jump to navigation

Les achats, moteur de la transformation 5 mai 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
1 comment so far

La matinale organisée fin mars par le Conseil national des achats (CDAF) a permis aux intervenants d’expliquer l’impact des solutions technologiques dans la transformation des organisations. Amenées à informatiser davantage leurs processus, en particulier pour collaborer plus efficacement avec l’extérieur, les directions des achats ont un rôle à jouer dans le mouvement de digitalisation transverse.

Deux ans après le succès de la première édition, le CDAF avait choisi de renouveler, vendredi 24 mars, son événement consacré à la performance de la fonction achats à travers ses outils. Avec quelque 730 inscrits (deux tiers achats, un tiers direction financière), la conférence se tenait cette fois en matinée, sur une thématique élargie à la transformation de la fonction et au rôle des équipes achats dans la digitalisation transverse des organisations. Après une introduction rappelant les enjeux et les attentes métiers, les intervenants de la première table ronde ont fait le point sur les meilleures pratiques d’efficience et d’innovation aux achats.

« Depuis dix ans, la numérisation et la dématérialisation sont au cœur de l’évolution de la fonction, en particulier sur la partie facturation », a d’abord rappelé Joël Aznar, président du groupe d’étude et de benchmark du CDAF consacré au SI achats, par ailleurs en charge de la gouvernance des master data de la fonction achats chez Schneider Electric. « Aujourd’hui, nous assistons à une digitalisation complète, qui s’étend à toute l’entreprise, avec des enjeux en termes de processus, de technologies, de données et de compétences ». Dans ce contexte, les achats doivent non seulement s’appuyer davantage sur les nouveaux outils numériques mais aussi être à même d’accompagner le mouvement de manière transverse. « L’accélération que nous appliquons à nos clients, avec de nouveaux outils et des services en ligne, nous devons l’étendre à nos fournisseurs », a illustré Maxime Genestrier, secrétaire général du Groupe Crédit Agricole, en charge du suivi des dépenses, de la mesure des risques et du déploiement des SI achats et procurement.

(…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, avril 2017

Actualités en bref 3 mai 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

BearingPoint acquiert LCP Consulting. Souhaitant accélérer sa croissance dans les secteurs de la distribution, des biens de consommation et industriel, BearingPoint annonce l’acquisition de LCP Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans la gestion de la chaîne logistique. Par cette opération, qui lui permet d’ajouter à son portefeuille de solutions des outils spécialisés et des méthodologies basées sur les données, le groupe va également étendre sa couverture géographique, notamment en Europe. Au cours des trois dernières années, BearingPoint a déjà mis la main sur une société de conseil italienne spécialisée dans le secteur industriel, un cabinet de conseil en management scandinave, un prestataire britannique spécialisé dans l’amélioration des performances opérationnelles et une société allemande spécialisée dans le management et le reporting.

Tradeshift intègre une couche d’intelligence artificielle. Pour simplifier les échanges et accélérer les opérations, la plate-forme Tradeshift s’enrichit d’une couche d’intelligence artificielle, à travers un assistant virtuel capable de répondre aux questions des utilisateurs. Baptisé Ada, et exploitant des technologies telles que le machine learning et le traitement automatique du langage, ce « chatbot » peut aider à retrouver une commande passée, à savoir si un budget a été consommé, à connaître le statut d’une facture, etc. Il était déjà disponible depuis fin 2016 pour quelques clients, sur la partie paiement. Au-delà des applications propres à Tradeshift, l’assistant est proposé sous forme d’API aux partenaires de la plate-forme qui pourront l’intégrer à leurs Apps. Source : Acxias

Trois nouveaux groupes de travail à l’Apeca. L’Apeca (Acteur pour la promotion des échanges commerciaux et achats dématérialisés) annonce la mise en place de trois groupes de travail, portant sur la dématérialisation des factures avec Chorus Pro, sur la carte d’achat, et sur les frais de voyages et représentation. Sur ce dernier thème, le groupe, dont la première réunion se tiendra le 20 avril, s’intéressera aux acteurs proposant des solutions adaptées : les établissements qui émettent des cartes de paiement et des outils de reporting associés, ainsi que les prestataires qui développent des offres dédiées, permettant notamment une dématérialisation complète de la chaîne. Ces frais représenteraient le 2ème ou 3ème poste de dépenses indirectes, après les salaires. Source : Acxias

