jump to navigation

Actualités en bref 10 janvier 2020

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
add a comment

Cinq leaders en Source-to-contract. Dans la foulée de celui consacré au Procure-to-Pay, Forrester vient de livrer la première mouture de son radar des plates-formes Source-to-contract dans lequel Coupa et Ivalua figurent encore dans le trio de tête. Sur ce marché, ils sont toutefois devancés par Zycus, historiquement présent et performant sur le segment de l’analyse des dépenses et sur l’ensemble de la chaîne couvant le référencement des fournisseurs, les consultations et la contractualisation. Dans la catégorie des « Leaders », le cabinet d’études a également positionné GEP et SAP Ariba. Suivent Determine et Synertrade, comme « Strong performers », aux côtés de Jaggaer, davantage à la peine. Comme dans le radar du Procure-to-pay, Oracle parvient à tirer son épingle du jeu, toujours avec sa suite Oracle Procurement Cloud.

Coupa met la main sur Yapta. La société américaine annonce le rachat de son compatriote Yapta, éditeur d’une solution de gestion des voyages et des frais professionnels (Travel & Expense), pour un montant non communiqué. Fondée en 2007 et basée à Seattle, Yapta assure plus précisément une comparaison des prix des billets d’avion et des hôtels en temps réel, envoyant des alertes en cas de baisse. Cette fonctionnalité, intégrée dans la suite BSM (Business spend management) de Coupa, permettrait aux entreprises utilisatrices de réaliser une économie moyenne de 2 à 4 % sur leurs dépenses de déplacements. Approchant de la vingtaine d’acquisitions depuis sa création, Coupa poursuit avec cette nouvelle opération sa stratégie de développement par croissance externe, qui lui permet de figurer aujourd’hui parmi les leaders du marché mondial des solutions digitales achats.

Pression des ERP sur les solutions achats. Historiquement positionnés sur la chaîne Procure-to-pay, pour gérer les transactions allant des commandes à la facturation-paiement, les ERP tentent pour beaucoup de remonter sur l’amont du processus achats-approvisionnements-comptabilité fournisseurs. Ils deviennent ainsi des concurrents de plus en plus directs des solutions spécialisées qui gardent néanmoins une longueur d’avance sur le Source-to-contact (sourcing, consultations, contractualisation) et le pilotage, au cœur du métier, et se renforcent avec les dernières technologies d’intelligence artificielle ou de robotisation. Le dernier Top 10 de Panorama Consulting Group positionne SAP, Oracle, Microsoft, Infor et IFS en tête du marché des ERP. Suit Workday, à la faveur des fonctionnalités financières venues compléter la couche RH, puis Epicor, Abas, Deltek et Sage.

La RPA plébiscitée par les entreprises. Près de deux tiers (64 %) des entreprises françaises considèrent l’automatisation robotisée des processus (Robotic process automation, RPA) comme un sujet important voire prioritaire, selon une enquête du cabinet IDC, menée en collaboration avec UiPath auprès de 171 décideurs informatiques ou métiers d’organisations publiques et privées de plus de 500 personnes, notamment aux achats. Parmi les bénéfices attendus, l’automatisation des opérations répétitives libérerait d’abord du temps pour permettre aux collaborateurs de se concentrer sur les tâches à plus forte valeur ajoutée. Suivent la diminution des erreurs humaines et la réalisation d’économies. Les directions métiers en attendent aussi une augmentation de l’efficacité des collaborateurs. Malgré l’enthousiasme, plus de la moitié des répondants reconnaissent toutefois que la marge de progrès reste importante, une minorité d’entreprises ayant franchi l’étape de la réflexion.

Actualités en bref 19 décembre 2019

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Ressources.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Coupa s’échappe sur le Procure-to-pay. Six mois après Gartner, Forrester confirme à son tour le leadership de Coupa dans sa dernière étude sur le marché des plates-formes Procure-to-pay, parue mi-décembre. L’éditeur américain devance Basware et Ivalua, les deux autres « Leaders », alors que GEP et Zycus rétrogradent dans les « Strong performers », de même que SAP (solution SAP Ariba Buying and Invoicing) désormais dans la catégorie des simples « Contenders ». Derrière le trio de tête, suivent également Jaggaer, Synertrade et Tradeshift, retenus parmi les douze éditeurs sélectionnés par le cabinet sur la base de 31 critères d’évaluation autour des caractéristiques de la solution et du profil de la société, mais toujours pas Determine. Cette édition 2019 de l’étude pointe enfin l’entrée des ERP Infor et Workday, aux côtés d’Oracle.

