jump to navigation

Actualités en bref 16 décembre 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Le marché des logiciels accélère. Après les +3,5 % attendus pour 2016, en légère hausse sur douze mois, la croissance du marché français de l’édition de logiciels devrait s’accélérer l’an prochain. Selon les dernières prévisions de Syntec numérique, elle devrait s’établir à 4 %, pour un chiffre d’affaires cumulé qui approcherait alors les 12 milliards d’euros. Pour plus de la moitié (53 %) des éditeurs, les carnets de commandes progressent, les secteurs de l’industrie et de la banque-assurance-finance contribuant le plus à la dynamique générale. En termes de technologies, la proportion des « Smacs » (social, mobilité, analytics, cloud, sécurité) continue de croître : elles devraient totaliser 30 % des ventes l’an prochain. Source : Acxias

Un réseau social pour les acheteurs de l’Etat. Pour favoriser la collaboration transverse et la mobilité des intéressés, la Direction des achats de l’Etat (DAE) a mis en place un réseau social professionnel à destination des acteurs de la fonction, en central ainsi que dans les services décentralisés des ministères et les établissements publics rattachés. A sa création, au printemps 2016, la DAE comptait 85 agents. Elle a en charge la définition et la mise en œuvre de la politique des achats de l’Etat, avec comme principal objectif d’augmenter le niveau des économies grâce notamment à des « mutualisations pertinentes ». Parmi ses missions figurent aussi le développement des achats responsables, de l’accès des PME à l’achat public et de l’innovation. Source : Acxias

Mercateo évolue vers l’intermédiation. A l’occasion de la publication de ses résultats 2015, avec un chiffre d’affaires de 200,2 millions d’euros, en hausse de 25 %, l’opérateur allemand de la plate-forme d’achats indirects Mercateo a annoncé la mise en œuvre d’un nouvel outil à destination des fournisseurs, Business Shop. D’ores et déjà disponible en Allemagne, il leur permet de proposer des produits dans un « shop » sur la plate-forme, auquel peuvent se connecter leurs clients. Selon Mercateo, cette fonctionnalité d’intermédiation est amenée à se développer, pour faciliter les relations directes entre acheteurs et vendeurs, contribuant ainsi à la digitalisation de l’écosystème et à l’automatisation des transactions commerciales. Source : Acxias

Les facteurs de succès du purchase-to-pay. Dans sa dernière étude sur le purchase-to-pay, The Hackett Group cite les catalogues, la facturation électronique et l’analyse des dépenses parmi les principaux leviers d’optimisation. Réalisée en 2005 auprès d’un panel d’entreprises matures, en partenariat avec Zycus, cette étude insiste également sur l’importance de la gestion de l’information fournisseurs, en renforçant la mise en qualité des données, et du pilotage des risques. Au-delà de ces recommandations, Acxias préconise un co-sponsorship fort du projet par les directions achats et financière, voire la direction générale, et d’investir sur la conduite du changement à un niveau équivalent aux investissements technologiques. Source : Acxias

Les achats, levier de croissance des ERP 23 mars 2016

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , ,
add a comment

Alors que le module achats est le plus présent dans les progiciels de gestion déployés dans les entreprises, sa contribution à la performance ne serait pas optimale. Pour rattraper leurs concurrents spécialisés, les éditeurs généralistes doivent encore progresser sur les processus au cœur du métier.

Les achats sont le domaine fonctionnel le plus présent dans les ERP, et plus globalement dans les progiciels de gestion servant de socle au système d’information des entreprises. C’est en tout cas l’un des principaux enseignements de l’enquête de satisfaction du cabinet d’expertise CXP et ERP-Infos, présentés mi-mars en amont des Salons Solutions qui se tiendront du 20 au 22 septembre 2016 à Paris. Cités par 78 % des 747 répondants au questionnaire proposé en ligne entre décembre et février derniers, les achats Etude ERP, CXP, Contribution des modules, adpaté (2)progressent de quatre points sur un an. Ils devancent désormais largement la gestion commerciale (70 %) et la comptabilité (69 %).

