jump to navigation

TRIBUNE – Créer une organisation performante basée sur les données en 4 étapes 24 octobre 2019

Posted by thparisot in Tribunes.
Tags: , , , , ,
add a comment

Edouard Beaucourt, Tableau Software

La technologie et les lacunes en matière de compétences numériques ont encore une fois dominé les discussions en début d’année, lors du Forum économique mondial de Davos. Une réunion-débat animée, intitulée « Making Digital Globalization Inclusive » (*), qui a permis aux PDG de Microsoft, HCL, Dell et Salesforce de reconnaître que le monde faisait face à une fracture numérique potentiellement dangereuse.

L’un des principaux problèmes évoqués par les participants a été le fossé qui se crée entre les vastes capacités des données du secteur privé, qui s’accroît de façon exponentielle, et l’absence de ces capacités dans les secteurs public. Quant à l’exploitation des données, la plupart des organisations, publiques et privées, ne font qu’effleurer la question. Les recherches d’IDC indiquent que jusqu’à 90% des données ne sont ni traitées ni analysées. L’un des problèmes sous-jacents est qu’avec l’information générée par chaque service, les personnes ne savent souvent pas si cela relève de leur responsabilité ou même si elles sont autorisées à utiliser ces données. Pour en tirer le meilleur parti, tous les collaborateurs doivent être en mesure de les analyser et émettre des conclusions. L’analyse efficace des données ne doit pas rester l’apanage de quelques experts hautement qualifiés.

Alors, comment les organisations peuvent-elles tirer le meilleur parti des informations dont elles disposent ?

Ne rien négliger pour mieux s’organiser

Il est important pour les entreprises de s’assurer que leurs données soient aptes à être analysées par différents acteurs. Faute d’une solution pour les rendre lisibles et déchiffrables, il devient plus difficile de comprendre leur signification et de les interpréter.

Les outils et processus de conservation de données (tels que les catalogues de données et la gouvernance sémantique) convergent maintenant vers les plates-formes de BI pour lier les données à un contexte métier. Cela aide les analystes et les utilisateurs de contenu qui doivent vérifier l’origine des données, ainsi que les ingénieurs et les gestionnaires qui étudient l’impact des modifications apportées aux ensembles de données. En fin de compte, la curation des données réglementées fournira une base plus solide pour l’ensemble du pipeline d’analyse.

L’exploitation des données, une ressource clé pour tous

Presque toutes les tâches de chaque secteur sont à présent concernées par les données. Certes, certains aspects de l’IA et de l’informatique requièrent des compétences techniques spécialisées, mais la réalité est que toutes les équipes allant du département des ressources humaines jusqu’au conseil d’administration, soient capables de comprendre et de communiquer des données sous forme d’informations.

Il semblerait que les entreprises prennent ce défi au sérieux en investissant dans la formation et en mettant l’accent sur l’apprentissage pour élargir le vivier de talents. Un changement réel et durable nécessitera des actions soutenues et des investissements concrets de la part du gouvernement et du secteur privé.

Une visualisation et un traitement analytique modulable

Nous avons tous été témoins de l’expression douloureuse qui envahit le visage d’un employé lorsqu’il est contraint de se confronter à une technologie complexe. Lorsque les systèmes sont difficiles à utiliser, la plupart des employés ne les utilisent tout simplement pas. Les entreprises ont intérêt à ce que davantage de personnes se familiarisent avec l’utilisation des données dans le cadre de leur travail quotidien. La technologie elle-même doit donc être modulable à divers champs de compétences.

Par conséquence, le traitement du langage naturel aide les ordinateurs à comprendre la signification du langage humain. Les fournisseurs de solutions de BI incorporent le langage naturel à leurs plateformes, offrant une interface en langage naturel aux visualisations. Une déclaration peut être développée et itérée, tout comme une conversation.

Lorsque les utilisateurs peuvent interagir avec une visualisation, cela permet à plus de personnes, quel que soit leur niveau de compétences, de poser des questions plus approfondies sur leurs données. À mesure que le langage naturel évolue au sein du secteur de la BI, il supprimera les obstacles à l’analyse et contribuera à transformer les lieux de travail en systèmes de libre-service pilotées par les données.

Les données au cœur de la narration

Le pouvoir de la visualisation de données est de communiquer les résultats et ainsi avoir un réel impact sur votre analyse des données. C’est une compétence essentielle pour les analystes : être en mesure de communiquer les étapes de leur analyse de façon intelligible comme une « narration de données ». À mesure que les entreprises créent une culture de l’analyse, la définition de la narration de données évolue.

Au lieu de présenter une conclusion singulière, les méthodes actuelles de narration de données mettent l’accent sur le soutien d’une conversation. Cette approche d’analyse en réseau confère au créateur du tableau de bord et au public la responsabilité de tirer une conclusion quant à ce que les données leur communiquent. Cela permet une diversité de perspectives avant de prendre une décision. La prise en charge de la narration de données amplifie l’impact potentiel sur l’entreprise, car les données sont utilisées pour engager, informer et tester les idées à l’échelle de l’entreprise.