LiveSource et MFG se séparent. Historiquement rattaché au groupe américain MFG, LiveSource opère désormais de façon autonome, en développant son activité d’éditeur en gestion des achats, des fournisseurs, de la logistique, de la qualité, etc., principalement dans le monde de l’automobile et de l’aéronautique. Les actionnaires ont entériné cette décision souhaitée dès l’origine par les équipes de LiveSource et recapitalisé la nouvelle entité afin de lui permettre d’atteindre ses objectifs. La séparation s’est faite en deux temps. En 2018, d’abord, la création d’une « spin-out » a été officialisée, mais LiveSource a continué à maintenir le site web supportant l’activité de place de marché de MFG. Puis, il y a quelques mois, les deux sociétés se sont définitivement séparées, n’ayant plus que certains actionnaires en commun.

Tendance à la personnalisation des prix. Avec le développement du numérique, la discrimination par les prix, déjà pratiquée aujourd’hui pour certaines catégories de produits ou services, en fonction du profil de l’acheteur ou de la localisation du vendeur, pourrait franchir un pas décisif. C’est en tout cas l’analyse de la « Fondation pour l’innovation politique » dans sa récente étude et publication sur le sujet, expliquant que grâce au big data, chaque client se verrait proposer un prix particulier, en fonction de sa disposition individuelle à payer. Certes, dans le monde professionnel, les services achats permettent de contrôler ces pratiques pour en tirer le meilleur avantage. Mais d’une façon générale, le think tank recommande aux entreprises d’avancer avec prudence dans cette voie pour ne pas générer défiance et incompréhension.

Bonne dynamique du marché des logiciels. Dans un communiqué publié mi-décembre, Syntec numérique confirme ses prévisions, tant pour l’activité du secteur en 2019 que pour les perspectives 2020. Sur le marché de l’édition de logiciels, la croissance devrait s’établir à 6,6 % sur les douze derniers mois, à 14,2 milliards d’euros, et être identique lors du prochain exercice. Selon le syndicat professionnel, la croissance est tirée par les projets de transformation numérique, notamment autour des technologies « Smacs » (social, mobilité, analytics, cloud, sécurité) qui progressent de 15,7 % en 2019, et par trois secteurs d’activité : industrie, banque-assurance-finance, services aux professionnels. Également en progression constante, l’offre SaaS devrait croître de 20 % en 2020 et représenter 32 % du marché, soit 4,5 milliards d’euros. Source : Acxias

Actualités en bref 15 juillet 2019

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Traitement inégal des notes de frais. Selon une récente étude de Traveldoo (goupe Expedia), éditeur spécialisé dans la gestion des voyages d’affaires et des frais professionnels, l’Europe et les Etats-Unis afficheraient des maturités différentes en matière de gestion des notes de frais. Si l’étude révèle une nette augmentation des dépenses sur les deux continents, due aux services annexes des hôteliers et transporteurs, ou aux coûts de téléphonie mobile et de parking, les pratiques y seraient bien différentes : en particulier, alors que le traitement serait dématérialisé dans 84 % des cas aux Etats-Unis, la proportion n’atteindrait que de 40 % de ce côté de l’Atlantique. Or, indique Traveldoo, l’absence d’outils d’automatisation de la gestion des notes de frais tend à pousser les salariés à se dérober aux règles.

Une maturité digitale en trompe-l’œil. Les entreprises sont nombreuses à surestimer la maturité digitale de leurs achats, selon une récente étude de Forrester. Réalisée pour le compte d’Ivalua, auprès de 417 responsables achats, cette étude montre en outre que la stratégie de digitalisation de la fonction se heurte à de multiples obstacles : les entreprises qui débutent font face à un manque de budget et à une absence de soutien de leurs dirigeants, et les plus avancées peinent intégrer les différents volets du cycle global d’achat dans leur plate-forme. Par ailleurs, les options technologiques se révèlent souvent mal choisies, conduisant à des difficultés pour embarquer les fournisseurs ou à un faible taux d’adoption par les utilisateurs. Du coup, plus de huit répondants sur dix (82 %) ont changé d’éditeur ou envisagent de le faire.

