jump to navigation

Les outils de « Digital adoption » accélèrent le déploiement des solutions 2 mars 2020

Posted by thparisot in Enquêtes.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Ces dernières années, des investissements considérables ont été réalisés par les éditeurs de logiciels pour optimiser les interfaces de leurs solutions et l’expérience de leurs utilisateurs. Cependant, l’accompagnement au changement et à la bonne utilisation des nouveaux applicatifs constitue toujours un enjeu majeur pour que soient pleinement exploitées ces solutions et rentabilisés les projets afférents. Pour faciliter et accélérer le déploiement des applications, de nouveaux outils de « Digital adoption » (Digital adoption platform, ou DAP) accompagnent les utilisateurs en complément des formations et les modes d’apprentissage classiques.

Quel que soit le périmètre d’un projet de transformation digitale, aux achats comme dans d’autres domaines, son succès repose sur l’adoption par les utilisateurs des nouvelles applications mises en place, voire des processus ou de l’organisation sous-jacents. Pour répondre à cet enjeu, les éditeurs ont consacré d’important investissements à l’ergonomie au cours des dernières années représentant souvent plus de 50 % des efforts de développement, afin d’améliorer le confort et la simplicité d’utilisation, certains intégrant même un assistant conversationnel de type « chatbot ». Mais pour faciliter et accélérer encore l’adhésion, de nouveaux outils dits DAP (Digital adoption platform) ont vu le jour, accompagnant les équipes dans la prise en main de leurs solutions digitales, et les managers dans le pilotage de la productivité. Preuve de l’importance de la problématique et de la prise de conscience des entreprises, ces outils additionnels, qui remplacent la documentation et les formations classiques (tutoriels, cours en présentiel, e-learning, webinars, etc.), fastidieuses et chronophages à mettre en place, connaissent un succès grandissant. Selon le cabinet Gartner, dont le périmètre d’étude a depuis peu intégré une catégorie « Digital adoption solutions » (DAS) pour couvrir ce domaine, entre 1 à 5 % des entreprises seraient déjà utilisatrices de ces solutions.

Dans sa toute récente note de recherche sur le sujet, en environnement CRM (relation client) mais généralisable à toutes les fonctions de l’entreprise, le cabinet mentionne 11 éditeurs : Appcues, AppLearn, InsideBoard, letzNav, Merlin Guides, SAP, Toonimo, Tour My App, UserIQ, Whatfix, WalkMe.
A cette liste s’ajoutent plusieurs acteurs français tels Knowmore, avec sa plateforme K-Now, Shortways ou encore la start-up Lemon Learning, fondée en 2014 et qui connaît une croissance fulgurante avec déjà une soixantaine de clients, dont 20 % à l’international (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Luxembourg,
Suisse). « Sur le marché hexagonal, hormis pour les fonctionnalités basiques d’accompagnement des utilisateurs, à travers un écran apposé en surcouche de l’application, nous rencontrons peu de concurrence », tient toutefois à préciser Jocelyn Boureche, responsable des partenariats Europe du Sud de WalkMe, société américaine créée en 2011 et qui revendique la paternité du concept de DAP. Si les premiers outils d’aide à l’adoption du digital sont apparus il y a près de 20 ans, dans le cadre de la démocratisation des ERP ou du déploiement d’applications sectorielles (banque, téléphonie, etc.), c’est en effet seulement au début des années 2010 que l’offre s’est structurée.

(…)

> Article intégral disponible via le site d’Acxias, janvier 2020

Actualités en bref 30 octobre 2019

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Ressources.
Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,
add a comment

Nouvelle version de l’outil de Blue Prism. L’éditeur spécialisé dans la Robotic process automation (RPA), qui permet de confier à des robots certaines tâches rébarbatives, annonce la disponibilité d’une nouvelle version de sa solution connectée. Enterprise v6.6, optimisée pour un fonctionnement dans le cloud, offrirait plus de rapidité, de sécurité et de convivialité. Selon le communiqué, cette version répond notamment aux exigences gouvernementales en garantissant la conformité aux nomes FIPS (Federal information processing standards) qui décrivent par exemple les procédés de traitement et de chiffrement à utiliser, et apporte des améliorations dans la gestion des données. En outre, Blue Prism propose désormais des essais gratuits, à travers une licence simplifiée et « un guide de démarrage pour la mise en route ».

