement et la relation fournisseurs. Source : Acxias