jump to navigation

Actualités en bref 6 octobre 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Autres, Offre, Projets.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Gérard Dahan rejoint Determine. Deux ans après avoir pris son nouveau nom, suite au rachat de B-pack, l’éditeur américain annonce l’arrivée de Gérard Dahan (60 ans, Bachelor en marketing de l’université de Paris X Nanterre) en tant que directeur marketing monde et senior-vice-président EMEA. Jusqu’alors directeur général EMEA chez Ivalua, qu’il avait rejoint en 2010, il aura pour rôle d’évangéliser le marché et d’asseoir davantage la marque, en travaillant notamment de façon plus rapprochée avec les grands cabinets d’études et les entreprises utilisatrices. Auparavant, Gérard Dahan, qui a également fait de la télévision et pratiqué le sport de haut niveau (handball), a travaillé pour Intel avant de bifurquer vers le monde de l’e-achat, chez Ariba puis BravoSolution.

Tableau fait l’acquisition de ClearGraph. L’éditeur américain Tableau Software, dont l’outil d’analyse visuelle est proposé dans le module décisionnel de différentes solutions e-achats, annonce l’acquisition de ClearGraph, une start-up spécialisée dans le traitement du langage. En intégrant cette technologie, Tableau permettra aux utilisateurs d’interroger les sources de données de la façon la plus naturelle possible, comparable à une expérience consommateur. Avant l’été, Tableau avait lancé la version 10.3 de sa solution, déjà enrichie de fonctionnalités mettant en œuvre l’intelligence artificielle, notamment le machine learning (apprentissage automatique). Cette nouvelle version propose par exemple des alertes guidées par les données et des recommandations.

Nouveau patron pour Oracle France. Oracle annonce la nomination de Gérald Karsenti (55 ans, Sciences Po et HEC Paris, université d’Oxford) à la tête de sa filiale française, au poste de Country leader. Sa principale mission sera d’accompagner les clients dans leur transition vers le cloud, un marché sur lequel l’éditeur américain revendique une croissance de 51 % de ses résultats au premier trimestre, et de dynamiser l’activité dans l’Hexagone. Pour se développer, Oracle entend mettre l’accent sur l’innovation et l’intégration de technologies de pointe comme l’intelligence artificielle, y compris dans le domaine de la gestion des achats autour de sa suite Advanced Procurement. Auparavant, Gérald Karsenti a travaillé chez HP, Capgemini ou encore IBM.

Swissport standardise son système source-to-pay. Souhaitant optimiser son système d’information achats pour améliorer les performances de la fonction, le fournisseur de services pour les compagnies aériennes et les aéroports a choisi de déployer la suite d’Ivalua, à l’échelle mondiale. Plus précisément, le projet a pour objectif de rendre plus efficace la gestion des dossiers aux différentes étapes du processus, à travers un outil unique et collaboratif. Il permettra d’automatiser l’ensemble des opérations autour de processus source-to-pay standard, en visant un meilleur alignement des pratiques sur la stratégie achats, un renforcement de la gestion de la relation fournisseurs et des contrats, ou encore une réduction des écarts entre les factures et les commandes.

Publicités

SALON – Un engouement tout en retenue 9 octobre 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Si l’informatisation de leur fonction achats est devenue une urgence pour nombre d’entreprises, les déploiements se font à pas comptés, en mesurant précisément les enjeux et les gains à attendre. C’est en tout cas la conclusion de la conférence inaugurale du salon Solutions e-achats, qui s’est tenu du 6 au 8 octobre à Paris.

20151006_142639 - recadree« C’est la demande qui crée les conditions du marché, et les clients qui orientent les choix de développement ». Lors de la table ronde d’ouverture du salon Solutions e-achats, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, Gérard Dahan a d’emblée tenu a préciser les choses. Pour le directeur général EMEA d’Ivalua, « si engouement il y a des organisations achats pour les outils logiciels, les éditeurs n’y sont pour rien ! ». Pour rien ? Peut-être pas tout à fait. Depuis quelques années, leurs équipes de R&D redoublent en effet d’efforts pour adapter les produits aux attentes fonctionnelles et à l’évolution des modes d’utilisation. « Le Saas, en diminuant les coûts de possession et d’utilisation, a déclenché une nouvelle vague de projets », a expliqué Patrick Chabannes, en charge de la stratégie produits et des ventes chez B-Pack-Selectica, suivi dans son analyse par Patrick de Coucy. « Les entreprises comprennent les enjeux et savent mieux formuler leurs exigences vis-à-vis des solutions délivrées en mode hébergé », a assuré le directeur général de BravoSolution en France, qui voit aussi arriver une nouvelle clientèle : les grands groupes de secteurs jusqu’ici retardataires, comme la banque-assurances, et les ETI.