Itesoft s’associe à Prodware. Pour renforcer leur offre et leur positionnement sur le marché de la dématérialisation des factures et de la relation fournisseurs dans l’environnement Microsoft Dynamics, Itesoft et l’éditeur-intégrateur Prodware annoncent la signature d’un partenariat. Dans ce cadre, ce dernier assurera l’intégration de l’offre Itesoft Streamline for Invoice dans les versions Nav et Business Central de l’ERP chez ses clients. Les deux partenaires rappellent que la dématérialisation des processus Procure-to-pay répond à la fois à des enjeux de productivité, de conformité réglementaire (délais de paiement, piste d’audit fiable, etc.) mais aussi de pilotage de la performance et de lutte contre la fraude. A ces fins, Streamline for Invoices s’appuie notamment les algorithmes avancés d’intelligence artificielle d’Itesoft et une base fournisseurs mutualisée unique.

L’e-commerce professionnel au beau fixe. Selon la dernière cartographie de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), 19 % des achats professionnels ont été réalisés par voie électronique en 2017, via des messages de type EDI (15 %) ou des sites marchands (4 %), soit une hausse de 4 points en deux ans. Ils avaient déjà progressé de 3 points entre 2011 et 2015. A elles seules, les transactions interentreprises sur le web ont augmenté de près de 50 % en valeur en deux ans, à 141 milliards d’euros. En intégrant l’e-commerce aux particuliers (92,6 milliards d’euros), quelque 180 000 sites marchands actifs ont été recensés par la Fevad l’an dernier. La proportion d’entreprises de 10 personnes ou plus réalisant des ventes en ligne, qui augmente avec la taille de la structure, est stable à 14 % sur les 3 dernières années. Source : Acxias

Actualités en bref 29 mars 2018

Posted by thparisot in Actualités, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Legrand se dote d’une plate-forme achats globale. Dans le cadre de sa démarche de consolidation et d’optimisation des coûts, le groupe spécialisé dans les infrastructures électriques et numériques du bâtiment a retenu la suite Advantage de Jaggaer comme socle de son système d’information achats. Il souhaitait en particulier structurer ses processus de consultation, de gestion de la relation fournisseurs (évaluation de la performance, contrôle des risques, etc.), de pilotage des contrats et d’analyse des dépenses. Selon l’équipe projet de Legrand, le choix d’une solution complète évitera la redondance des outils et permettra de centraliser l’information achats sur une seule plate-forme, tout en partageant les meilleures pratiques.

Les Business networks tissent leur toilent. Selon un récent rapport de Forrester, les Business networks, qui facilitent et accélèrent les interactions entre les partenaires commerciaux, montent en puissance. Au-delà du volume d’affaires supporté, le cabinet estime que 82 % des dépenses interentreprises en ligne aux Etats-Unis passent aujourd’hui par ces plates-formes. Pour les deux principaux flux, les commandes et les factures électroniques, Forrester identifie trois leaders : SAP Ariba, Basware et Tradeshift (IBX inclus). Egalement citées, dans le même domaine, les sociétés Jaggaer, Nipendo, Mercado Eletronico, OpusCapita, Perfect Commerce (groupe Proacts), Taulia, Transcepta, Tungsten Network.

Un système d’information achats unique pour les Armées. Le ministère des Armées a inauguré vendredi 16 mars son nouveau système d’information unique pour les achats hors armement, soit environ 4 milliards d’euros, dans le cadre du programme de professionnalisation initié en 2008. Baptisé Alpha et basé sur la plate-forme Oalia, mise en oeuvre par IBM et Klee Group, ce système qui remplacera les trois plates-formes utilisées jusqu’ici pour la passation des marchés, doit permettre de simplifier les processus et d’assurer l’interopérabilité, en particulier avec le progiciel financier Chorus. Principaux gains attendus : un renforcement du dialogue prescripteur-acheteur, une amélioration du pilotage de la fonction, une harmonisation des pratiques.