Un prototype big data chez Determine. L’éditeur annonce la réalisation d’un prototype big data, avec l’un de ses clients du monde bancaire, pour optimiser les coûts d’achats en comparant l’historique de ses commandes et les prix constatés sur Internet. Complété par d’autres fonctionnalités, notamment autour des tendances de consommation budgétaire, il devrait déboucher sur le lancement d’une offre commerciale avant l’été. Ces travaux, en lien avec le programme eBOB labellisé par le Pôle de compétitivité SCS (Solutions communicantes sécurisées) de Sophia Antipolis, auquel participe Determine depuis fin 2014, pourraient être étendus à l’analyse des risques dans le cadre de la gestion des contrats et du sourcing, à partir de 2018. Source: Acxias

La blockchain, nouveau maillon de la chaîne achats ? 6 janvier 2017

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , , ,
add a comment

Appels d’offres, contractualisation, passation des commandes, approvisionnements, paiements… Qu’il s’agisse d’automatiser ou de sécuriser les transactions, les domaines d’application potentiels de la blockchain aux achats semblent nombreux. Si les projets opérationnels restent rares, les systèmes d’information métiers doivent se préparer à intégrer cette technologie prometteuse. Dans cette perspective, Acxias a récemment initié un programme de veille sur le sujet et prévoit un premier prototype en 2017.

BLOCK CHAIN with red link on box background 3D illustrationSi elles n’en mesurent pas encore totalement les impacts, les directions des achats commencent à s’intéresser à la blockchain. C’est en tout cas ce qui transparait lorsqu’on les interroge sur le sujet. « Je suis très enthousiasmé par le principe même de cette technologie », assure ainsi Pascal Pelon, directeur des achats d’Axa France. « Si je n’ai pas encore repéré de solution facile à mettre en œuvre et qui respecte nos règles internes, notamment pour le paiement en euros, je reste en veille active sur le sujet ». Même position pour Joël Aznar, en charge de la gouvernance des données achats chez Schneider Electric, avec toutefois davantage de réserve : « cela fait partie des sujets que je suis, dans le cadre de mon travail de veille technologique, explique-t-il. Mais avant de lancer un projet, j’attendrai que les éditeurs métiers franchissent le pas, s’il y a un vrai potentiel à la clé ».

Rejetant l’idée d’un « buzzword » marketing, la plupart des principaux éditeurs e-achats seraient justement en train de se positionner. Ivalua, SAP Ariba et SynerTrade l’assurent en tout cas. Determine aussi, qui a d’ailleurs fait intervenir Claire Balva, cofondatrice de Blockchain France, lors de la récente présentation de sa suite intégrée. L’éditeur explique étudier le sujet depuis déjà plusieurs années, avec quelques-uns de ses clients du secteur financier notamment. « Pour l’instant, nous n’en sommes qu’à des considérations d’architectures et de choix de technologies, précise Julien Nadaud, son directeur produit. Mais deux applications nous intéressent, autour de la sécurisation des transactions acheteurs-fournisseurs, principalement les commandes envoyées, et des contrats ». (…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, décembre 2016

Actualités en bref 30 octobre 2016

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Determine propose un calculateur de ROI. Sur son site internet récemment relooké, l’éditeur américain propose un calculateur de retour sur investissement (ROI) pour un projet de mise en place d’une solution de gestion des achats et des approvisionnements. En distinguant les différents segments du processus (gestion fournisseurs, sourcing & analyse des dépenses, gestion des contrats, procure-to-pay, gestion financière), l’outil se base sur une estimation des économies à attendre en comparaison des pratiques en vigueur dans l’entreprise. S’il reconnait que les résultats de la simulation dépendent de chaque situation, Determine explique qu’en déployant des modules adéquats, la durée d’amortissement peut être réduite.

