jump to navigation

Le digital « disruptif » révolutionne les achats 12 avril 2019

Posted by thparisot in Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Dans la dernière édition de son CPO Survey, Deloitte pointe une accélération du basculement des directions achats vers le digital, pour augmenter l’efficacité opérationnelle des équipes et améliorer leur confort. Les robots logiciels et l’intelligence artificielle seraient particulièrement prisés.

2019 sera-t-elle l’année du grand basculement des achats vers le digital ? C’est en tout cas la tendance qui semble se dessiner, au vu des résultats de la dernière édition du « CPO Survey » du cabinet Deloitte, présentés fin mars lors de la Matinale « Digital Achat » du CNA (Conseil national des achats). Ainsi, 62 % des directeurs achats se disent aujourd’hui convaincus qu’une stratégie digitale améliore la performance de la fonction et de l’entreprise, contre seulement 20 % l’an dernier. Certes, « moins d’un tiers d’entre eux ont une vision globale du modèle opérationnel associé à mettre en place, et l’essentiel des réalisations se concentrent sur des cas d’usage ciblés », relativise Meïssa Tall, associé conseil au sein du cabinet. « Mais l’année 2019 marque un véritable point d’inflexion ».

Encore faut-il s’entendre sur la notion de « digital ». Pour Deloitte, « le digital englobe plusieurs technologies disruptives qui impactent massivement les processus et les organisations telles que le Big data, l’Intelligence artificielle (IA), la Robotic process automation (RPA), la Blockchain, etc. ». Ces technologies mûrissantes, en cours d’adoption, constituent une seconde vague d’applications achats, après la première qui a vu le déploiement de logiciels classiques d’e-sourcing et d’e-procurement. En termes d’objectifs, la recherche d’efficacité opérationnelle s’impose comme le moteur principal de la digitalisation, citée par 6 répondants sur 10. Suit l’amélioration de l’expérience utilisateur, c’est-à-dire le confort et la simplicité d’utilisation, puis le renforcement de l’implication des parties prenantes et l’augmentation de la rentabilité (voir schéma ci-dessus).

En distinguant les différents segments de la chaîne achats, le Request-to-order serait le plus impacté par la transformation digitale, devant deux autres processus transactionnels : le paiement et la contractualisation. « Les technologies de RPA favorisent amplement l’automatisation des flux d’échanges structurant ces processus », explique Meïssa Tall. La gestion des fournisseurs, le Category management et la gestion du risque viennent ensuite, talonnés par le processus au cœur du métier : le sourcing. « Jusqu’à présent, le sourcing stratégique était une activité séquentielle, poursuit-il. Mais avec les technologies d’IA et de Big data, il devient possible de déterminer les meilleurs scénarios par anticipation. Le sourcing devient prédictif ». La suite ? Après les deux premières vagues, l’intérêt des achats se porteraient désormais sur la Blockchain, le Cyber Tracking et la réalité augmentée.

Publicités

Actualités en bref 6 mai 2016

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , ,
add a comment

Le numérique dans le viseur des achats. Quatre directions des achats sur dix seulement auraient entamé une réflexion sur leur stratégie digitale, selon la 5ème édition de l’enquête annuelle mondiale de Deloitte sur la fonction. Pour autant, la transformation numérique ferait partie des principales préoccupations des 324 directeurs des achats interrogés, dans 33 pays, avec la réduction des coûts, la participation à la croissance, la hausse du niveau de risque et la pénurie de compétences. L’étude révèlerait ainsi une hausse des dépenses dans les technologies informatiques, en particulier dans des solutions cloud et en libre-service, pour accélérer les processus et en améliorer la précision. Les investissements dans le mobile et les réseaux sociaux seraient également en augmentation.