Les achats professionnels en ligne s’envolent. Selon l’étude présentée début février par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le chiffre d’affaires réalisé par les sites marchands auprès des professionnels a augmenté de 17,5 % en France l’an dernier, soit une progression de 7,5 points. Pour l’ensemble du marché, les ventes sur Internet enregistrent une hausse de 14 % sur un an, à 81,7 milliards d’euros, portée par l’élargissement de la clientèle et de l’offre, l’augmentation de la fréquence des transactions et les nouveaux comportements d’achats sur mobile. La fédération prévoit que l’e-commerce devrait dépasser les 90 milliards d’euros cette année et atteindre la barre des 100 milliards avant fin 2019. Source : Acxias

Actualités en bref 18 septembre 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Le groupe Rezidor Hotel retient Provigis. Avec 480 hôtels dans plus de 80 pays, dont 11 en France, Rezidor Hotel (groupe Carlson Rezidor) a choisi de faire appel à Provigis pour moderniser son approche en matière d’obligation de vigilance et de vérification des documents réglementaires et légaux de ses fournisseurs. Grâce à un portail web où chacun a un accès correspondant à un certain niveau d’habilitation, les équipes du siège comme celles des différents sites peuvent désormais suivre en temps réel l’avancement des opérations de contrôle de conformité. Complété par des services de relance réalisés par les équipes de Provigis, le dispositif permet aux directions RH des différents hôtels de se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée.

Nouveau directeur marketing chez Coupa. L’éditeur américain annonce l’arrivée de Chandar Pattabhiram (47 ans, University of Texas) au poste de directeur marketing. Avant de rejoindre Coupa il occupait la même fonction chez Marketo où, avec son équipe, il a réussi à faire évoluer l’offre d’un simple outil d’automatisation des tâches vers une plate-forme d’engagement marketing pour les professionnels. Chandar Pattabhiram a également travaillé pour IBM, Badgeville, Cast Iron Systems, Jamcracker et Andersen Consulting (aujourd’hui Accenture). Parallèlement, Coupa a annoncé un partenariat avec TripActions dans le domaine de la gestion des déplacements et des frais professionnels, avec comme objectif de proposer une solution de pilotage des achats associés.

Norme pour la « numérisation fidèle ». L’Afnor vient de publier la norme NF Z 42-026 relative à la « numérisation fidèle » des documents sur support papier. Fruit de deux ans de travaux, cette nouvelle norme couvre précisément la définition et les spécifications des prestations associées, ainsi que leur contrôle. Ayant vocation à servir de référentiel pour une certification, elle permettra, associée à un système d’archivage électronique certifié NF Z 42-013, et en tenant compte des futures évolutions juridiques sur le statut de l’original, d’envisager l’élimination des originaux papier. Dans le domaine des achats, cette norme va notamment pouvoir s’appliquer aux factures, ou encore aux contrats, accélérant la digitalisation des processus. Source : Acxias

Cinq leaders en e-procurement. Selon la dernière étude de Forrester consacrée à l’offre e-procurement, publiée mi-2017, le marché serait dominé par Coupa, Basware, SAP Ariba, Zycus et GEP. Tenant compte à la fois des caractéristiques de la solution et du profil de la société (stratégie, présence, revenu, etc.), à travers 30 critères d’évaluation, cette étude pointe la complexité d’implémentation des suites couvrant l’intégralité du processus achats et les limites des modules proposés par les ERP. A l’inverse, elle souligne les avantages que peut apporter un réseau fournisseurs intégré. Derrière les cinq leaders, suivent Ivalua, Tradeshift, Jaggaer (SciQuest), Tata CS, BirchStreet, Oracle et Perfect Commerce. Source : Acxias

Actualités en bref 12 juillet 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Hensoldt choisit la solution Coupa. Spin-off d’Airbus, la société d’électronique spécialisée dans le secteur de la défense a décidé de s’appuyer sur la plate-forme de Coupa pour optimiser la gestion de ses dépenses et numériser son processus achats. Le projet vise à simplifier l’ensemble des opérations liées à la gestion des achats directs et indirects, depuis le recrutement des fournisseurs jusqu’à la vérification de la facturation électronique. Pour l’entreprise qui affiche plus de 4 000 collaborateurs et près de 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires, il s’agit de « gagner du temps, de l’énergie et au final de l’argent ». Les modules source-to-pay, supplier information management et e-invoicing seront les premiers déployés.