Au classement pondéré – en tenant compte de l’ordre de citations – des cinq modules contribuant le plus à la performance de l’entreprise (voir schéma ci-dessus, cliquer pour agrandir), ils cèdent toutefois du terrain, ne se plaçant qu’en deuxième position. Historiquement focalisé sur le volet transactionnel du cycle procure-to-pay (gestion des demandes et des commandes, des catalogues, des flux logistiques, de la facturation, etc.), le module achats des solutions de gestion généralistes pâtit probablement de sa couverture encore limitée du processus de « sourcing stratégique » (analyse des dépenses, appels d’offres et enchères, pilotage de la performance, gestion des contrats, etc.) au cœur du métier. (…)

> Article intégral publié sur Décision-Achats.fr, mars 2016

Etude – Une maîtrise limitée des risques logistiques 4 mars 2016

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , ,
add a comment

Pour se prémunir des aléas sur leur chaîne d’approvisionnement, les entreprises privilégient la remontée d’alertes sur les événements et l’analyse des risques. Mais les systèmes qu’elles utilisent pour échanger et partager les informations avec leurs partenaires montrent certaines limites.

Juste derrière l’amélioration de la performance et la diminution des coûts, la réduction des risques s’impose parmi les trois défis prioritaires des responsables de la chaîne logistique. Dans l’enquête menée par Generix Group, en août et septembre dernier, auprès de 145 entreprises, huit répondants sur dix la considèrent comme un enjeu « majeur » (29,7 %) ou « important » (49,2 %). Etude Generix, risques SC, capture - recadrage, avec titreSeulement, anticiper les risques, réagir rapidement et minimiser les impacts n’est pas chose facile. Du fait de la mondialisation des échanges, avec des fournisseurs potentiellement très dispersés, et de la multiplicité des parties prenantes (transporteurs, transitaires, ports et aéroports, douanes, etc.), la probabilité de rencontrer des aléas impactant la production, le transport ou le prix augmente. Avec des conséquences immédiate sur la chaîne d’approvisionnement et donc sur la performance de l’entreprise. Selon l’enquête, l’indisponibilité du système d’information constitue le risque le plus impactant, citée par près d’un répondant sur deux. (…)

> Article intégral publié sur Décision-Achats.fr, février 2016

ETUDE – Avec le SaaS, l’EDI monte en gamme 15 décembre 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , ,
add a comment

En migrant leur système d’échanges informatisés vers le SaaS, les entreprises cherchent à gagner en agilité, à améliorer la qualité de leurs échanges et à mieux satisfaire les besoins métiers face à des volumes en perpétuelle croissance. Le modèle assurerait aussi une meilleure maîtrise des coûts.

Commandes, factures, bons de livraison, demandes diverses… Le nombre de documents qui transitent par voie électronique entre les entreprises ne cesse de Migration SaaS - schema Benefices constatescroître, dans des volumes eux-aussi en constante augmentation. Pour y faire face, beaucoup d’organisations abandonnent leur système d’échange de données informatisé (EDI) traditionnel, basé sur l’utilisation d’un « traducteur » en mode licence, pour basculer dans le coud. Mais comment s’effectue le passage à l’EDI en mode SaaS et, surtout, pourquoi ? L’opération serait principalement dictée par la quête de performance, si l’on en croit les résultats de l’enquête menée par Generix Group et Best Practices SI, en septembre dernier, auprès de 80 grandes entreprises ayant réalisé la migration. (…)

> Article intégral publié sur Décision-Achats.fr, décembre 2015

ETUDE – Avec le digital, la fonction achats prend du galon 1 décembre 2015

Posted by thparisot in Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Entrées à petits pas dans l’ère numérique, d’abord pour automatiser les processus transactionnels, les directions des achats mesurent désormais les gains associés à la mise place une stratégie digitale, en termes de coûts mais aussi d’efficacité.