Un module de gestion de projets pour Oxalys. L’éditeur français Oxalys Technologies annonce le lancement d’Oxa.SPM, un nouveau module pour faciliter la gestion des projets et des activités achats. Applicable à toutes les opérations de pilotage et de suivi (consultations, exécution des contrats, innovation, plans de progrès, etc.), en liaison avec les autres modules de la solution, il propose une méthodologie permettant de structurer et de gérer les projets à partir d’un espace unique où un rôle est attribué à chacun des intervenants. En plus de tracer la réalisation des tâches du projet inscrit dans le processus d’achat, Oxa.SPM propose le partage de fichiers et de documents, une bibliothèque de modèles, des diagrammes et rapports, etc. Source : Acxias

General Electric étend l’utilisation d’OBMS. Utilisateur d’OBMS (Opase Business Management Services) depuis dix ans pour la gestion des ressources externes de ses sites de Massy et Montpellier, Alstom puis General Electric Grid Solutions a étendu l’outil à plusieurs autres entités en France. Après deux mois de déploiement sur les sites de Villeurbanne, Saint-Priest et Aix-les-Bains, le groupe dispose désormais d’une base de données unique et mise à jour en temps réel, lui permettant de mieux gérer les négociations tarifaires et de répondre efficacement aux demandes internes de prestations de services. GE Grid Solutions envisage désormais d’étendre OBMS partout en Europe, en commençant par l’Angleterre et l’Allemagne. Source : Acxias

Esker intègre sa solution à JD Edwards. L’éditeur lyonnais spécialisé en dématérialisation de documents annonce l’intégration de sa solution à l’ERP d’Oracle JD Edwards EnterpriseOne, pour apporter à ses utilisateurs davantage d’efficacité et de productivité tout au long du traitement de leurs factures fournisseurs. Grâce notamment à la synchronisation automatique des données des factures et des fournisseurs, la solution globale fluidifie le processus de validation, y compris à partir d’un terminal nomade, et améliore la gestion des erreurs. Les utilisateurs ont également accès aux archives directement à partir de l’ERP, via un lien web, avec la possibilité de visualiser facilement l’image de chaque facture ainsi que l’historique de traitement. Source : Acxias

Actualités en bref 15 février 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Huit technologies pour la suppy chain de demain. L’évolution de l’environnement économique et les multiples défis (pression sur les prix, raccourcissement des délais, maîtrise des risques, etc.) obligent les entreprises à adapter leur supply chain en se dotant de nouveaux outils informatiques. L’étude réalisée par le cabinet Deloitte auprès de 400 entreprises, fin 2015, révèle huit tendances regroupées en trois catégories selon leur niveau d’adoption : les technologies matures (outils d’optimisation des stocks et des flux, capteurs et identification automatique, informatique et stockage dématérialisés, robotique et automatisation), en croissance (analyses prédictives, technologies mobiles et embarquées), émergentes (impression 3D, drones et véhicules autonomes).

L’Américain Coupa acquiert Contractually. L’éditeur annonce l’acquisition du Canadien Contractually pour intégrer la gestion du cycle de vie des contrats à sa suite e-achat, qui ne proposait qu’un référentiel dédié et des mécanismes d’alerte sur les échéances (renouvellement, résiliation, etc.). Avec ces nouvelles fonctionnalités, couvrant la chaîne allant de la préparation du contrat jusqu’à la signature électronique et l’archivage, Coupa entend aider les organisations à limiter le risque d’erreur humaine et à gagner en efficacité opérationnelle, par une meilleure collaboration entre les parties concernées. Il sera notamment possible d’inviter les fournisseurs à participer à l’établissement des contrats via le Coupa Open Business Network. Source : Acxias

Esker démarre l’année en trombe. Dans la foulée de l’annonce de son chiffre d’affaires 2015, en hausse de 13 % à taux de change et périmètre constants, à 58,5 millions d’euros, l’éditeur lyonnais spécialisé en dématérialisation de documents lance une application mobile de validation des demandes d’achats et des factures fournisseurs. Esker Anywhere permet de visualiser l’image d’un devis ou d’une facture, d’accéder aux informations clés (nom du fournisseur, montant total, observations, etc.), de vérifier l’imputation budgétaire, puis de valider, mettre en attente ou retourner le document concerné. Il est également possible de laisser un commentaire pour la personne suivante dans le circuit d’approbation. Source : Acxias

L’intranet achats poursuit sa mue. Comme dans les autres directions métiers, l’intranet reste une valeur sûre aux achats. Mais à en croire les résultats de l’étude de Faits & Chiffres, présentés en amont du salon Intranet & Collaboratif (22 au 24 mars à Paris), sa couverture doit s’élargir, pour dépasser le périmètre « moyen » centré sur la communication et les outils traditionnels (gestion de documents, annuaire, reporting, etc.). Priorités en 2016 : renforcer les espaces de travail (workplaces) et, surtout, la personnalisation et les fonctionnalités de réseau social d’entreprise. Pour y parvenir, plus de la moitié (52 %) des 33 répondants de l’étude annoncent un budget en hausse, de +50 % en moyenne. Source : Acxias