Partenariat entre SAP Ariba et Mercateo. A l’occasion du SAP Ariba Live 2017, qui s’est tenu mi-juin à Prague, l’éditeur allemand a annoncé avoir conclu un accord avec Mercateo pour lancer sa solution Spot Buy en Europe. Déjà opérationnelle aux Etats-Unis avec eBay, cette solution permet aux acheteurs d’accéder aux plates-formes d’opérateurs partenaires, à travers des connecteurs dédiés. Celle de Mercateo, qui couvre 14 pays européens dont la France, réunit une place de marché pour les achats indirects ainsi que des fonctionnalités d’e-procurement et de gestion de la facturation. Elle propose une base de plus de 3,5 millions de produits et peut aussi héberger les catalogues issus des contrats cadres de ses clients. Source : Acxias

Contrats internationaux pour Ivalua. L’éditeur e-achat français annonce la signature, avec son partenaire Consus, de deux nouveaux contrats à l’étranger : en Amérique centrale d’une part, avec Pantaleon, dans le sultanat d’Oman d’autre part, avec Oman Shipping Company (OSC). Le projet mené avec Pantaleon, spécialisé dans la transformation de la canne à sucre, vise à créer un service achats en automatisant les meilleures pratiques pour optimiser en particulier la gestion du sourcing et des contrats. Pour sa part, Oman Shipping Company exploitera la solution de gestion des fournisseurs d’Ivalua pour gérer plus efficacement leur recrutement et intégration, leur performance et l’évaluation des risques associés.

Le commerce B2B s’adapte au numérique. Dans une étude commanditée par Pros, éditeur de logiciels spécialisé dans le « modern commerce », le cabinet Forrester met en avant les principaux dispositifs numériques adoptés par les entreprises du B2B pour répondre aux nouvelles attentes des acheteurs. Plus de la moitié des 300 répondants indiquent travailler à créer une expérience d’achat unifiée et fluide sur l’ensemble de leurs canaux de vente (54 %), se concentrer sur la transparence des processus d’achat (51 %) ou prévoir de proposer des offres et des prix personnalisés à leurs clients. Par ailleurs, 48 % veulent permettre à leurs clients d’acheter en temps réel. Principaux leviers technologiques : le machine learning et la data science.

Actualités en bref 8 avril 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Partenariat entre Tradeshift et Xerox. L’éditeur américain annonce un partenariat mondial avec Xerox qui pourra proposer à ses clients des solutions d’automatisation de leurs processus achats et finance, notamment sur la chaîne de facturation-paiement. En complément de son portefeuille de services, Xerox entend ainsi aider les entreprises à mieux suivre leurs dépenses et renforcer leurs circuits de validation, dans le respect des politiques d’achats définies en interne, pour réduire les coûts et les délais en s’affranchissant au maximum du papier. Le réseau d’échanges de Tradeshift permet en outre de renforcer la relation avec les fournisseurs, en tenant compte des enjeux des réseaux sociaux, de la mobilité, du self-service, etc. Source : Acxias

L’Opéra national de Paris bascule vers Qualiac. Pour moderniser son système d’information financier et comptable, en place depuis 1994 et composé de six logiciels différents, l’Opéra national de Paris (Palais Garnier et Opéra Bastille) a opté pour l’ERP Qualiac. Le périmètre fonctionnel, très large, inclut la gestion des dépenses et la facturation, ainsi que le traitement des notes de frais et des droits d’auteurs. Plusieurs évolutions sont d’ores et déjà prévues, notamment dans la logistique et la gestion des stocks. A l’étude depuis 2011, le projet avait été accéléré pour répondre à l’obligation de mise en conformité avec la nouvelle règlementation de la GBCP (Gestion budgétaire et comptable publique), entrée en vigueur cette année. Source : Acxias

Le CLM Décrypté par Determine. S’appuyant sur une analyse du cabinet Spend Matters Research, Determine publie un document pour aider les entreprises dans le choix d’une solution de gestion du cycle de vie des contrats, ou CLM (Contract Lifecycle Management). Après quelques recommandations concernant le référentiel et les fonctionnalités associées, il détaille les spécificités du processus, selon qu’il s’agit d’achats de biens ou de services : workflows à mettre en place (création, signature, alertes, reporting, etc.), rôle des intervenants, gestion des règles et des autorisations, suivi d’exécution, pilotage des risques. Le document s’achève sur quelques conseils en matière de gestion de la performance des contrats. Source : Acxias

Les applications achats tiennent leur rang. Loin derrière la gestion de la relation clients (17,1 %), la finance (16,5 %) et les ressources humaines (11,5 %), les achats ont pesé pour plus de 5,5 % dans les 140 milliards de dollars que les entreprises ont dépensés en 2015 pour leurs applications métiers. Tablant sur un taux de croissance annuel moyen de 9 %, le cabinet d’études Forrester estime que cette proportion variera peu jusqu’en 2017. Pour couvrir tout le processus achat, il conviendrait toutefois d’y ajouter une partie des dépenses consacrées aux applications de supply chain (transport, logistique, etc.), de gestion financière (budget, comptabilité fournisseurs, etc.) et de gestion des risques et des paiements. Voire à celles dédiées à la gestion du cycle de vie des produits. Source : Acxias

ETUDE – Le CLM, nouveau moteur des achats 17 mars 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , ,
add a comment

Depuis plusieurs années, le marché des solutions des gestion des contrats ne cesse de progresser, notamment tiré par le développement de modules dédiés dans les suites e-achats. En offrant un meilleur suivi, ces outils permettent de sécuriser le processus et de générer des économies ou des gains supplémentaires.