Cinq conseils pour choisir sa solution T&E. En marge de son Livre blanc sur « Les 8 erreurs que vous ne ferez plus en 2019 » en matière de gestion des voyages d’affaires et des notes de frais (Travel & Expense), l’éditeur spécialisé Traveldoo publie un vade-mecum pour aider les entreprises à sélectionner leur solution. Il liste précisément cinq points à prendre en compte pour faire le bon choix : préparer une implémentation ambitieuse, en s’appuyant sur un partenaire proposant conseil et accompagnement ; choisir une solution T&E traitant la problématique de bout en bout, sur une plate-forme unique ; accorder une haute importance à l’« expérience utilisateur », qui doit être intuitive pour faciliter l’adoption ; penser à l’utilisation en mobilité, pour démultiplier les possibilités d’utilisation ; évaluer la réussite du projet, pour corriger les dérives.

Les données fournisseurs, pivot du digital achats. Alors que les « master data » fournisseurs sont devenues un élément clé de la digitalisation des achats, le cabinet Gartner vient de publier un rapport pour aider à en améliorer le contrôle et la qualité. Il y explique notamment qu’en l’absence d’un cadre et d’outils appropriés, les entreprises risquent d’augmenter leurs coûts d’exploitation et de réduire la visibilité sur leurs dépenses, avec un impact sur l’efficacité et les résultats de la fonction. Les décideurs pourront trouver une série de recommandations, comme l’amélioration du modèle de classification, la mise en place d’une gouvernance dédiée, l’implication contractuelle des fournisseurs dans la gestion de leurs informations. Source : Acxias

Changement de direction chez SAP. L’éditeur allemand a annoncé la décision de son PDG, Bill McDermott, de ne pas renouveler son contrat. Il est remplacé par Jennifer Morgan (48 ans) et Christian Klein (39 ans), membres du conseil d’administration, qui occupaient jusqu’ici respectivement les fonctions de responsable des lignes d’activité cloud et de directeur des opérations. Si l’annonce est à effet immédiat, Bill McDermott occupera un poste de conseiller jusqu’à la fin de 2019 pour assurer la transition. Après avoir rejoint SAP en 2002, il en avait pris la tête il y a près de dix ans, procédant à de nombreuses acquisitions, dont celles d’Ariba en 2012 pour se renforcer sur le marché des solutions digitales achats, ou encore de Fieldglass (achats d’intérim) et de Concur (voyages et frais professionnels) en 2014. Source : Acxias

Six leaders en Procure-to-pay 30 septembre 2019

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , ,
add a comment

Quatre éditeurs côtoient désormais SAP Ariba et Coupa dans la catégorie des « Leaders » du Magic Quadrant des suites Procure-to-pay de Gartner. Récoltant le fruit de ses investissements, Zycus intègre le classement.

Dans son édition 2019, le Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites Procure-to-pay, qui englobe quatre grands segments fonctionnels (commandes-approvisionnements, catalogues, facturation électronique, réconciliation-paiement), positionne six éditeurs comme « Leaders ». Ils n’étaient que quatre l’an dernier, dominés par SAP (Ariba et Fieldgass) et Coupa. Si ces derniers devancent toujours largement Basware et Jaggaer (Bravosolution inclus), ils se voient désormais talonnés par Ivalua et GEP, qui abandonnent les « Visionnaires » en réalisant un bond spectaculaire sur l’axe des « capacités d’exécution ». Progressant également sur cet axe, mais en léger repli sur celui de l’« exhaustivité de la vision », Oracle demeure le seul éditeur dans la catégorie des « Challengers ».