Pour Gérard Dahan, l’accélération du marché s’explique également par le niveau de maturité atteint. « Quelques années après s’être équipées, les entreprises ont des éléments de contexte qui leur permettent d’avoir du recul, constate-t-il. Beaucoup découvrent que les solutions qu’elles ont acquises ne sont qu’en partie déployées, que leurs objectifs ne sont pas atteints ». Et souhaitent donc relancer leur chantier, en optant le plus souvent pour une suite e-achat complète afin de maximiser les gains. Les progrès des solutions en termes d’ergonomie stimuleraient aussi le marché, en facilitant l’acceptation par les utilisateurs et leur implication dans les chantiers. « Nous ne sommes pas encore dans la logique des réseaux sociaux, mais nos outils se rapprochent des plates-formes B2C et des environnement Google-like », estime Patrick de Coucy. Seulement, les entreprises ont compris qu’un projet e-achat n’est pas qu’une question d’adoption d’une solution. Il faut parallèlement adapter les processus, voire changer l’organisation et mettre en place de nouvelles méthodes. Du coup, acquiesce Gérard Dahan, « on constate de vrais changements dans l’attitude des organisations achats : après avoir scruté le marché et sélectionné quatre ou cinq éditeurs, elles prennent désormais leur temps pour réaliser un POC avec généralement deux solutions afin de vérifier les fonctionnalités, les capacités en matière de sécurité, de performance ou d’interfaçage avec le système d’information ». Les projets s’en trouvent allongés, avec des délais de prise de décision qui s’étalent parfois sur des mois.

ETUDE – New deal sur le marché des outils de sourcing 13 février 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Dans la version 2015 de son rapport sur les suites de sourcing, le cabinet d’études américain Gartner dresse une photographie resserrée des acteurs les plus actifs sur ce marché. Compte tenu des stratégies et des innovations de chacun, les leaders se comptent désormais sur les doigts d’une main.

La dernière analyse de Gartner consacrée au marché des suites de « strategic sourcing » a fait l’effet d’une petite bombe. Un an et demi après la précédente édition, le nouveau Magic Quadrant repositionne totalement les acteurs, avec quelques belles surprises mais surtout des rétrogradations aussi spectaculaires qu’étonnantes. Résultat : de grands sourires d’un côté, des grincements de dents de l’autre. Il faut dire que ce marché, qui cible les solutions couvrant à minima l’analyse des dépenses, l’e-sourcing, la gestion des contrats et le pilotage du panel fournisseurs, représente un enjeu majeur. A 1,1 milliard de dollars en 2014 selon Magic Quadrant, Gartner, Strategic Sourcing - 02-2015Gartner, il devrait connaître un taux de croissance annuelle moyen de l’ordre de 8 % jusqu’en 2018 pour atteindre 1,5 milliard de dollars.

Pour le panorama façon « New Deal » proposé cette année, Gartner a resserré son spectre d’analyse en positionnant seulement 14 acteurs (voir schéma ci-contre, cliquer pour agrandir), contre plus du double (29 acteurs) en 2013. Si l’éviction de nombreuses petites sociétés apporte de la clarté, certaines absences s’expliquent difficilement. Parmi les éditeurs présents sur le marché français, MFG.com et sa suite LiveSource, mais aussi Perfect Commerce ou Pool4Tool sortent du radar. Du côté des bonnes surprises, Ivalua est le principal gagnant, grâce à l’enrichissement de sa suite Buyer (innovations fonctionnelles, modèle SaaS, etc.) et à sa stratégie d’internationalisation, notamment aux États-Unis. Après être passé du statut de « Niche Player » à celui de « Challenger » en 2013, il rejoint le carré des « Leaders », aux côtés d’Ariba (SAP), de BravoSolution et de Zycus. « La progression régulière d’Ivalua depuis 2010 est une indication forte de la qualité et de l’excellence de notre solution », se délecte Gérard Dahan, son directeur général EMEA.

