jump to navigation

La digitalisation, au coeur de la stratégie et des bonnes pratiques achats 30 septembre 2017

Posted by thparisot in Actualités, Ressources.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

La troisième édition de la Conférence des Achats Indirects, organisée par Acxias et Ressource Consulting, avec le soutien de sept partenaires, a réuni plus de 150 personnes le 27 juin dernier à Paris. Plénière, tables rondes, et ateliers ont permis à chacun de s’enrichir des bonnes pratiques de la douzaine d’experts et responsables achats venus témoigner, après une introduction de Gilles Babinet dédiée à la transformation digitale et son impact sur les processus productifs.

Souvent considérés comme non critiques ou stratégiques, les achats indirects n’en constituent pas moins un important levier de performance pour les entreprises. Leur mise sous contrôle permettrait de réduire de près de 50 % les achats sauvages associés, avec des gisements d’économie de l’ordre de 5 %, pouvant atteindre 15 % sur certains segments. Sans s’étendre sur ces considérations métiers lors de leur mot d’accueil, Bertrand Gabriel, directeur d’Acxias, et Arnaud Perrin, directeur associé de Ressource Consulting, les deux cabinets co-organisateurs de la journée, se sont rapidement effacés pour faire place à Gilles Babinet, attendu par les quelque 150 personnes venues assister à la conférence. Pendant plus d’une heure, et avant un flot de questions témoignant de l’intérêt de l’auditoire pour le sujet, le « Digital Champion » pour la France auprès de la Commission européenne est revenu sur les moteurs de la transformation digitale qui bouleverse actuellement les organisations, et son impact sur leurs processus productifs. En particulier aux achats.

Selon lui, trois facteurs seraient à l’origine de cette transformation : l’augmentation de la puissance machine selon la prédiction de Moore, le potentiel de la multitude (contribution collaborative), la révolution de la donnée (volume, vélocité, variété). « L’une des conséquences, induite par la disponibilité de l’information et la capacité à en rendre le coût (stockage, traitement, etc.) marginal, s’exprime dans les modèles organisationnels, avec comme objectif de s’adapter aux nouveaux cycles d’innovation et d’intégrer des technologies désormais orientées client », a-t-il exposé. « L’organisation autour de plateforme en mode cloud, pour faciliter la mutualisation des données et automatiser les relations entre les interlocuteurs, en brisant la logique de silo, devient fondamentale ».

(…)

> Article intégral disponible via le site de la Conférence, édition 2017

Publicités

Les achats, moteur de la transformation 5 mai 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
1 comment so far

La matinale organisée fin mars par le Conseil national des achats (CDAF) a permis aux intervenants d’expliquer l’impact des solutions technologiques dans la transformation des organisations. Amenées à informatiser davantage leurs processus, en particulier pour collaborer plus efficacement avec l’extérieur, les directions des achats ont un rôle à jouer dans le mouvement de digitalisation transverse.

Deux ans après le succès de la première édition, le CDAF avait choisi de renouveler, vendredi 24 mars, son événement consacré à la performance de la fonction achats à travers ses outils. Avec quelque 730 inscrits (deux tiers achats, un tiers direction financière), la conférence se tenait cette fois en matinée, sur une thématique élargie à la transformation de la fonction et au rôle des équipes achats dans la digitalisation transverse des organisations. Après une introduction rappelant les enjeux et les attentes métiers, les intervenants de la première table ronde ont fait le point sur les meilleures pratiques d’efficience et d’innovation aux achats.

« Depuis dix ans, la numérisation et la dématérialisation sont au cœur de l’évolution de la fonction, en particulier sur la partie facturation », a d’abord rappelé Joël Aznar, président du groupe d’étude et de benchmark du CDAF consacré au SI achats, par ailleurs en charge de la gouvernance des master data de la fonction achats chez Schneider Electric. « Aujourd’hui, nous assistons à une digitalisation complète, qui s’étend à toute l’entreprise, avec des enjeux en termes de processus, de technologies, de données et de compétences ». Dans ce contexte, les achats doivent non seulement s’appuyer davantage sur les nouveaux outils numériques mais aussi être à même d’accompagner le mouvement de manière transverse. « L’accélération que nous appliquons à nos clients, avec de nouveaux outils et des services en ligne, nous devons l’étendre à nos fournisseurs », a illustré Maxime Genestrier, secrétaire général du Groupe Crédit Agricole, en charge du suivi des dépenses, de la mesure des risques et du déploiement des SI achats et procurement.