Schema etude Ivalua, Position achats, IT for Business - 112015A l’instar des directions marketing et financières, souvent interpellées sur le sujet, les directions des achats perçoivent très favorablement la transformation digitale de leur activité. Dans l’enquête réalisée par Ivalua auprès de 480 décideurs achats de 321 entreprises dans 29 pays, entre mai et septembre derniers, plus de huit répondants sur dix considèrent la digitalisation de la fonction comme une opportunité. Le digital permettrait d’abord d’améliorer l’efficacité des équipes et la détection des sources d’économies, à égalité avec 72 % de citations, mais aussi le reporting de la performance achats (60 %) et la collaboration avec les directions métiers (52 %). « Avec pour conséquence une montée en puissance de la direction au sein de l’entreprise », explique Caroline Martinot, en charge de l’étude chez l’éditeur. (…)

> Article intégral publié dans IT for Business, novembre 2015

ETUDE – Le yoyo du marché de l’e-achat 27 novembre 2015

Posted by thparisot in Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: ,
add a comment

Dans sa dernière étude annuelle sur le marché mondial de l’e-achat, Forrester Research prévoit une hausse des ventes deux fois moins importante cette année qu’en 2014, due au ralentissement de la demande en solutions d’e-procurement et d’e-sourcing. Les réseaux fournisseurs restent le principal vecteur de croissance.

March e-achat 2014-2015, Forrester - 11-2015Après le fléchissement de 2013 suivi d’un redémarrage en 2014, le marché des solutions e-achats marque à nouveau le pas. Selon la dernière étude sectorielle du cabinet Forrester Research, basée sur les résultats et les prévisions de près de 120 éditeurs – dont la plupart de ceux présents en France ­, le total des ventes au plan mondial devrait retrouver un taux de progression à un seul chiffre cette année, autour de 5 %. Deux fois moins que l’an dernier. Si l’hypothèse se confirmait, le marché parviendrait tout juste à dépasser la barre des 6 milliards de dollars, soit environ 5,5 milliards d’euros. (…)

> Article intégral publié sur Décision-Achats.fr, novembre 2015

ETUDE – Les généralistes peuvent mieux faire dans les achats 24 avril 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , ,
add a comment

Si le module dédié aux achats est le plus présent dans les progiciels de gestion déployés dans les entreprises, les utilisateurs n’en seraient pas totalement satisfaits. Pour rattraper leurs concurrents spécialisés, les éditeurs généralistes doivent progresser.

Peut mieux faire. Selon la dernière enquête de satisfaction réalisée par le cabinet d’expertise CXP et ERP-Infos (*), les achats seraient le domaine fonctionnel le plus présent dans les ERP et les logiciels de gestion généralistes déployés dans les entreprises françaises. Cités par près des trois quarts des répondants, ils progressent d’un point sur un an et devancent la gestion commerciale et la GPAO (voir schéma ci-dessous, cliquer pour agrandir). Seulement, au classement – pondéré – des cinq domaines où la valeur ajoutée est la plus forte, ils rétrogradent de deux places, doublés par la gestion commerciale et la comptabilité-finance.

Schema Etude-ERP, CXP, modules-installes - 04-2015Historiquement focalisé sur les transactions d’e-procurement (gestion des demandes et des commandes, des catalogues, des flux logistiques et des stocks, de l’e-facturation etc.), le module achats des solutions intégrées généralistes pâtit probablement de sa couverture insuffisante du processus d’e-sourcing (sélection des fournisseurs, appels d’offres, négociations, etc.), au cœur du métier. Pour autant, les réponses des 757 entreprises participantes, de toutes tailles et tous secteurs d’activité, confirment la position stratégique désormais occupée par la fonction achats et son bon niveau d’informatisation, au moins sur le volet transactionnel.

(suite…)

ETUDE – L’informatisation de la fonction s’accélère 26 mars 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , ,
add a comment

Progressivement, les systèmes d’information achats montent en puissance, en même temps que la fonction se professionnalise et gagne en maturité sur le sujet. La structuration de l’offre et la pression mise sur les acheteurs pour générer des gains supplémentaires contribuent aussi à cette évolution.