Les solutions de SAP plébiscitées. Dans l’enquête de l’association des Utilisateurs SAP francophones (USF) présentée à l’occasion de sa convention annuelle d’octobre, l’éditeur recueille 80 % d’options favorables pour la performance de ses solutions. Réalisée par TNS-Sofres au printemps dernier, auprès de 210 entreprises clientes, cette seconde édition révèle par ailleurs une meilleure évaluation des capacités d’adaptation et une plus grande satisfaction du service de maintenance et de support. La perception de la stratégie de SAP en matière d’innovation est elle aussi très positive, avec 53 % à 73 % d’avis positifs selon les items. En revanche, la transparence des règles commerciales et la capacité d’écoute resteraient à améliorer. Source : Acxias

Hausse de 23 % du nombre d’e-factures en Europe. Selon une récente étude de l’EESPA, l’association européenne des prestataires de services de facturation électronique, près de 767 millions d’e-factures auraient été échangées dans la sphère professionnelle (entreprises et services publics) en 2015, un chiffre en augmentation de 23,4 %. Comparée au +3 % de 2014, cette forte hausse s’explique par l’évolution de la réglementation européenne pour obliger les entreprises travaillant avec le secteur public à passer à la dématérialisation. L’EESPA souligne également le rôle des opérateurs de réseaux d’échanges entre acheteurs-fournisseurs, qui leur évitent les liaisons directes et apportent des services à valeur ajoutée. Source : Acxias

Nouveaux services sur le TBN de Perfect Commerce. Un an après l’acquisition de Hubwoo, l’éditeur annonce trois nouveaux services sur The Business Network (TBN), sa plate-forme collaborative entre acheteurs et fournisseurs. En complément de l’outil de création de factures sur le portail dédié, les petits fournisseurs peuvent désormais, après une rapide procédure d’inscription, charger des documents pdf qui pourront ensuite être traités automatiquement. Par ailleurs, en plus de la signature électronique, un environnement conforme aux exigences de la piste d’audit fiable est disponible. Enfin, le réseau TBN a été connecté à Chorus Portail Pro, la plate-forme de l’Etat qui offre aux acheteurs publics un point d’échange unique avec leurs fournisseurs. Source : Acxias

RCI Banque : Dématérialisation intégrale des factures 10 octobre 2016

Posted by thparisot in Reportages.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

En ouverture d’une matinée de présentation de leurs solutions par Determine et Readsoft, RCI Banque a détaillé les enjeux et le déroulé de son projet d’automatisation du procure-to-pay et de la gestion des contrats. Avec en bout de chaîne, la dématérialisation intégrale des factures.

Lorsque RCI Banque, filiale de Renault, a lancé son chantier d’informatisation des achats et approvisionnements, en 2013, la fonction vivotait. « Longtemps, sa professionnalisation et son automatisation n’avaient pas été jugées prioritaires », se souvient Jean-Christophe Labarre, directeur des achats du groupe (photo ci-dessous). Dans une jean-christophe-labarre-rci-banque-2optique collaborative, en impliquant au maximum les parties prenantes, il a été décidé de mener un projet court et pragmatique : limité aux principales opérations, avec un éditeur-intégrateur, en mode Cloud. « Nous voulions simplifier le mode de fonctionnement, pour nous approcher de Vente-privée ou d’Amazon », résume le responsable.

Les spécifications générales ont été réalisées en un mois par un groupe réduit, puis trente personnes ont participé à la définition des spécifications détaillées sur la chaîne procure-to-pay, dans le cadre d’ateliers. Au terme d’un benchmark de trois éditeurs, RCI Banque a finalement retenu B-pack, intégré depuis dans Determine suite à son rachat par l’éditeur américain Selectica en 2015. La compatibilité avec SAP, pour la gestion des transactions bancaires après le déversement des données chaque soir, et la capacité d’interfaçage avec l’outil de gestion budgétaire tiers, ont été clés.

(suite…)

Actualités en bref 3 octobre 2016

Posted by thparisot in Autres.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Determine présente sa plate-forme unifiée. L’éditeur américain a présenté mi-septembre la « solution unifiée », encore en cours de construction, issue de la fusion des solutions de Iasta (sourcing, relation fournisseurs), Selectica (contrats) et B-pack (procure-to-pay). Incluant des « business apps » (gestion de parc, stocks, missions et notes de frais, etc.) et une gestion avancée des données, autour du concept de « métadonnées » exploitées par ailleurs dans le Business Network, cette solution source-to pay dispose d’une nouvelle interface utilisateurs en « responsive design » basée sur la technologie Google. L’éditeurs annonce par ailleurs que sa solution intégrera à terme des fonctionnalités décisionnelles plus poussées, de type Predictive et Prescriptive Analytics. Source : Acxias