(…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, avril 2017

La blockchain, nouveau maillon de la chaîne achats ? 6 janvier 2017

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , , ,
add a comment

Appels d’offres, contractualisation, passation des commandes, approvisionnements, paiements… Qu’il s’agisse d’automatiser ou de sécuriser les transactions, les domaines d’application potentiels de la blockchain aux achats semblent nombreux. Si les projets opérationnels restent rares, les systèmes d’information métiers doivent se préparer à intégrer cette technologie prometteuse. Dans cette perspective, Acxias a récemment initié un programme de veille sur le sujet et prévoit un premier prototype en 2017.

BLOCK CHAIN with red link on box background 3D illustrationSi elles n’en mesurent pas encore totalement les impacts, les directions des achats commencent à s’intéresser à la blockchain. C’est en tout cas ce qui transparait lorsqu’on les interroge sur le sujet. « Je suis très enthousiasmé par le principe même de cette technologie », assure ainsi Pascal Pelon, directeur des achats d’Axa France. « Si je n’ai pas encore repéré de solution facile à mettre en œuvre et qui respecte nos règles internes, notamment pour le paiement en euros, je reste en veille active sur le sujet ». Même position pour Joël Aznar, en charge de la gouvernance des données achats chez Schneider Electric, avec toutefois davantage de réserve : « cela fait partie des sujets que je suis, dans le cadre de mon travail de veille technologique, explique-t-il. Mais avant de lancer un projet, j’attendrai que les éditeurs métiers franchissent le pas, s’il y a un vrai potentiel à la clé ».

Rejetant l’idée d’un « buzzword » marketing, la plupart des principaux éditeurs e-achats seraient justement en train de se positionner. Ivalua, SAP Ariba et SynerTrade l’assurent en tout cas. Determine aussi, qui a d’ailleurs fait intervenir Claire Balva, cofondatrice de Blockchain France, lors de la récente présentation de sa suite intégrée. L’éditeur explique étudier le sujet depuis déjà plusieurs années, avec quelques-uns de ses clients du secteur financier notamment. « Pour l’instant, nous n’en sommes qu’à des considérations d’architectures et de choix de technologies, précise Julien Nadaud, son directeur produit. Mais deux applications nous intéressent, autour de la sécurisation des transactions acheteurs-fournisseurs, principalement les commandes envoyées, et des contrats ». (…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, décembre 2016

Gestion des données : Le casse-tête du référentiel fournisseurs 31 mars 2014

Posted by thparisot in Enquêtes, Pilotage de la performance, Référentiels, Relation fournisseurs.
Tags: , , , ,
add a comment

Pivot de l’analyse des dépenses et de la mesure de la performance, les référentiels jouent un rôle clé en matière d’informatique décisionnelle aux achats. Mais leur mise en place est loin d’être triviale. Les grands donneurs d’ordres rencontrent en particulier des difficultés avec les données fournisseurs, issues de sources multiples et exploitées de façon transverse dans l’entreprise.

Joël Aznar, Schneider Electric : « Le référentiel fournisseurs est très mouvant, et sa maintenance compliquée »

Shirley Ligneul, groupe TF1 : « C’est souvent par les données que les SI achats pèchent »

Christophe Dumond, Geodis : « La qualité est gérée en interne, à l’aide d’outils spécialisés »

> Article publié dans La Lettre des Achats, mars 2014

Performance e-achat : La satisfaction des utilisateurs en question(s) 31 août 2010

Posted by thparisot in Enquêtes, Gestion de projet, Gestion des équipes, Organisation.
Tags: , , , , ,
add a comment

Lors du déploiement d’un outil d’e-achat, mais surtout durant les mois et les années de son exploitation, les entreprises ont intérêt à vérifier qu’il répond toujours aux besoins. Pour cela, sonder les utilisateurs est une opération indispensable, pour laquelle il existe différents outils et méthodes.

Nathalie Paillon, Eiffage Construction :  » Nous privilégions le dialogue au quotidien  »

Groupe La Poste : Une écoute continue et des enquêtes annuelles

Bertrand Maltaverne, Schneider Electric :  » Un moyen d’anticiper un problème ou d’en identifier les causes  »

Les étapes d’une enquête de satisfaction (schéma)

LDA n°186

Collaboratif : Le PLM fait entrer les achats au bureau d’études 31 décembre 2008

Posted by thparisot in Enquêtes, Organisation, Référentiels.
Tags: , , , , ,
add a comment

Les logiciels de gestion du cycle de vie du produit ne se cantonnent plus aux fonctions techniques, mais se répandent dans toute l’entreprise. L’accès aux nomenclatures et autres plans par les achats, dès la phase de définition, permet d’apporter plus de rigueur, de réduire les délais et de raisonner très tôt en coût complet.

Rodolphe Pichereau, Schneider Electric :  » Une expression plus rigoureuse des besoins  »

Rémi Renoux, Neopost :  » Un gain de temps considérable  »

LDA n°168