jump to navigation

Les enchères inversées, un outil mésestimé 9 juin 2017

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Pour sécuriser et accélérer le processus de consultation, de nombreux éditeurs e-achats proposent un module d’enchères inversées. Utilisée pour garantir transparence et équité, la pratique se démocratise au sein des directions des achats, dont les plus matures ne cherchent pas à casser les prix mais à sélectionner les meilleures offres dans un contexte multicritère. S’appuyer sur un prestataire spécialisé, tel Acxias qui propose un service dédié, peut être nécessaire pour s’approprier le dispositif et maximiser les gains.

Dans leur rôle historique de négociateurs, les achats ont depuis longtemps à leur disposition un redoutable levier de performance : les enchères inversées. Initialement utilisée pour faire plier les fournisseurs, la pratique, désormais appliquée avec davantage de transparence et de maîtrise, est aujourd’hui beaucoup mieux acceptée. Pour autant, moins d’une entreprise sur deux y auraient recours, souvent avec parcimonie. Ainsi, bien qu’ils réalisent de longue date quelques enchères par an, le groupe La Poste et la Direction des achats de l’Etat (DAE) tardent à monter en puissance. Le groupe Saur, lui, n’y voit tout simplement pas d’intérêt. « Le processus d’enchères inversées trouve tout son sens sur des achats de « commodités », récurrents, sur des volumes importants avec peu de références, et sur des marchés sur lesquels la concurrence est forte », explique Serge Lamouroux, son directeur achats et logistique, au sein du Pôle eaux, en France. Or, Saur ne pratique pas ce type d’achats ».

De fait, le désintérêt des entreprises pour les enchères inversées tient d’abord au périmètre achat concerné. Si la plupart des catégories sont potentiellement candidates, dans le respect de la loi Jacob de 2005 qui exclut quelques domaines très spécifiques, il ne doit pas s’agir d’achats dont la tarification est soumise à des cours de marché, comme les matières premières ou agricoles, ou nécessitant un cahier des charges trop complexe. Par ailleurs, un certain nombre de prérequis doivent être remplis. Outre le fait qu’il faut avoir reçu des offres d’au moins deux fournisseurs, celles-ci doivent être techniquement comparables, sur tous les aspects autres que le prix.

(…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, avril 2017

Actualités en bref 18 novembre 2016

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Ressources.
Tags: , , , , , ,
add a comment

SynerTrade lance les enchères externalisées. L’éditeur e-achat du groupe Econocom annonce le lancement d’une offre de gestion externalisée des enchères électroniques. Baptisée Aution-as-a-Service, cette offre s’adresse aux entreprises adeptes de la pratique mais qui, souvent par manque de temps, préfèrent confier leurs projets à des experts. Elle comprend la création et la conduite des opérations, via la plate-forme Accelerate, et éventuellement l’enrôlement et la formation des fournisseurs. Les équipes de SynerTrade peuvent aussi prendre en charge la gestion totale de l’enchère, de la définition de la stratégie jusqu’à la restitution des résultats. Cet accompagnement est proposé de façon ponctuelle, pour un besoin précis, ou durant une période plus longue, en cas de forte activité par exemple.

Esker poursuit son expansion européenne. Après le rachat de CalvaEDI en 2015, Esker renforce sa présence sur le marché de l’EDI en Europe en annonçant la signature d’un accord pour acquérir la société allemande e-Integration. Exploitée depuis plus de 25 ans, la plate-forme de services d’e-Integration couvre la plupart des besoins d’échanges liés aux processus administratifs et logistiques, notamment aux achats. En parallèle, la société propose PROmitea, une solution en mode Cloud pour automatiser les achats, les approvisionnements et la gestion de la relation fournisseurs. Si cette activité sera séparée et restera sous le contrôle de son actionnaire actuel, Esker prendra part au développement en entrant à son capital à hauteur de 20 %. Source : Acxias

Nouvelle version majeure de Coupa. A l’occasion de la conférence Coupa Inspire 2016, qui s’est tenue mi-octobre à Londres, l’éditeur américain a dévoilé Coupa v.16, troisième version majeure de sa plate-forme e-achat. Hébergée sur l’infrastructure Amazon Web Services, cette nouvelle mouture renforcerait les capacités de collaboration et accroîtrait la visibilité sur le traitement des dépenses, selon l’éditeur, facilitant le suivi des résultats au regard de objectifs fixés en amont. Elle offrirait également une série de nouvelles fonctionnalités, notamment autour de la gestion des notes de frais, de la facturation et des approvisionnements. Source : Acxias