Partenariat entre Qualiac et Serensia. L’éditeur français d’ERP annonce un partenariat avec Serensia, spécialisé dans l’automatisation du traitement des documents comptables, notamment des factures, pour répondre aux besoins de ses clients en matière de dématérialisation. Dans ce cadre, les deux sociétés ont développé un connecteur permettant de récupérer les informations issues de la solution Serensia et de les injecter dans le progiciel intégré de Qualiac, sans aucune intervention. L’éditeur vient par ailleurs de confirmer la commercialisation d’une nouvelle mouture de son outil Qualiac Achats, qui vise une couverture élargie du processus métier, en même temps que la prochaine version majeure de son ERP, en novembre. Source : Acxias

Eric Vial rejoint Perfect Commerce. L’éditeur américain annonce la nomination d’Eric Vial (55 ans, ESC Grenoble et titulaire d’un DECS) au poste de directeur commercial France. Avec plus de 15 ans d’expérience de direction commerciale et de conseil, notamment chez Ariba, CGI, Capgemini et Exact Software, il travaillait auparavant chez Teradata où il a ouvert le marché du pétrole et du gaz en signant plusieurs projets Big Data. Chez Perfect Commerce, il aura en charge le développement de l’activité sur le marché français, un an après la fusion avec Hubwoo qui a permis à la société de progresser sur l’axe « ability to execute » (validité de la stratégie et pérennité) du dernier Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites procure-to-pay. Source : Acxias

Pubert dématérialise ses factures. Le groupe industriel vendéen a remplacé le traitement manuel de ses factures d’achat par une chaîne automatisée exploitant les logiciels ELO, intégrés par Mercuria, principalement pour réduire les délais d’enregistrement et donc de paiement. Alors que les données étaient jusqu’ici saisies dans l’ERP Cegid PMI, sur chacun des trois sites de l’entreprise, le nouveau dispositif permet d’extraire les lignes de factures, puis de les rapprocher des réceptions et des commandes, sous le contrôle d’un valideur. En cas d’écarts, les équipes achats se chargent de la résolution du problème, avant l’envoi des factures dans l’ERP pour la génération des écritures comptables et les diverses mises à jour (stocks, prix, etc.). Source : Acxias

Actualités en bref 27 juillet 2016

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Trois leaders en procure-to-pay. Comme l’an dernier, Coupa et SAP (Ariba et Fieldglass) arrivent en tête des « Leaders » du Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites procure-to-pay, juste devant Basware. Pour cette édition, eu égard aux critères de sélection du cabinet d’études américain, basés sur le chiffre d’affaires, la clientèle ou la présence géographique, huit solutions ont été sorties du panel (Elcom, JCatalog, Mercado Eletronico, Oracle E-Business Suite, Oracle Peoplesoft, Puridiom, SAP SRM, SciQuest) et aucune n’y est entrée. Parmi les douze éditeurs finalement positionnés, Gartner a identifié quatre « Visionnaires » (BirchStreet Systems, Ivalua, Verian, Wax Digital) et un « Challenger » (GEP). Source : Acxias

NaturéO optimise ses approvisionnements. L’enseigne de distribution de produits bio retient la plate-forme de Determine pour améliorer l’efficacité opérationnelle de sa chaîne d’approvisionnement et de facturation, et supporter sa croissance. Les bénéfices attendus du projet sont de deux ordres. D’une part, une simplification des opérations pour les points de vente en les guidant vers les conditions tarifaires locales ou nationales négociées, et un suivi de l’utilisation de leur budget. D’autre part, une dématérialisation des échanges de commandes et de factures avec les fournisseurs. Outre l’aspect fonctionnel et l’accès en mode SaaS, NaturéO explique avoir choisi la solution pour son ergonomie et ses capacités de paramétrage. Source : Acxias