Alors que le contexte économique pousse les entreprises à sécuriser leurs processus, le marché des solutions de CLM (Contract Lifecycle Management) a le vent en poupe. L’an dernier, selon le cabinet d’études Forrester, les ventes mondiales ont progressé de 16 %, pour s’établir à 678 millions de dollars. Elles devraient dépasser la barre des 760 millions en 2015. À elles seules, les solutions de gestion des contrats d’achat – contrats passés avec les fournisseurs, par opposition aux contrats de vente, avec les clients – représentent un marché de 434 millions de dollars (481 millions attendus en 2015), tiré par une demande de plus en plus Schema etude Forrester, marche CLM  - 03-2015 - adaptepressante des directions des achats (voir schéma ci-contre, cliquer pour agrandir).

Sur le plan fonctionnel, la contrathèque et les modèles de documents constituent le socle minimum, que proposent une large majorité des spécialistes e-achats. Mais pour apporter une réelle valeur ajoutée, les systèmes doivent aller plus loin, en offrant notamment une assistance à la rédaction complétée par des mécanismes de sécurisation (vérification des éléments, sauvegardes, suivi des versions, contrôle des accès, etc), ainsi que des alertes sur des événements et des dates clés (résiliation, renouvellement, etc.). En outre, des fonctionnalités de suivi d’exécution, en lien avec les systèmes e-achats et financier, peuvent assurer un rapprochement automatique entre l’engagement contractuel (prix fixé, volume, délai de livraison, etc.) et son application.

Sur cette base, Forrester a donc limité son étude à quinze éditeurs, dont une poignée seulement positionnés sur le marché de l’e-achat : IBM-Emptoris, Ivalua, OpenText, Oracle, SAP, Sciquest, Selectica-Iasta. Mais alors que pratiquement toutes les suites métiers disposent aujourd’hui d’un module de CLM, plus ou moins poussé, le cabinet a complété son rapport d’analyse d’une liste d’éditeurs spécialisés qui auraient pu être intégrés, parmi lesquels BravoSolution, GEP, Perfect Commerce et Zycus. En y ajoutant ceux qui ont un module encore trop limité mais envisagent de l’étoffer, ou ceux qui ne manqueront pas d’investir ce segment prometteur de l’e-achat, la prochaine édition de l’étude de Forrester devrait réserver de belles surprises.

Actualités en bref 13 mars 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , ,
add a comment

Les achats stimulent les projets e-commerce. Alors que 52 % des acheteurs professionnels estiment qu’au moins la moitié de leurs achats seront effectués sur Internet d’ici trois ans, plus de huit fournisseurs sur dix ont engagé une modernisation de leur plate-forme d’e-commerce, révèle une étude de Forrester Consulting réalisée pour Accenture et l’éditeur spécialisé Hybris Software (groupe SAP). Qu’il s’agisse du déploiement d’un outil ou de sa mise à niveau, les projets mettent l’accent sur les fonctionnalités de recherche (48 %) et de recommandations personnalisées (42 %), en ligne avec les attentes des directions des achats. Ces dernières réclament aussi davantage d’évaluations et d’avis critiques sur les produits ou les services.