Alors que Comarch et OpusCapita ne figurent plus dans la cartographie, Zycus y fait une entrée remarquée. Répondant désormais aux critères de sélection fixés par Gartner (couverture fonctionnelle, exhaustivité des familles d’achats, chiffre d’affaires minimum, nombre de nouveaux clients, présence géographique, conformité en facturation électronique), avec une solution ergonomique et dotée d’un service d’enregistrement gratuit pour les fournisseurs, l’éditeur apparaît en position honorable parmi les « Acteurs de niche ». Il y devance Determine et surtout Proactis (Perfect Commerce inclus), qui rétrograde sur les deux axes. Également en recul, dans la catégorie des « Visionnaires », Tradeshift manquerait notamment de maturité dans sa stratégie d’intégration d’applications tierces (clients, éditeurs partenaires) et serait insuffisamment à l’écoute de sa base clientèle. Extrapolant son étude à l’ensemble des acteurs, Gartner estime que le marché mondial s’est établi à 3 milliards de dollars en 2018, en hausse de plus de 20 %. A raison d’une progression annuelle moyenne d’environ 10 %, il devrait atteindre les 5 milliards en 2023.

> Source : Acxias, septembre 2019

Les robots RPA libèrent les acheteurs des tâches administratives 15 mai 2019

Posted by thparisot in Enquêtes.
Tags: , , , , , , , , , , ,
add a comment

Appliqués aux opérations répétitives et à faible valeur ajoutée, les mécanismes de « Robotic process automation » (RPA) amènent l’automatisation des processus achats à un niveau jamais atteint. Ils permettent aux équipes de se concentrer sur les dossiers critiques, de passer davantage de temps dans l’animation de leur écosystème et la collaboration avec les clients internes et les fournisseurs, et d’actionner de nouveaux leviers d’optimisation créateurs de valeur et de reconnaissance pour les achats. En combinaison avec les technologies d’IA, la RPA promet de décupler la puissance des acheteurs.

Parfois considérée comme une étape intermédiaire préalable à la mise en place de l’Intelligence artificielle (IA), la « RPA » ou Robotic process automation s’installe petit à petit aux achats. Cette technologie, apparue avec la mise en place de robots dans l’industrie, promet de soulager les équipes, en prenant en charge les opérations répétitives et à faible valeur ajoutée qui pèsent sur l’efficacité de la fonction. En les délestant de ces opérations fastidieuses et chronophages, la RPA permet aux acheteurs de se concentrer sur les dossiers complexes ou sur les exceptions, et de passer davantage de temps dans la collaboration avec les clients internes et les fournisseurs, ainsi que dans le pilotage de projets d’optimisation achats.

Selon Pierre Col, directeur marketing et communication de Contextor, l’un des tout premiers éditeurs français sur le marché des solutions dédiées, récemment racheté par SAP, cette automatisation robotisée des processus permettrait de libérer de 15 % à 30 % du temps de l’utilisateur. Par ailleurs, complète Vincent Jolivet, responsable avant-vente chez UiPath, un autre poids lourd du secteur : « A la différence de l’humain, un robot logiciel peut travailler jour et nuit, coûte moins cher et ne commet pas d’erreur ».
Sans oublier sa « capacité à faire face à d’importants volumes d’opérations et de données, lors de pics d’activité par exemple », ajoute Bertrand Gabriel, directeur de l’agence digitale achats Acxias. Avec autant d’atouts, le marché des applications de RPA pourrait représenter un chiffre d’affaires de 1 milliard de dollars en 2020, selon le cabinet Gartner, avec un taux d’adoption de l’ordre de 40 % dans les grandes entreprises.

Une autre étude, réalisée par ISG auprès de 500 entreprises « leaders » du marché européen, se veut encore plus optimiste : toujours à horizon 2020, 92 % des répondants assurent que leur entreprise aura envisagé l’utilisation des technologies de RPA pour rationaliser ses processus métiers, et 54 % pensent atteindre un stade avancé d’adoption d’ici là, contre 27 % actuellement. « La RPA intéresse de plus en plus d’experts et d’entreprises, car elle participe à un enjeu majeur de productivité », analyse Sébastien Dumas, VP Marketing & Business Development chez un éditeur spécialisé des achats, qui intègre progressivement des mécanismes d’IA dans ses solutions.