L’ERP de Cegid progresse dans les achats. L’éditeur lyonnais enrichit Yourcegid Y2 On Demand, son ERP en mode cloud, en ajoutant la gestion d’affaire et la gestion commerciale, pour optimiser le pilotage des activités et leur planification. Dans le domaine des achats, ces fonctionnalités permettent par exemple de répondre à une demande sans délai, grâce à un contrôle budgétaire en temps réel. Elles améliorent aussi la maîtrise des risques, y compris ceux liés aux non conformités des marchandises, en assurant une traçabilité de bout en bout et un suivi des actions associées. Enfin, elles simplifient les flux d’informations entre les différents services de l’entreprise et facilitent les interactions avec les collaborateurs itinérants. Source : Acxias

Rapport de Billentis sur la facturation électronique. Sponsorisé par Basware, le dernier rapport annuel de Billentis sur la facturation électronique revient en 99 pages sur les enjeux de la dématérialisation des processus procure-to-pay, détaillant en particulier les gains financiers à en attendre, chiffres à l’appui. L’analyse, qui compare les pratiques et les contraintes dans différents pays, et donne une tendance des projets menés dans le secteur public, souligne l’impact de l’e-facturation en termes de maîtrise des flux de trésorerie et de fluidification de la relation fournisseurs. Elle serait aussi l’occasion de lancer une politique de mise en qualité des données, pour éviter les oublis ou les erreurs qui conduisent à des litiges et ralentissent les traitements. Source : Acxias

Actualités en bref 20 juin 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Ressources.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

La Pfaf Sud-Est récompensée pour sa performance. A l’occasion du Salon des Maires, la Plate-forme achats finances Sud-Est du Service du commissariat des armées a été récompensée dans la catégorie « Performance de l’achat public » (fonction publique d’Etat) pour avoir dématérialisé toute sa chaîne de la dépense, des achats à la facturation, et adopté la carte d’achat. Organisés par Achatpublic.com et le Groupe Moniteur, les Trophées de la commande publique ont aussi distingué la centrale d’achats Approlys et le Groupement de coordination sanitaire Achats du Centre, dans la même catégorie, ainsi que la RATP, la Communauté d’agglomération du Pays de Grasse et le Centre hospitalier des Murets dans la catégorie achat public durable. Source : Acxias

Chiffre d’affaires en hausse de 20 % pour Qualiac. L’éditeur français d’ERP, qui travaille actuellement à l’enrichissement de son module achats, annonce un chiffre d’affaires de 17,8 millions d’euros pour 2015, en hausse de 20 % à périmètre constant. Pour expliquer ces bons résultats, il évoque son positionnement pertinent, notamment dans le secteur public, et la qualité de sa réponse aux attentes des clients. Ces derniers, dans la dernière enquête de satisfaction du cabinet d’expertise CXP, placent en effet Qualiac devant ses principaux concurrents sur la plupart des critères liés au produit (richesse fonctionnelle, ergonomie, interopérabilité, etc.) ou à l’approche éditeur (respect du cahier des charges, connaissances métiers, réactivité, etc.). Source : Acxias

Ingenico sécurise son processus d’achat. Le groupe spécialisé dans les solutions de paiement intégrées annonce le déploiement des modules d’analyse des dépenses, de gestion des achats de prestations intellectuelles et d’e-procurement d’Ivalua sur une quinzaine de pays d’Europe et d’Amérique. Retenue notamment pour sa capacité d’intégration avec les différents ERP en place, l’offre s’inscrit dans un projet visant quatre objectifs principaux : améliorer la visibilité sur les dépenses au niveau international, industrialiser et superviser l’ensemble du cycle purchase-to-pay dans un outil unique, consolider les relations fournisseurs et identifier les leviers d’optimisation, maîtriser les coûts administratifs de la fonction achats. Source : Acxias

Livre blanc sur les enjeux de la gestion budgétaire. En collaboration avec PayStream Advisors, l’éditeur Determine propose un livre blanc pour expliquer la finalité d’une solution de pilotage des budgets et son importance pour optimiser le processus d’achat. Intitulé « la gestion budgétaire au cœur de la performance e-procurement », ce document d’une douzaine de pages revient d’abord sur les raisons qui poussent les entreprises à déployer un système d’information achat, en mettant l’accent sur la maîtrise des coûts. Il détaille ensuite les avantages qu’offre une solution avancée de gestion budgétaire, en particulier dans les organisations complexes : planification des budgets, suivi des dépenses en temps réel, analyse poussée des dépenses. Source : Acxias