ACTU – Le grand soir des systèmes d’information achats 5 juin 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

A l’occasion de la soirée organisée fin mai par la CDAF (Compagnie des dirigeants et acheteurs de France) sur le thème de l’efficience et de l’innovation de la fonction achats à travers ses outils, une poignée d’éditeurs et d’entreprises utilisatrices ont fait un point sur le marché. Entre conseils et doléances, chacun a pu partager son expérience et échanger avec les autres, devant un auditoire impressionnant.

Plus de 500 décideurs achats, DAF et DSI avaient coché la date dans leur agenda. Jeudi 21 mai au soir, c’est Soiree CDAF - 21-05-2015donc devant une salle comble que six éditeurs et prestataires e-achats (BravoSolution, Coupa, Ivalua, MyProcurement, SAP-Ariba, SynerTrade) ont pu exposer leur vision de l’offre et des projets, en préambule de la présentation d’un Livre blanc consacré aux systèmes d’information de la fonction. Avant eux, les décideurs achats de quatre entreprises utilisatrices, que certains auront jugées trop grandes et exemplaires pour représenter le marché, avaient planté le décor en présentant leur chantier d’informatisation et les vertus des outils.

« Nous sommes passés d’une gestion amatrice à une gestion professionnelle », a tranché d’emblée Arnaud Minvielle, directeur général du GIE en charge des achats au sein du groupe BPCE, soutenu dans son analyse par Claude Bordier, chargé de mission SI achats à la RATP : « Les outils rendent la vie de l’acheteur plus simple, en facilitant notamment la transversalité amont et aval ». Ils permettent « la standardisation et la simplification des processus », a renchéri Michel Jullien, vice president, procurement financial control & administration chez Sanofi, citant également l’enjeu de conformité et de gestion du risque. Pour Jean-Pierre Vignes, directeur des achats non marchands chez Carrefour, la mise en place d’outils répond d’abord à un enjeu d’efficacité, pour ne pas dire de productivité, dans le but d’« augmenter le volume négocié par collaborateur ». (…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, juin 2015

 

Actualités en bref 26 mai 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Ressources.
Tags: , , , , , ,
add a comment

Un guide sur les systèmes d’information achats. A l’occasion d’une grande soirée dédiée à l’efficience et à l’innovation de la fonction achats à travers ses outils, la CDAF (Compagnie des dirigeants et acheteurs de France) et le cabinet Deloitte ont diffusé leur Guide 2015 des SI Achats. D’une trentaine de pages, le document propose une démarche de conduite d’un projet dans ce domaine (gestion du déploiement, stratégies d’intégration, choix de la solution, etc.), une analyse des tendances du marché et un décryptage de l’offre. Cette dernière, limitée à six acteurs (Ariba/SAP, BravoSolution, Coupa, Ivalua, MyProcurement, SynerTrade), regroupe des fiches d’identité et une série de tableaux sur les services et les principales fonctionnalités couvertes.

BravoSolution accélère sa croissance. Avec un chiffre d’affaires de 71 millions d’euros en 2014, en hausse d’environ 7,5 %, l’éditeur e-achat italien reste sur la dynamique des +6,5 % enregistrés en 2013. Confirmé parmi les « Leaders » du dernier Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites de « strategic sourcing », pour la cinquième année consécutive, BravoSolution revendique près de cent nouveaux déploiements l’an dernier, dans le cadre de projets portant sur une première installation ou l’ajout de modules chez des clients déjà équipés. Considérant que les entreprises adoptent une approche toujours plus stratégique des achats, ses dirigeants tablent sur une nouvelle augmentation de la demande en 2015. Source : Acxias