(…)

> Article intégral disponible via le site d’Acxias, mars 2019

Actualités en bref 25 juin 2018

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

SynerTrade renforce son équipe de direction. Près de trois ans après son entrée dans le groupe Econocom, l’éditeur e-achat se dote d’une nouvelle organisation, caractérisée par le remaniement de son équipe de direction. Après l’arrivée d’un nouveau directeur général, Patrick Samama, en provenance de Dassault Systèmes après être passé par de nombreux groupes (Accenture, Capgemini, etc.), SynerTrade France annonce la nomination d’Anne Tessier-Chênebeau au poste de directrice commerciale. Diplômée en affaires internationales et sciences politique, elle a auparavant travaillé chez Bull, Atos et dernièrement Linedata, qu’elle avait rejoint en 2016. Sa mission : renforcer la proximité avec les clients et accélérer la dynamique du groupe.

SAP et Coupa creusent l’écart. Toujours en tête du Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites procure-to-pay, SAP (Ariba et Fieldglass) et Coupa distancent cette année leurs poursuivants. Parmi les « Leaders », ils devancent Basware et Jaggaer, ex Sciquest renforcé par les acquisitions de Pool4Tool et BravoSolution. Suivent Ivalua, en léger repli sur l’axe « Completeness of vision », GEP, Wax Digital, ainsi que Tradeshift et SynerTrade (groupe Econocom) absents de l’édition 2016. Autres entrées remarquées, celles de deux acteurs du monde de l’ERP : Oracle et Comarch. Gartner a enfin placé Proactis et Perfect Commerce, désormais réunis, ainsi qu’OpusCapita (JCatalog inclus) et Determine dans les « Niche Players ». Source : Acxias

Tradeshift lève 250 millions de dollars. L’éditeur américain annonce une levée de fonds de 250 millions de dollars, principalement auprès de Goldman Sachs et PSP Investments, pour développer le volume de transactions sur sa plate-forme de gestion des interactions entre entreprises et poursuivre son expansion en Europe et en Asie. Il entend aussi investir dans des technologies émergentes comme la blockchain et l’intelligence artificielle via son incubateur Frontiers ouvert en début d’année. Mi-mai, l’éditeur avait d’ailleurs annoncé le lancement de Tradeshift Pay, une solution de gestion de la Supply chain incluant le financement et le paiement, et notamment des services de financement mettant en œuvre les technologies de blockchain. Source : Acxias

Ouverture du service Dume. La Direction des affaires juridiques (DAJ) des ministères de Bercy et l’Agence pour l’informatique financière de l’Etat (AIFE) viennent d’annoncer l’ouverture du service Dume, un outil à destination des acheteurs publics et de leurs fournisseurs pour dématérialiser les candidatures à un marché sur le territoire de l’Union. Mis en place par la Commission européenne, le Dume (Document unique de marché européen) est une déclaration sur l’honneur harmonisée permettant d’automatiser la transmission des principaux documents délivrés par les administrations. Si le service est accessible sur le portail Chorus Pro, l’AIFE envisage aussi un partenariat avec des éditeurs de solutions spécialisées. Source : Acxias

ETUDE – Trois leaders en sourcing stratégique 3 avril 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Tendances.
Tags: , , , ,
add a comment

Dans son édition 2017, le Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites de « strategic sourcing », qui englobe quatre grands segments fonctionnels (analyse des dépenses, e-sourcing, pilotage des contrats, gestion du panel fournisseurs), positionne trois éditeurs comme « Leaders » : Zycus et Bravosolution, respectivement en tête sur « les capacités d’exécution » et « l’exhaustivité de la vision », et Ivalua, plus en retrait.

Absent de l’étude jusqu’ici, Pool4Tool fait son entrée parmi les « Visionnaires », aux côtés de quatre acteurs aux trajectoires opposées : GEP et IBM (Emptoris) d’une part, en forte progression, Determine (Selectica, B-pack, Iasta) et SAP (Ariba) d’autre part, qui dégringolent. Coupa est pour sa part de retour, dans les « Acteurs de niche » aux côtés de Vortal, également en retrait, et de Gatewit. Quant à Scanmarket, il a quitté cette catégorie pour grimper parmi les « Challengers ». A noter enfin, l’éviction du Quadrant de SAP, pour sa solution historique sur ce segment de marché (SAP Sourcing) désormais devancée par Ariba, et de Mercado Eletronico qui ne remplirait plus les critères fixés par Gartner en termes de chiffre d’affaires à l’international. Pour rappel, les analystes du cabinet américain tablaient, dans la précédente édition de son étude (2015), sur un marché des suites de sourcing stratégique à 1,5 milliard de dollars en 2018.

