jump to navigation

Actualités en bref 5 décembre 2018

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

VM Building Solutions change son procure-to-pay. Suite à la modification de son actionnariat, le groupe français spécialisé dans les produits pour la toiture et l’enveloppe du bâtiment, a adopté la solution procure-to-pay de Determine pour l’ensemble de ses commandes d’achats directs et indirects. Interfacée à SAP, la solution apporte une plate-forme unique qui facilite la réconciliation comptable et donne une visibilité sur l’ensemble du processus. Elle optimise aussi la gestion de la relation fournisseurs, pour suivre notamment leur performance à travers des tableaux de bord préconfigurés et des indicateurs personnalisés. À terme, plus de 20 000 commandes seront passées sur l’outil chaque année par plus de 200 utilisateurs.

Flunch optimise son pilotage budgétaire. La chaîne française de restauration en libre service, du groupe Agapes, a déployé un nouveau système pour centraliser ses budgets, fiabiliser les investissements et assurer un suivi à partir de tableaux de bord et d’indicateurs. Initialement sélectionnée pour la gestion des achats d’équipements et de prestations, la solution de l’éditeur alsacien Kimoce, récemment racheté par le Groupe Emplio, est devenue le « référentiel des dépenses » qui optimise la gestion des achats et des investissements d’exploitation des 265 restaurants Flunch. Grâce à la version v6, l’enseigne dispose d’une vision globale et fiable des dépenses liées au développement de son réseau, avec un meilleur pilotage de sa performance.

Six leaders en analyse des dépenses. Selon la dernière étude du cabinet Spend Matters, combinant les scores attribués par les entreprises utilisatrices et les analystes, six éditeurs occuperaient les avant-postes en termes de fonctionnalités avancées d’analyse des dépenses (spend analytics) : Anadata Solutions, Ivalua, Jaggaer (solution Jaggaer Indirect), Sievo, Simfoni et SpendHQ. Si Determine et SynerTrade parviennent à limiter les dégâts, le positionnement de Zycus et de Jaggaer (solution Jaggaer Advantage, héritée de BravoSolution) déçoivent, particulièrement mal notés par leurs clients. A l’inverse, malgré un score moyen de la part des analystes, SAP Ariba s’en sort honorablement grâce à de bons retours du terrain.

SAP met la main sur Contextor. L’éditeur allemand annonce le rachat de Contextor, l’un des tout premiers éditeurs français sur le marché des outils de Robotic process automation (RPA), pour enrichir son portefeuille de solutions d’intelligence artificielle (IA) Leonardo Machine Learning. Fondé en 2000 et basé à Orsay, Contextor est le deuxième éditeur français du secteur de l’IA acquis par SAP cette année après la start-up Recast.AI, issue du campus parisien Station F et spécialisée dans la mise au point de robots conversationnels (Chatbot). Il aurait déjà déployé plus de 100 000 robots logiciels chez ses clients pour automatiser des processus métiers, notamment sur la chaîne achats-approvisionnement-finances. Source : Acxias

Publicités

Actualités en bref 25 septembre 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Ressources.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Le Groupe Châtel passe à l’e-facturation. Pour optimiser sa comptabilité, gagner en efficacité et améliorer le suivi des opérations, la société de transport et logistique a opté pour la dématérialisation de ses 20 000 factures fournisseurs annuelles. Auparavant, les traitements s’effectuaient manuellement, après récupération des flux de documents en provenance des dix sociétés du groupe réparties sur sept sites. En choisissant la solution d’Esker, interfacée à l’ERP Cegid, le Groupe Châtel a pu accélérer le traitement des factures, avec notamment un gain de temps dans le circuit validation qui compte une cinquantaine d’intervenants et 4 à 6 niveaux d’approbation, sécuriser le processus grâce à une meilleure traçabilité et mieux gérer ses mouvements de trésorerie.