Suivre ces étapes aidera toute entreprise à créer une culture axée sur les données, mais notre expérience nous a appris que le véritable succès ne peut provenir que d’une alliance entre une technologie de pointe et un changement culturel profond. Encourager un plus grand nombre de personnes à utiliser des outils d’analyse tout en aidant chacun à se sentir à l’aise de manipuler les données dans son travail. Une fois que les entreprises auront compris cela, elles verront que leur analyse des données génèrera beaucoup plus de valeur.

(*) Rendre la mondialisation numérique inclusive

Actualités en bref 6 octobre 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Autres, Offre, Projets.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Gérard Dahan rejoint Determine. Deux ans après avoir pris son nouveau nom, suite au rachat de B-pack, l’éditeur américain annonce l’arrivée de Gérard Dahan (60 ans, Bachelor en marketing de l’université de Paris X Nanterre) en tant que directeur marketing monde et senior-vice-président EMEA. Jusqu’alors directeur général EMEA chez Ivalua, qu’il avait rejoint en 2010, il aura pour rôle d’évangéliser le marché et d’asseoir davantage la marque, en travaillant notamment de façon plus rapprochée avec les grands cabinets d’études et les entreprises utilisatrices. Auparavant, Gérard Dahan, qui a également fait de la télévision et pratiqué le sport de haut niveau (handball), a travaillé pour Intel avant de bifurquer vers le monde de l’e-achat, chez Ariba puis BravoSolution.

Tableau fait l’acquisition de ClearGraph. L’éditeur américain Tableau Software, dont l’outil d’analyse visuelle est proposé dans le module décisionnel de différentes solutions e-achats, annonce l’acquisition de ClearGraph, une start-up spécialisée dans le traitement du langage. En intégrant cette technologie, Tableau permettra aux utilisateurs d’interroger les sources de données de la façon la plus naturelle possible, comparable à une expérience consommateur. Avant l’été, Tableau avait lancé la version 10.3 de sa solution, déjà enrichie de fonctionnalités mettant en œuvre l’intelligence artificielle, notamment le machine learning (apprentissage automatique). Cette nouvelle version propose par exemple des alertes guidées par les données et des recommandations.

Nouveau patron pour Oracle France. Oracle annonce la nomination de Gérald Karsenti (55 ans, Sciences Po et HEC Paris, université d’Oxford) à la tête de sa filiale française, au poste de Country leader. Sa principale mission sera d’accompagner les clients dans leur transition vers le cloud, un marché sur lequel l’éditeur américain revendique une croissance de 51 % de ses résultats au premier trimestre, et de dynamiser l’activité dans l’Hexagone. Pour se développer, Oracle entend mettre l’accent sur l’innovation et l’intégration de technologies de pointe comme l’intelligence artificielle, y compris dans le domaine de la gestion des achats autour de sa suite Advanced Procurement. Auparavant, Gérald Karsenti a travaillé chez HP, Capgemini ou encore IBM.

Swissport standardise son système source-to-pay. Souhaitant optimiser son système d’information achats pour améliorer les performances de la fonction, le fournisseur de services pour les compagnies aériennes et les aéroports a choisi de déployer la suite d’Ivalua, à l’échelle mondiale. Plus précisément, le projet a pour objectif de rendre plus efficace la gestion des dossiers aux différentes étapes du processus, à travers un outil unique et collaboratif. Il permettra d’automatiser l’ensemble des opérations autour de processus source-to-pay standard, en visant un meilleur alignement des pratiques sur la stratégie achats, un renforcement de la gestion de la relation fournisseurs et des contrats, ou encore une réduction des écarts entre les factures et les commandes.

Actualités en bref 12 septembre 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Ressources.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

BravoSolution acquiert Puridiom. L’éditeur italien annonce l’acquisition de Puridiom pour renforcer sa position sur le marché des solutions intégrées couvrant l’ensemble du processus source-to-pay. Mi-2015, il avait d’abord choisi d’intégrer l’offre d’un autre éditeur américain, Verian, avant de se raviser après le rachat de ce dernier par Basware. Outre sa technologie, Puridiom, fondé en 1983, apporte son expérience de plus de trente ans sur le segment du purchase-to-pay, aussi bien dans le secteur privé qu’auprès d’organisations publiques. Effective depuis début août, l’acquisition va aussi permettre à BravoSolution, déjà présent dans douze pays sur quatre continents, d’asseoir sa présence géographique, notamment aux Etats-Unis.