(suite…)

SALON – Les outils au service de la performance 10 octobre 2014

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

L’amélioration de la performance achats suppose un suivi régulier difficile à assurer sans outils informatiques. Une table ronde sur le sujet, qui s’est tenue début octobre dans le cadre du salon Solutions e-Achats, a permis de faire le point sur la problématique.

Salon e-Achats, Logo- recadré - 09-2014Les outils d’e-achat permettent non seulement d’augmenter la performance des équipes, mais aussi de la mesurer. Et, si possible, de mettre en place un plan d’amélioration continue. Encore faut-il savoir de quoi l’on parle, ont précisé, d’entrée, les intervenants invités à débattre sur le sujet. Sachant, comme l’a indiqué Anne-Marie Guillemoteau, présidente du cabinet de conseil Effixens, que « tout dépend du contexte de l’entreprise et de ses objectifs ». Objectifs qui peuvent aussi varier en fonction du rattachement hiérarchique de la direction des achats ou des nouveaux enjeux, par exemple en termes de développement durable, d’innovation, etc.

Si la réduction des coûts reste souvent une priorité à court terme, sous la pression du contrôle de gestion, la valeur ajoutée pour la stratégie globale de l’entreprise entre de plus en en plus en ligne de compte dans l’évaluation de la performance de la direction des achats. « La réflexion s’inscrit désormais dans la durée, avec un raisonnement moins court-termiste et beaucoup plus tourné vers l’avenir », constate ainsi Maurice Hamoir, business developer chez BravoSolution, qui a auparavant travaillé au sein l’entité d’IBM en charge de prestations d’achats externalisés. « La qualité de service, interne et externe, l’agilité ou la capacité des acheteurs à agir rapidement dans le cadre d’une vision globale sont remontées en tête des critères d’évaluation », a effectivement témoigné Sylvie Noël, directrice des achats du groupe Covéa (Maaf, MMA, GMF), utilisateur de la suite Ivalua Buyer.

(suite…)

ACTU – Ivalua plus en forme que jamais 4 juillet 2014

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités.
Tags: , , ,
add a comment

En 2013, l’éditeur e-achat français créé en 2000 a enregistré la plus forte croissance de son histoire, après l’excellent exercice déjà réalisé en 2012. Avec le renforcement de sa présence à l’international et la multiplication des contrats, la dynamique devrait se poursuivre.

Avec un chiffre d’affaires 2013 supérieur à 13 millions d’euros, en progression de plus de 50% sur un an, Ivalua confirme son positionnement parmi les leaders mondiaux du marché des solutions e-achat. Sa force ? D’abord sa suite métier Buyer, qui répond aux attentes du marché sur la chaîne source to pay et s’enrichit sans cesse de nouvelles fonctionnalités. Mais Ivalua bénéficie aussi d’une présence géographique de plus en plus étendue, facilitant le déploiement de projets à l’international.

Dans la foulée du lancement d’un bureau en Italie à la fin de 2013, après les Etats-Unis et l’Allemagne, l’éditeur annonce ainsi le démarrage de ses activités au Canada et en Angleterre. « Ces marchés ont très vite montré un intérêt pour notre outil, explique David Khuat-Duy, son président. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre en place des équipes sur place, chargées de développer notre présence localement ». Avec ces nouveaux recrutements, Ivalua compte désormais plus de 130 collaborateurs à travers le monde, contre moins de 100 il y a un an.

La situation ne devrait pas en rester là. « Nous sommes constamment à la recherche de nouveaux talents au profil international, tant dans le domaine commercial que technique, en Gérard Dahan, Ivalua - 07-2014France mais aussi dans nos bureaux en Angleterre, en Italie et en Allemagne », indique Gérard Dahan, président EMEA d’Ivalua (voir photo ci-contre). En ajoutant les Etats-Unis et le Canada, une vingtaine de postes sont aujourd’hui à pourvoir.

En termes de projets, outre le fait que 98% des sociétés déjà utilisatrices continuent de lui faire confiance en migrant vers sa nouvelle version de Buyer, Ivalua souligne l' »acquisition significative » de nouveaux clients. Ainsi, plus de dix projets ont été remportés au cours du premier trimestre 2014, avec par exemple IBP, Sagemcom, Pierre & Vacances, Total MS, Thales et la Fnac en France, ou Zambon en Italie. Un trimestre qualifié d' »exceptionnel » qui ne demande qu’à être confirmé.