Les 100 éditeurs à connaître ou à suivre. Le site Spend Matters vient de publier ses 50 « to Know » et « to Watch », deux listes d’éditeurs que les décideurs métiers devraient connaître et suivre en 2017-2018. Plutôt complets, ces index non classés font toutefois une large place aux sociétés anglo-saxonnes et oublient à l’inverse nombre d’outsiders. Parmi les absents français figurent notamment Groupe Achats, Oalia, Orgasoftware, Oxalys Technologies ou Per Angusta. De même, aux côtés d’Oracle et SAP, des généralistes comme Kimoce, Microsoft ou Qualiac auraient mérités d’être référencés. En termes de roadmap, Spend Matters souligne la percée des technologies disruptives, telles l’intelligence artificielle ou la blockchain. Source : Acxias

Proactis finalise l’acquisition de Perfect Commerce. Un mois après l’annonce préliminaire, Proactis vient de finaliser le rachat de Perfect Commerce, suite à l’approbation de l’opération par leurs actionnaires respectifs et les autorités de contrôle. Siégeant à Londres, le nouvel ensemble compte environ 450 collaborateurs, au service de plus de 1 000 entreprises dans une centaine de pays, pour un chiffre d’affaires dépassant les 50 millions de livres (55 millions d’euros). Le rapprochement des deux portefeuilles applicatifs permettra d’offrir une solution complète source-to-pay adossée à un business network de plus de 2 millions de fournisseurs. Avec ce rachat, Proactis entend doper ses activités en Amérique du Nord, en Asie et à travers toute l’Europe. Source : Acxias

Livre blanc sur les données de voyages. L’Association française des travel managers (AFTM) publie un livre blanc traitant de l’importance de la donnée dans le cadre de la gestion des déplacements professionnels. Recueillies au fil du processus, de l’expression de la demande au retour du collaborateur, « ces données constituent une richesse qui permet d’étudier l’efficacité des outils et de mesurer la conformité aux différentes procédures internes, dont la politique voyage », rappelle le document édité sous forme de fiches pratiques. L’enjeu serait double : disposer d’informations normées, compréhensibles et répondant aux clés de lecture établies par l’entreprise, d’une part, travailler à leur raffinage et leur enrichissement en continu, d’autre part. Source : Acxias

Actualités en bref 20 août 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Spend Matters liste les éditeurs clés. Le site d’information sur le marché des solutions e-achats vient de publier ses « 50 to Know » et ses « 50 to Watch« , deux listes d’éditeurs que les décideurs métiers devraient connaître et suivre en 2015-2016. Plutôt complets, ces index non classés offrent toutefois une large place aux sociétés anglo-saxonnes et oublient à l’inverse des acteurs très présents dans l’Hexagone. Parmi les absents figurent notamment B-Pack, qui vient d’intégrer le groupe Selectica, Perfect Commerce et SynerTrade, mais aussi des spécialistes plus modestes comme Oalia ou Oxalys Technologies. De même, aux côtés d’Oracle ou SAP, des éditeurs multilogiciels (dont ERP) comme Microsoft et Qualiac auraient mérités d’être référencés.

La difficile collecte des données fournisseurs. Dans une récente enquête de SharedServicelink et Tradeshift, menée auprès d’une centaine de responsables issus des fonctions finances, achats et comptabilité, près de la moitié (45 %) des acheteurs intéressés par la co-innovation avec leurs fournisseurs avouent qu’ils n’ont aucune donnée pour un tiers de leur panel. Par ailleurs, ceux qui ont essayé d’automatiser la collecte d’informations à travers un portail collaboratif rencontreraient des difficultés pour affilier leurs fournisseurs et les amener à interagir à travers le dispositif. Ces derniers percevraient la proposition comme une contrainte, coûteuse en temps et sans valeur ajoutée à leur niveau. Source : Acxias

Arnauld Batillat rejoint B-pack. Après plusieurs expériences dans le monde de l’édition de logiciel, Arnauld Batillat (48 ans, université Paris I) rejoint B-pack au poste de directeur des ventes. Cette nomination intervient dans le contexte de l’acquisition de l’éditeur par l’américain Selectica, qui entend ainsi renforcer sa présence sur le marché de l’e-achat : en poids et en couverture géographique, d’abord, mais aussi en termes d’offre. L’objectif est de proposer « une solution globale et transverse de type source-to-pay » associant les logiciels des deux sociétés, ainsi que ceux de Iasta, absorbé mi 2014. Dans le domaine spécifique des solutions e-achats, Arnauld Batillat a auparavant travaillé chez Zycus, Hubwoo et Capgemini-IBX.