Actualités en bref 17 mars 2017

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

De la Demande à l’Offre, nouveau site de mise en relation. La nouvelle plate-forme De la Demande à l’Offre propose de mettre gratuitement en relation acheteurs et fournisseurs, à travers un système d’enchères inversées permettant à tous les utilisateurs d’accéder à l’ensemble des offres et des demandes. Pour l’acheteur, qui dépose son offre à ses conditions, la plate-forme n’impose aucun abonnement ni frais cachés. Seul le fournisseur sélectionné au terme de la procédure paie une commission fixe de 50 euros TTC, qui ne dépend pas de la nature ni du montant de l’opération. Le système d’enchères inversées permet seulement de baisser les coûts en laissant les fournisseurs, qui sont informés par mail si une meilleure enchère est faite, libres de leurs propositions.

Le sourcing stratégique, socle de l’e-achat. Selon l’enquête menée par Gartner pour son Magic Quadrant 2017 des suites de « strategic sourcing », les projets répondraient à trois objectifs principaux : optimisation du processus, citée par 59,2 % des 179 entreprises interrogées, amélioration de la productivité en automatisant les opérations (58,7 %), production d’économies supplémentaires (53,1 %). Dans plus de la moitié des cas (54,7 %), la suite serait utilisée de façon autonome. Lorsqu’elle communique avec une ou plusieurs solutions connexes, il s’agit d’abord d’un ERP (36,3 % de citations) ou d’un outil de procure-to pay (8,9 %). Enfin, moins d’une suite déployée sur cinq (19,7 %) couvrirait la totalité du périmètre cible, en régions ou modules. Source : Acxias

Projet procure-to-pay mondial pour Caterpillar. Le fabricant américain d’équipements (construction, exploitation minière) va déployer la suite procure-to-pay de Coupa à l’échelle internationale, pour améliorer la visibilité sur ses dépenses et optimiser se chaîne d’approvisionnement et de gestion comptable. Le projet, qui concerne les sites centraux du groupe aux Etats-Unis ainsi que 138 usines et bureaux à travers le monde, notamment en France, prévoit en particulier l’activation d’une fonctionnalité de mise en conformité des factures au niveau mondial. Pour faciliter les échanges et les prises de décision, la solution offre une interface réunissant catalogues et contrats fournisseurs sur une même plate-forme. Source : Acxias

Palmarès des champions IT de la croissance. Sur le périmètre de l’informatique (logiciels, services, etc.) et des technologies de l’information, dans l’étude des Echos et Statista répertoriant les entreprises dont le chiffre d’affaires a le plus progressé sur la période 2012-2015, trois éditeurs d’outil e-achat se distinguent : Pixid (36), Ivalua (39), Esker (70). Le classement compte également trois sociétés proposant une solution d’optimisation des achats média mobile (Adxperience, Adyoulike, Madgic) et plusieurs comparateurs de fournisseurs : Selectra (électricité et gaz naturel), JeChange.fr (services). La société Futurmaster, qui édite des logiciels d’optimisation de la supply chain, dans le prolongement des achats, figure également au palmarès. Source : Acxias

Actualités en bref 11 janvier 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Rolls Royce optimise ses achats indirects. Le groupe d’ingénierie (moteurs d’avions, systèmes de propulsion maritime, équipement de générateur d’énergie) a choisi de s’équiper de la solution source-to-pay de Coupa pour optimiser la gestion de ses achats indirects. Cette solution, déployée pour consolider et standardiser les processus à l’échelle internationale, tout en simplifiant les opérations, propose une interface homogène pour les modules de gestion des fournisseurs, de pilotage des achats et de facturation, ainsi qu’un modèle de données commun aligné sur les bases de l’ERP. En plus d’améliorer l’expérience utilisateur, Rolls-Royce en attend une plus grande transparence sur ses dépenses et une réduction de ses coûts.