Livre blanc sur l’innovation digitale. SAP publie « Reimagine Business Models », un livre blanc traitant des impacts de l’économie digitale sur l’organisation et le fonctionnement des entreprises. Après un bref retour sur l’historique du mouvement de digitalisation au cours des vingt dernières années, le document de 24 pages présente les principales approches adoptées dans différents secteurs d’activité et les bénéfices obtenus, exemples à l’appui. Il identifie six modèles innovants permettant de faire la différence, selon le niveau de maturité et le contexte de l’entreprise, en faisant évoluer les équipes, les compétences et les systèmes d’information. Selon SAP, l’utilisation d’une plate-forme collaborative avec les partenaires serait clé. Source : Acxias

Actualités en bref 20 juillet 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Coupa acquiert l’australien InvoiceSmash. Cinq mois après avoir mis la main sur ZenPurchase, l’éditeur e-achats américain annonce une nouvelle acquisition, celle d’InvoiceSmash, spécialisé dans les solutions de facturation-paiement. Coupa entend ainsi s’appuyer sur les mécanismes de conversion des factures électroniques en temps réel, permettant de générer des données dans le format attendu par le donneur d’ordres, pour renforcer les fonctionnalités de sa suite en mode SaaS et de l’« Open Business Network » associé. La technologie d’InvoiceSmash permet aussi de repérer et d’intégrer les changements, en particulier lorsqu’un nouveau fournisseur entre au panel, avec ses propres formats de documents. Source : Acxias

Buy Made Easy lance BME-Sourcing.com. Sur les bases de son outil Multi-Devis.com, proposée depuis 2013, le prestataire lyonnais Buy Made Easy lance BME-Sourcing.com, une solution collaborative destinée aux directions des achats. Sa vocation est de centraliser et d’uniformiser les procédures achats, de la consultation jusqu’à la facturation, mais aussi de permettre une gestion des catalogues et des fournisseurs depuis un site unique. Buy Made Easy souhaite désormais s’inspirer du succès de Salesforce.com dans le domaine du CRM pour proposer une plate-forme métier en mode cloud et modulaire sous une marque plus évocatrice : Sourcingforce.com. Le lancement est envisagé à la rentrée de septembre. Source : Acxias

Ivalua dynamise les enchères. L’éditeur annonce une série d’innovations dans son module de gestion des enchères électroniques, pour faciliter les échanges durant le déroulement d’une opération, de son lancement jusqu’à l’analyse des résultats. Entre autres nouveautés, un suivi dynamique permet à l’acheteur de visualiser de façon détaillée chaque offre émise mais aussi, plus globalement, de contrôler l’évolution des prix en direct. Il est aussi possible de classer et filtrer les données selon différents critères et de les récupérer au format Excel. Par ailleurs, un système de messagerie instantanée assure une communication en temps réel entre l’administrateur de l’enchère et les fournisseurs participants. Source : Acxias

Petite hausse des achats professionnels en ligne. Selon le bilan publié par la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), le chiffre d’affaires réalisé par les sites marchands auprès des acheteurs professionnels a augmenté de 9 % en France l’an dernier, après les +7 % de 2013. Avec une entreprise sur quatre achetant en ligne, la France se situe au dixième rang européen, largement sous la moyenne (38 %) et très loin du trio de tête formé par le Danemark (72 %), l’Autriche (67 %) et les Pays-Bas (55 %). Sur la cible des particuliers, les achats par internet ont progressé de 11 % en 2014 dans l’Hexagone, à 56,8 milliards d’euros, pour un total de 700 millions de transactions. La barre des 60 milliards devrait être franchie cette année. Source : Acxias

Enchères inversées : Une pratique loin d’être automatique 31 mai 2013

Posted by thparisot in Enquêtes, Relation fournisseurs.
Tags: , ,
add a comment

Gage de transparence et d’équité, la pratique des enchères inversées progresse dans les entreprises. Mais les craintes des acheteurs, qui redoutent une dégradation de leur travail et de la relation avec les fournisseurs, freinent les initiatives. Faute d’un intérêt plus marqué, les éditeurs d’e-achat font preuve d’un certain détachement, tout en continuant de sensibiliser le marché.

La couverture des enchères par les solutions d’e-sourcing (schéma)

Nathalie Fourcade, Groupe La Poste : « La sensibilisation et la conduite du changement sont fondamentales »

Le déploiement des outils d’enchères dans les entreprises (schéma)

> Article publié dans LDA (2013)

Enchères inversées : L’âge de raison 30 avril 2010

Posted by thparisot in Enquêtes, Réseau d'échanges, Relation fournisseurs.
Tags: , , , , ,
add a comment

Arme redoutable pour mettre les fournisseurs en concurrence, les systèmes d’enchères inversées électroniques se répandent au sein des directions des achats. Mais l’heure est à une utilisation plus raisonnée, sur des familles d’achats mieux ciblées et en dépassant l’unique critère de prix.

Guy Brouaux, Total :  » Gagner quelques points supplémentaires sur les prix  »

Groupe PPR : Un recentrage sur les enchères les plus pertinentes

LDA n°183