Le Lean aux achats. Ivalua propose un document de 13 pages sur le Lean Management et son application aux domaines des achats et de la gestion des approvisionnements. Après un rappel des enjeux, le document explique comment la méthode, longtemps circonscrite aux processus industriels, peut être mise en œuvre par les acheteurs pour maîtriser les gaspillages et limiter les pertes. Il détaille également les facteurs clés de succès d’une démarche dans ce sens. L’an dernier, le cabinet de conseil Acxias avait consacré deux séances de ses « 20 mn de l’e-achat » au même sujet : l’une consacrée aux fondamentaux du Lean Procurement, l’autre à un exemple concret d’application à un projet d’e-procurement.

Lancement d’une nouvelle version de Tableau. Tableau Software annonce la sortie de la version 10 de sa solution d’analyse visuelle, proposée dans le module décisionnel de différentes solutions e-achats. Cette nouvelle version propose une interface entièrement repensée, qui renforce la lisibilité et le graphisme des présentations, ainsi que des améliorations en termes d’analyse et de préparation des données : jointures et filtrage entre bases de données, planificateur d’actualisation, surligneur, etc. Tableau 10 offre en outre une meilleure gestion de la mobilité, avec un nouveau générateur de format pour adapter les visuels à la taille des terminaux et des capacités renforcées pour garantir la sécurité des données accessibles en mode nomade. Source : Acxias

Exiros modernise ses outils achats. Exiros, le centre de services partagés en charge de la gestion des processus achats des six entreprises du groupe argentin Techint, a choisi de déployer la solution Ivalua dans le cadre d’un projet mondial de transformation métier. Ses anciens systèmes, trop complexes à utiliser et limités en termes de capacité de traitement, ne répondaient plus aux besoins et étaient devenus coûteux à maintenir. Le projet, qui impactera 20 000 utilisateurs, englobe les problématiques de référencement des 36 000 fournisseurs et des donnés associées, la gestion des catalogues et des articles, le sourcing stratégique, l’analyse des dépenses, la gestion de la performance et des risques, ainsi que les plans des progrès. Source : Acxias

Actualités en bref 6 mai 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Le collaboratif aux achats a la cote. Les entreprises investissent dans des solutions e-achats de plus en plus collaboratives, à en croire la dernière édition de l’étude annuelle mondiale réalisée par le cabinet Deloitte, en collaboration avec Odgers Berndtson. En particulier, le déploiement d’un portail fournisseurs arrive en tête des projets actuels, cité par près de deux tiers des 239 répondants. Au cours des douze prochains mois, alors que plus de la moitié (53 %) du panel reconnait que les systèmes en place doivent être améliorés, les efforts porteront en priorité sur l’analyse des dépenses (46 % de citations), la gestion des contrats (40 %) et de la relation fournisseurs (39 %). L’intégration et la qualité des données sont les principales difficultés mentionnées.

Basware s’offre le britannique Procserve. L’éditeur finlandais de solutions d’e-procurement et de facturation électronique annonce la signature d’un accord avec Ipex Capital portant sur l’acquisition du britannique Procserve, pour un montant de 25,9 millions d’euros. Alors que la place de marché du gouvernement du Royaume-Uni s’appuie sur le réseau de Procserve depuis sa création, en 2006, Basware entend ainsi renforcer sa présence dans le secteur public britannique. D’ici à 2016, les administrations et les organismes publics du Royaume-Uni devront avoir mis en place l’e-facturation, pour mieux contrôler les opérations mais aussi réduire les délais et les coûts de traitement. Source : Acxias

BCLC passe ses contrats sous Ivalua. Pour améliorer la visibilité sur ses contrats et en optimiser le pilotage à travers une plate-forme unique et intégrée, l’entreprise publique canadienne British Columbia Lottery Corporation (BCLC) a opté pour Ivalua Buyer. Le module de gestion des contrats, qui remplacera les applications existantes en garantissant la compatibilité des données avec l’ERP, permettra notamment de renforcer les capacités de travail en mode collaboratif en gérant les accès et les droits des utilisateurs selon plusieurs niveaux d’autorisation. L’outil doit aussi conduire à la rationalisation du processus d’approbation, alors que BCLC achète chaque année des biens et des services auprès de plus de 1 200 fournisseurs. Source : Acxias

Nouvelle version majeure pour Tableau. Tableau Software annonce la sortie d’une nouvelle version majeure de sa solution d’analyse visuelle, de plus en plus présente dans les systèmes décisionnels des achats, au même titre que les outils de Qlik ou Tibco. Disponible depuis 4 mois en version bêta, Tableau 9.0 apporte de nombreuses nouveautés fonctionnelles, notamment en termes de préparation des données (qualification, transformation, etc.) et d’analyses (prévisions, courbes de tendance, champs calculés, etc.). Les performances de la solution ont également progressé, grâce à des technologies de parallélisation et de fusion de requêtes, de vectorisation ou à des caches plus sophistiqués. La liste des connecteurs aux bases s’est aussi agrandie. Source : Acxias