Zycus se renforce sur le procure-to-pay. Historiquement positionné sur le décisionnel achats (classification, analyse des dépenses, détection d’opportunités, etc.), puis sur l’ensemble du source-to-contract, l’éditeur indien consacre désormais d’importantes ressources au développement de fonctionnalités procure-to-pay sur sa plate-forme. Disponible dans une quinzaine de langues, dont les principales d’Europe, elle offrira ainsi une gestion intégrée de la totalité du processus métier, en lien avec une plate-forme d’intermédiation à laquelle les fournisseurs peuvent se connecter gratuitement. Dans le Magic Quadrant des suites de « strategic sourcing » de Gartner, Zycus figure parmi les « Leaders » aux côtés de BravoSolution, SAP (offre Ariba) et, avec une capacité d’exécution moindre, Ivalua. Source : Acxias

Mercateo ouvre sa plate-forme en Suisse. L’opérateur allemand, qui propose déjà ses services dans 13 pays européens dont la France depuis 2012, annonce le lancement de sa plate-forme d’approvisionnement en Suisse. La solution réunit une place de marché pour les achats indirects et des fonctionnalités d’e-procurement et de gestion de la facturation. En particulier, Mercateo peut héberger les catalogues issus des contrats cadres de ses clients et couvre le reste des besoins à travers sa base de quelque 3,5 millions de produits référencés. En Suisse, les fournisseurs de Mercateo sont des acteurs locaux dans les domaines de l’informatique, mobilier de bureau, équipements industriels, fournitures BTP, outillage, électronique et agriculture. Source : Acxias

La ville de New York retient Ivalua. New York a retenu Ivalua pour le déploiement d’une solution source-to-pay dans les 40 départements et agences de la ville, pour gérer plus de 15 milliards de dollars d’achats. L’éditeur français a par ailleurs annoncé une nouvelle mise à jour majeure de sa plate-forme, la troisième cette année. Les innovations de cet « Update 152 », qui reposeraient à plus de 60 % sur les retours clients et prospects, se situent à cinq niveaux : le déploiement (configuration simplifiée), l’interface utilisateur (adaptation aux appareils mobiles), la conformité et la gestion des risques fournisseurs (possibilité de définir des « informations obligatoires »), la gestion des processus d’achat complexes et le procure-to-pay. Source : Acxias

Actualités en bref 27 juillet 2016

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Trois leaders en procure-to-pay. Comme l’an dernier, Coupa et SAP (Ariba et Fieldglass) arrivent en tête des « Leaders » du Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites procure-to-pay, juste devant Basware. Pour cette édition, eu égard aux critères de sélection du cabinet d’études américain, basés sur le chiffre d’affaires, la clientèle ou la présence géographique, huit solutions ont été sorties du panel (Elcom, JCatalog, Mercado Eletronico, Oracle E-Business Suite, Oracle Peoplesoft, Puridiom, SAP SRM, SciQuest) et aucune n’y est entrée. Parmi les douze éditeurs finalement positionnés, Gartner a identifié quatre « Visionnaires » (BirchStreet Systems, Ivalua, Verian, Wax Digital) et un « Challenger » (GEP). Source : Acxias

NaturéO optimise ses approvisionnements. L’enseigne de distribution de produits bio retient la plate-forme de Determine pour améliorer l’efficacité opérationnelle de sa chaîne d’approvisionnement et de facturation, et supporter sa croissance. Les bénéfices attendus du projet sont de deux ordres. D’une part, une simplification des opérations pour les points de vente en les guidant vers les conditions tarifaires locales ou nationales négociées, et un suivi de l’utilisation de leur budget. D’autre part, une dématérialisation des échanges de commandes et de factures avec les fournisseurs. Outre l’aspect fonctionnel et l’accès en mode SaaS, NaturéO explique avoir choisi la solution pour son ergonomie et ses capacités de paramétrage. Source : Acxias