Petit à petit, les entreprises mesurent l’enjeu que représente l’informatisation de leur processus achats. Elles sont aujourd’hui trois quarts à admettre que le déploiement du système d’information de la fonction est « moyennement » (42 %) ou « faiblement » (33 %) avancé, soit deux fois plus qu’il y a un an, selon la dernière édition de l’étude annuelle e-Achats 360° (*) du MBA Ingénierie et management des achats (IMA) du Pôle universitaire Léonard-de-Vinci et Demat-Infos. « Cette prise de conscience pourrait s’expliquer par l’enrichissement fonctionnel des solutions du marché et l’expansion des projets au-delà du périmètre des achats », avance Arnaud Salomon, directeur du MBA. L’ancienneté du parc dans les 37 entreprises participantes, sauf pour quelques modules récemment installés ou Schéma Etude e-Achats 360 - 2015, Projets - adapte2renouvelés (enchères inversées, gestion des catalogues et commandes, dématérialisation des factures, etc.), serait une autre explication.

Conséquence directe, le système d’information arrive en tête des principaux postes de dépenses qui seront consacrés à la modernisation de la fonction dans les 18 prochains mois. Avec 58 % de citations cumulées (acquisition de solutions, intégration, conseil, formation, etc.), il détrône les axes métiers, notamment la formation et le recrutement d’acheteurs respectivement en recul de 9 et 7 points. Pour autant, les moyens affectés aux outils e-achats resteront limités : plus des deux tiers des répondants annoncent des investissements stables (36 %) ou, surtout, en baisse (33 %). Une proportion plus élevée que l’an dernier, qui avait déjà vu un tassement des budgets alloués.

Au vu du parc installé, Il y a pourtant urgence. Si les référentiels et les outils de pilotage (infocentre achats, gestion des contrats, évaluation des fournisseurs) sont aujourd’hui largement répandus, certaines solutions pourtant centrales (gestion des consultations, gestion des plans d’actions et de progrès) tardent à se mettre en place. Au final, en termes tant de renouvellement que de primo-équipement, la marge de progrès est importante. Les contraintes financières (prix d’acquisition, coûts de déploiement, etc.), ainsi que les nécessaires efforts d’intégration et d’accompagnement des utilisateurs, conduisent les entreprises à privilégier les segments les plus urgents (voir schéma ci-dessus, cliquer pour agrandir). À commencer par toutes les solutions ayant trait aux fournisseurs : gestion du référentiel (45 % des répondants ont un projet en cours ou à 18 mois), des informations et indicateurs (36 %), des campagnes d’évaluation (33 %), des plans d’actions et de progrès (30 %), des contrats (30 %). Enfin, en termes d’évolutions technologiques, les entreprises attendent surtout des efforts des éditeurs autour de l’ergonomie et de l’accès en mobilité.

(*) étude réalisée dans le cadre des salons Solutions qui se tiendront du 6 au 8 octobre à Paris

ETUDE – New deal sur le marché des outils de sourcing 13 février 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Dans la version 2015 de son rapport sur les suites de sourcing, le cabinet d’études américain Gartner dresse une photographie resserrée des acteurs les plus actifs sur ce marché. Compte tenu des stratégies et des innovations de chacun, les leaders se comptent désormais sur les doigts d’une main.

La dernière analyse de Gartner consacrée au marché des suites de « strategic sourcing » a fait l’effet d’une petite bombe. Un an et demi après la précédente édition, le nouveau Magic Quadrant repositionne totalement les acteurs, avec quelques belles surprises mais surtout des rétrogradations aussi spectaculaires qu’étonnantes. Résultat : de grands sourires d’un côté, des grincements de dents de l’autre. Il faut dire que ce marché, qui cible les solutions couvrant à minima l’analyse des dépenses, l’e-sourcing, la gestion des contrats et le pilotage du panel fournisseurs, représente un enjeu majeur. A 1,1 milliard de dollars en 2014 selon Magic Quadrant, Gartner, Strategic Sourcing - 02-2015Gartner, il devrait connaître un taux de croissance annuelle moyen de l’ordre de 8 % jusqu’en 2018 pour atteindre 1,5 milliard de dollars.