SynerTrade en ordre de marche. Fort de ses bons résultats 2014, avec notamment des ventes en hausse de 35 % sur le marché hexagonal, à 7,1 millions d’euros, l’éditeur d’origine franco-allemande multiplie les chantiers sur les prochains mois. En plus de l’ouverture de plusieurs bureaux avant l’été (Amsterdam, Londres, Milan), il envisage de renforcer le volet e-procurement de sa suite Accelerate et de proposer de nouvelles déclinaisons sectorielles, sur le modèle de la version destinée au secteur public. Le lancement d’une nouvelle plate-forme d’achats sur catalogues de type Amazon, Webshop, déjà disponible pour les clients, est également prévu pour le printemps. Source : Acxias

Pool4Tool enrichit sa suite. L’éditeur autrichien d’e-achat vient d’ajouter plusieurs fonctionnalités à sa suite e-achat, en particulier des « soft auctions » au sein du module RFQ, pour mener des enchères simplifiées lors des consultations sans passer par le module dédié, et un outil de gestion des catalogues dans le module d’e-procurement. Jusqu’ici, la suite utilisait un outil externe, Catscout de Wallmedien. Par ailleurs, Pool4Tool a apporté des améliorations à ses outils de définition et de gestion de projets, et travaille sur une nouvelle interface utilisateurs. Elle sera disponible cet été pour la navigation générale, puis progressivement étendue aux différents modules. Source : Acxias

Ivalua ouvre un bureau au Canada. Après les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni, l’éditeur français poursuit son développement international en ouvrant un bureau à Montréal. Comptant déjà plusieurs clients au Canada, dans le privé et le public, Ivalua entend capitaliser sur son expertise et sa connaissance du marché nord-américain pour aider de nouvelles entreprises à faire face à la complexité de la supply chain, liée à l’étendue du pays, et optimiser la gestion de leurs achats. Selon ses dirigeants, cette implantation s’inscrit dans une vision à long terme avec pour ambition de « se positionner comme le premier éditeur e-achat au Canada ». Source : Acxias

ETUDE – Les réseaux fournisseurs, maillon fort de la chaîne e-achat 24 novembre 2014

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Les plates-formes de mise en relation donneurs d’ordres-fournisseurs, dans un esprit collaboratif, sont devenues un axe de développement prioritaire pour nombre d’éditeurs. L’accès à des données mutualisées sur les entreprises, permettant aux acheteurs d’optimiser leur sourcing et aux fournisseurs d’augmenter leur visibilité, apporterait une réelle valeur ajoutée.

Places de marché, plates-formes d’intermédiation, hubs d’échanges… Malgré la variété d’appellations et l’impression de flou ambiant qui en découle, les réseaux fournisseurs sont en train de s’imposer dans le monde de l’e-achat. Objectif : fluidifier les relations entre les partenaires pour faciliter les opérations. Et, au final, Schema etude Forrester, marche reseaux fournisseurs  - 11-2014maximiser la performance et donc les gains. La dernière étude de Forrester, qui prévoit une croissance du marché des solutions de gestion des achats de l’ordre de 10 % cette année, soit 3 points de plus qu’en 2013, met ainsi l’accent sur ce segment qui devrait afficher la performance la plus significative : +20 % attendus, le double de l’an dernier (voir schéma ci-dessus, cliquer pour agrandir).

Comment se caractérise ce marché ? « Notre définition des réseaux fournisseurs regroupe les systèmes gérant les commandes, les factures et toutes les pièces associées dans le cadre des relations acheteurs-fournisseurs, avec une visibilité sur ces documents et la capacité de les transformer dans le format souhaité, explique Andrew Bartels, Andrew Bartels, Forrester - 08-2014 - reformateel’analyste de Forrester en charge de l’étude e-achat (photo ci-contre). Cela les distingue des réseaux EDI qui sont de simples canaux d’échanges de messages sécurisés, sans aucune visibilité sur les documents ou les données transmises. « Les réseaux fournisseurs peuvent aussi proposer des services additionnels, comme la gestion d’autres types de documents liés à la logistique, au paiement, etc., poursuit-il, ou des fonctionnalités de sourcing, en offrant l’accès à une base fournisseurs partagée ».

Cette base mutualisée apporterait même toute la valeur ajoutée, en tous cas du point de vue des promoteurs des business networks, qui ont actuellement le vent en poupe. Dans ce domaine, d’ailleurs, une course effrénée à la taille semble engagée. Basware, Hubwoo et surtout SAP, qui revendique « plus de 1,6 million d’entreprises connectées » à l’Ariba Network, ont toujours une longueur d’avance. Mais des acteurs comme Coupa, MFG.com et Pool4Tool n’entendent pas se laisser distancer. Attention toutefois : référencer un grand nombre d’entreprises permet de générer du volume, mais peut avoir un intérêt limité puisqu’on risque d’y trouver de tout. L’ajout d’une dimension qualitative (évaluations, commentaires, etc.), un axe privilégié par la plate-forme MyProcurement, est beaucoup plus intéressant.

(suite…)