L’ERP de Cegid progresse dans les achats. L’éditeur lyonnais enrichit Yourcegid Y2 On Demand, son ERP en mode cloud, en ajoutant la gestion d’affaire et la gestion commerciale, pour optimiser le pilotage des activités et leur planification. Dans le domaine des achats, ces fonctionnalités permettent par exemple de répondre à une demande sans délai, grâce à un contrôle budgétaire en temps réel. Elles améliorent aussi la maîtrise des risques, y compris ceux liés aux non conformités des marchandises, en assurant une traçabilité de bout en bout et un suivi des actions associées. Enfin, elles simplifient les flux d’informations entre les différents services de l’entreprise et facilitent les interactions avec les collaborateurs itinérants. Source : Acxias

Rapport de Billentis sur la facturation électronique. Sponsorisé par Basware, le dernier rapport annuel de Billentis sur la facturation électronique revient en 99 pages sur les enjeux de la dématérialisation des processus procure-to-pay, détaillant en particulier les gains financiers à en attendre, chiffres à l’appui. L’analyse, qui compare les pratiques et les contraintes dans différents pays, et donne une tendance des projets menés dans le secteur public, souligne l’impact de l’e-facturation en termes de maîtrise des flux de trésorerie et de fluidification de la relation fournisseurs. Elle serait aussi l’occasion de lancer une politique de mise en qualité des données, pour éviter les oublis ou les erreurs qui conduisent à des litiges et ralentissent les traitements. Source : Acxias

Actualités en bref 15 avril 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Basware s’offre l’Américain Verian. Un an après le rachat de Procserve, l’éditeur finlandais annonce l’acquisition de Verian, à la fois pour compléter son offre procure-to-pay en ajoutant des fonctionnalités e-achats, et pour renforcer sa présence aux Etats-Unis. A l’occasion de la publication de ses résultats 2015 (143,4 millions d’euros), Basware avait indiqué son intention de procéder à plusieurs nouveaux rachats pour conforter sa couverture géographique et dépasser les 220 millions d’euros de revenu en 2018. De son côté, BravoSolution, qui avait mis fin à son partenariat avec Basware en 2015 et avait par suite choisi d’intégrer la technologie de Verian, sera-t-il amené à revoir sa stratégie ? Source : Acxias

Dans le décisionnel, les métiers prennent la main. Selon Gartner, le marché mondial de la Business intelligence (décisionnel) devrait progresser de 5,2 % cette année pour atteindre un chiffre d’affaires de 16,9 milliards de dollars. Le cabinet d’études observe surtout une tendance de fond, qui se renforcera en 2016 : les métiers, notamment dans le domaine de la gestion des achats et des approvisionnements, prennent progressivement la main pour réaliser leurs propres analyses et générer des rapports, à travers des outils en mode « self-service ». L’intervention des équipes informatiques reste toutefois indispensable pour préparer les données et les injecter dans les plates-formes utilisées par les différentes fonctions dans l’entreprise. Source : Acxias

Sage X3 disponible dans le Cloud. Après l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni, l’éditeur britannique annonce la disponibilité en France de son ERP Sage X3 dans le Cloud, à compter du mois d’avril, à travers la plate-forme de services AWS d’Amazon. Couvrant en partie le processus achat, notamment le volet transactionnel (gestion des demandes et commandes, des flux logistiques, etc.) et la facturation, cette version qui ne nécessite aucune installation continue d’offrir une souplesse de personnalisation par paramétrage, permettant à chaque entreprise de bénéficier d’un environnement qui lui est propre. Parallèlement, Sage X3 reste disponible en installation sur site ou en mode externalisé chez un hébergeur certifié. Source : Acxias

Ecogas optimise sa relation fournisseurs. Le deuxième distributeur de gaz en Argentine a choisi le prestataire français Esker pour dématérialiser ses factures fournisseurs et les intégrer dans SAP. Conforme aux exigences réglementaires du pays, la solution utilisée permet aux 400 fournisseurs du groupe, à l’origine d’environ 40 000 factures par an, de les déposer sur un portail où les données sont automatiquement capturées puis comparées aux informations de l’administration fiscale. En plus de réduire les tâches manuelles associées au processus de facturation et d’accélérer les délais de règlement, ce système offre aux fournisseurs un accès en libre-service au statut de leurs factures et aux informations de paiement. Source : Acxias