Pour le panorama façon « New Deal » proposé cette année, Gartner a resserré son spectre d’analyse en positionnant seulement 14 acteurs (voir schéma ci-contre, cliquer pour agrandir), contre plus du double (29 acteurs) en 2013. Si l’éviction de nombreuses petites sociétés apporte de la clarté, certaines absences s’expliquent difficilement. Parmi les éditeurs présents sur le marché français, MFG.com et sa suite LiveSource, mais aussi Perfect Commerce ou Pool4Tool sortent du radar. Du côté des bonnes surprises, Ivalua est le principal gagnant, grâce à l’enrichissement de sa suite Buyer (innovations fonctionnelles, modèle SaaS, etc.) et à sa stratégie d’internationalisation, notamment aux États-Unis. Après être passé du statut de « Niche Player » à celui de « Challenger » en 2013, il rejoint le carré des « Leaders », aux côtés d’Ariba (SAP), de BravoSolution et de Zycus. « La progression régulière d’Ivalua depuis 2010 est une indication forte de la qualité et de l’excellence de notre solution », se délecte Gérard Dahan, son directeur général EMEA.

(suite…)

ETUDE – Les réseaux fournisseurs, maillon fort de la chaîne e-achat 24 novembre 2014

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Les plates-formes de mise en relation donneurs d’ordres-fournisseurs, dans un esprit collaboratif, sont devenues un axe de développement prioritaire pour nombre d’éditeurs. L’accès à des données mutualisées sur les entreprises, permettant aux acheteurs d’optimiser leur sourcing et aux fournisseurs d’augmenter leur visibilité, apporterait une réelle valeur ajoutée.

Places de marché, plates-formes d’intermédiation, hubs d’échanges… Malgré la variété d’appellations et l’impression de flou ambiant qui en découle, les réseaux fournisseurs sont en train de s’imposer dans le monde de l’e-achat. Objectif : fluidifier les relations entre les partenaires pour faciliter les opérations. Et, au final, Schema etude Forrester, marche reseaux fournisseurs  - 11-2014maximiser la performance et donc les gains. La dernière étude de Forrester, qui prévoit une croissance du marché des solutions de gestion des achats de l’ordre de 10 % cette année, soit 3 points de plus qu’en 2013, met ainsi l’accent sur ce segment qui devrait afficher la performance la plus significative : +20 % attendus, le double de l’an dernier (voir schéma ci-dessus, cliquer pour agrandir).

Comment se caractérise ce marché ? « Notre définition des réseaux fournisseurs regroupe les systèmes gérant les commandes, les factures et toutes les pièces associées dans le cadre des relations acheteurs-fournisseurs, avec une visibilité sur ces documents et la capacité de les transformer dans le format souhaité, explique Andrew Bartels, Andrew Bartels, Forrester - 08-2014 - reformateel’analyste de Forrester en charge de l’étude e-achat (photo ci-contre). Cela les distingue des réseaux EDI qui sont de simples canaux d’échanges de messages sécurisés, sans aucune visibilité sur les documents ou les données transmises. « Les réseaux fournisseurs peuvent aussi proposer des services additionnels, comme la gestion d’autres types de documents liés à la logistique, au paiement, etc., poursuit-il, ou des fonctionnalités de sourcing, en offrant l’accès à une base fournisseurs partagée ».

Cette base mutualisée apporterait même toute la valeur ajoutée, en tous cas du point de vue des promoteurs des business networks, qui ont actuellement le vent en poupe. Dans ce domaine, d’ailleurs, une course effrénée à la taille semble engagée. Basware, Hubwoo et surtout SAP, qui revendique « plus de 1,6 million d’entreprises connectées » à l’Ariba Network, ont toujours une longueur d’avance. Mais des acteurs comme Coupa, MFG.com et Pool4Tool n’entendent pas se laisser distancer. Attention toutefois : référencer un grand nombre d’entreprises permet de générer du volume, mais peut avoir un intérêt limité puisqu’on risque d’y trouver de tout. L’ajout d’une dimension qualitative (évaluations, commentaires, etc.), un axe privilégié par la plate-forme MyProcurement, est beaucoup plus intéressant.

(suite…)