Actualités en bref 8 avril 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Partenariat entre Tradeshift et Xerox. L’éditeur américain annonce un partenariat mondial avec Xerox qui pourra proposer à ses clients des solutions d’automatisation de leurs processus achats et finance, notamment sur la chaîne de facturation-paiement. En complément de son portefeuille de services, Xerox entend ainsi aider les entreprises à mieux suivre leurs dépenses et renforcer leurs circuits de validation, dans le respect des politiques d’achats définies en interne, pour réduire les coûts et les délais en s’affranchissant au maximum du papier. Le réseau d’échanges de Tradeshift permet en outre de renforcer la relation avec les fournisseurs, en tenant compte des enjeux des réseaux sociaux, de la mobilité, du self-service, etc. Source : Acxias

L’Opéra national de Paris bascule vers Qualiac. Pour moderniser son système d’information financier et comptable, en place depuis 1994 et composé de six logiciels différents, l’Opéra national de Paris (Palais Garnier et Opéra Bastille) a opté pour l’ERP Qualiac. Le périmètre fonctionnel, très large, inclut la gestion des dépenses et la facturation, ainsi que le traitement des notes de frais et des droits d’auteurs. Plusieurs évolutions sont d’ores et déjà prévues, notamment dans la logistique et la gestion des stocks. A l’étude depuis 2011, le projet avait été accéléré pour répondre à l’obligation de mise en conformité avec la nouvelle règlementation de la GBCP (Gestion budgétaire et comptable publique), entrée en vigueur cette année. Source : Acxias

Le CLM Décrypté par Determine. S’appuyant sur une analyse du cabinet Spend Matters Research, Determine publie un document pour aider les entreprises dans le choix d’une solution de gestion du cycle de vie des contrats, ou CLM (Contract Lifecycle Management). Après quelques recommandations concernant le référentiel et les fonctionnalités associées, il détaille les spécificités du processus, selon qu’il s’agit d’achats de biens ou de services : workflows à mettre en place (création, signature, alertes, reporting, etc.), rôle des intervenants, gestion des règles et des autorisations, suivi d’exécution, pilotage des risques. Le document s’achève sur quelques conseils en matière de gestion de la performance des contrats. Source : Acxias

Les applications achats tiennent leur rang. Loin derrière la gestion de la relation clients (17,1 %), la finance (16,5 %) et les ressources humaines (11,5 %), les achats ont pesé pour plus de 5,5 % dans les 140 milliards de dollars que les entreprises ont dépensés en 2015 pour leurs applications métiers. Tablant sur un taux de croissance annuel moyen de 9 %, le cabinet d’études Forrester estime que cette proportion variera peu jusqu’en 2017. Pour couvrir tout le processus achat, il conviendrait toutefois d’y ajouter une partie des dépenses consacrées aux applications de supply chain (transport, logistique, etc.), de gestion financière (budget, comptabilité fournisseurs, etc.) et de gestion des risques et des paiements. Voire à celles dédiées à la gestion du cycle de vie des produits. Source : Acxias

ACTU – Selectica et B-pack plus déterminés que jamais 3 décembre 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre.
Tags: , , , , ,
add a comment

La dernière édition du traditionnel B-pack Forum a été l’occasion pour Determine, le groupe issu du rachat de l’éditeur français par l’américain Selectica, de présenter les principaux axes de sa stratégie et les contours de sa nouvelle offre.

Forum B-pack, P-Stakenas - 112015Trois semaines après avoir dévoilé son nouveau nom et fait sonner la cloche de son introduction au Nasdaq, Determine a présenté, jeudi 5 novembre, à Paris, sa vision du marché et sa stratégie de développement à quelque 180 professionnels qui avaient fait le déplacement. Né du rachat de B-pack par Selectica, qui s’était déjà offert Iasta en juillet 2014, le nouvel ensemble n’a pas caché ses ambitions. Dès l’ouverture de la journée, Patrick Stakenas, son PDG (photo ci-contre, cliquer pour agrandir), s’est chargé de planter le décor. D’abord, par les chiffres : près de 200 collaborateurs aux Etats-Unis et en Europe, dont un tiers en France, et un revenu de 35 millions de dollars réalisé avec près de 300 clients. Puis par une présentation globale de la « solution unifiée » bâtie par assemblage des offres des trois sociétés. (…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, novembre 2015