Nouveau guide juridique de la dématérialisation. La Fédération des tiers de confiance (FNTC) vient de mettre à jour son vade-mecum juridique de la dématérialisation des documents, disponible en version papier et téléchargeable gratuitement sur son site. D’une centaine de pages, ce guide élaboré par le cabinet d’avocats Caprioli & Associés aborde les questions d’ordre réglementaire et jurisprudentiel que se posent les acteurs et utilisateurs du marché du numérique, en particulier pour la dématérialisation des factures et des divers documents intervenant dans le processus achats. Outre les enjeux dans les sphères privée et publique, l’édition 2015 détaille le nouveau règlement européen eIDAS sur l’identification et les services de confiance. Source : Acxias

Actualités en bref 23 mars 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Les achats s’intéressent au big data. Dans une récente étude réalisée par Accenture auprès de 1 000 cadres travaillant dans les fonctions logistiques, achats et informatiques de très grandes entreprises, 97 % des répondants reconnaissent le bénéfice de cette technologie décisionnelle montante dans leur domaine. Pour la fonction achats-approvisionnements, qu’il s’agisse d’analyser plus précisément les dépenses, d’affiner le sourcing, de renforcer la mesure de la performance, d’optimiser la relation fournisseurs ou de mieux maîtriser les risques, les champs d’application sont nombreux. Pour autant, seuls 17 % des participants à l’étude déclarent avoir implémenté une solution ad hoc.

Livre blanc sur le sourcing fournisseurs. Le cabinet de conseil Spend Matters publie, en partenariat avec LiveSource (suite e-achats de MFG.com) un livre blanc consacré à la gestion du référencement, de la conformité et du risque fournisseurs. Premier volet d’une série de trois, le document d’une douzaine de pages décrit notamment les meilleures pratiques de qualification, les actions propres aux fournisseurs critiques, l’utilisation de la matrice de Kraljic ou encore les principales étapes pour analyser les compétences et les capacités de la chaîne d’approvisionnement. En préambule, les auteurs rappellent que, d’après Shared Services, le contrôle insuffisant des fournisseurs coûte plus de 1,6 milliard de dollars par an aux entreprises.

Esker étend ses fonctionnalités de pilotage. Un an après avoir ajouté une solution de gestion des commandes d’achats à son offre, l’éditeur lyonnais spécialisé en gestion documentaire et en dématérialisation a profité du salon Documation-MIS pour lancer de nouveaux tableaux de bord personnalisables et collaboratifs. Destinés aux opérationnels et aux managers, ces outils de pilotage permettent un suivi complet et en temps réel des opérations, sur la base d’une dizaine d’indicateurs (nouvelles commandes à valider, litiges, etc.) par processus métiers, présentés à travers des interfaces graphiques et simplifiées. Parallèlement, Esker a annoncé un chiffre d’affaires de 46,1 millions d’euros pour 2014, en hausse de 12 %. Source : Acxias

Per Angusta partenaire de Rosslyn. L’éditeur lyonnais spécialisé dans le pilotage des achats a passé un accord avec l’anglais Rosslyn Analytics pour exploiter ses outils de nettoyage et de catégorisation des données sur les dépenses. Ils complèteront les six modules de sa solution éponyme : planning des négociations, analyse des gains, gestion des contrats, exploitation des données sur les dépenses, mesure de la performance financière des achats, tableaux de bord. Pour développer son portefeuille de clients, qui représente actuellement 250 utilisateurs dans 30 pays avec des références comme Adecco, Aldes, Capio ou le CHU de Montpellier, Per Angusta entend renforcer ses partenariats avec des cabinets de conseil. Source : Acxias