GDF Suez généralise Accelerate. Tout juste rebaptisé Engie, le géant français de l’énergie déploie Accelerate, la dernière version de la suite de SynerTrade retenue il y a deux an pour structurer son système d’information achats autour d’un outil transverse, en lien avec les quelque 80 ERP utilisés par les différentes activités et filiales. Ce choix s’inscrit dans le cadre d’un programme pluriannuel visant à « acheter mieux, moins et plus économique », avec un objectif de 1,7 milliard d’euros d’économies sur la fonction d’ici la fin 2015. Après l’analyse des dépenses et la gestion des fournisseurs, les modules d’e-RFx et de pilotage des contrats doivent être déployés dans les prochains mois sur l’ensemble du groupe. Source : Acxias

Crop ans co ouvre son outil de pilotage. Le cabinet de conseil spécialisé annonce la commercialisation de son outil de définition et de suivi des stratégies achats, initialement développé pour ses clients à destination des acheteurs ayant suivi ses formations. Crop and co avait en effet constaté qu’Excel, encore très répandu aux achats, trouvait rapidement ses limites dans la capitalisation et le partage d’information. L’outil, installé sur chaque poste avec un accès aux données mutualisées, permet de définir une stratégie pour chaque famille d’achats, de bâtir et de suivre un plan d’actions, de communiquer vers les clients internes et la direction générale, de piloter un tableau de bord et de réaliser des reportings. Source : Acxias

Actualités en bref 6 mai 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Le collaboratif aux achats a la cote. Les entreprises investissent dans des solutions e-achats de plus en plus collaboratives, à en croire la dernière édition de l’étude annuelle mondiale réalisée par le cabinet Deloitte, en collaboration avec Odgers Berndtson. En particulier, le déploiement d’un portail fournisseurs arrive en tête des projets actuels, cité par près de deux tiers des 239 répondants. Au cours des douze prochains mois, alors que plus de la moitié (53 %) du panel reconnait que les systèmes en place doivent être améliorés, les efforts porteront en priorité sur l’analyse des dépenses (46 % de citations), la gestion des contrats (40 %) et de la relation fournisseurs (39 %). L’intégration et la qualité des données sont les principales difficultés mentionnées.

Basware s’offre le britannique Procserve. L’éditeur finlandais de solutions d’e-procurement et de facturation électronique annonce la signature d’un accord avec Ipex Capital portant sur l’acquisition du britannique Procserve, pour un montant de 25,9 millions d’euros. Alors que la place de marché du gouvernement du Royaume-Uni s’appuie sur le réseau de Procserve depuis sa création, en 2006, Basware entend ainsi renforcer sa présence dans le secteur public britannique. D’ici à 2016, les administrations et les organismes publics du Royaume-Uni devront avoir mis en place l’e-facturation, pour mieux contrôler les opérations mais aussi réduire les délais et les coûts de traitement. Source : Acxias

BCLC passe ses contrats sous Ivalua. Pour améliorer la visibilité sur ses contrats et en optimiser le pilotage à travers une plate-forme unique et intégrée, l’entreprise publique canadienne British Columbia Lottery Corporation (BCLC) a opté pour Ivalua Buyer. Le module de gestion des contrats, qui remplacera les applications existantes en garantissant la compatibilité des données avec l’ERP, permettra notamment de renforcer les capacités de travail en mode collaboratif en gérant les accès et les droits des utilisateurs selon plusieurs niveaux d’autorisation. L’outil doit aussi conduire à la rationalisation du processus d’approbation, alors que BCLC achète chaque année des biens et des services auprès de plus de 1 200 fournisseurs. Source : Acxias

Nouvelle version majeure pour Tableau. Tableau Software annonce la sortie d’une nouvelle version majeure de sa solution d’analyse visuelle, de plus en plus présente dans les systèmes décisionnels des achats, au même titre que les outils de Qlik ou Tibco. Disponible depuis 4 mois en version bêta, Tableau 9.0 apporte de nombreuses nouveautés fonctionnelles, notamment en termes de préparation des données (qualification, transformation, etc.) et d’analyses (prévisions, courbes de tendance, champs calculés, etc.). Les performances de la solution ont également progressé, grâce à des technologies de parallélisation et de fusion de requêtes, de vectorisation ou à des caches plus sophistiqués. La liste des connecteurs aux bases s’est aussi agrandie. Source : Acxias

Actualités en bref 6 mars 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , ,
1 comment so far

Les achats tablent sur l’analyse prédictive. A en croire les tendances 2015 de Deloitte en matière de « Data et Analytics », les achats placent ces nouvelles approches décisionnelles au cœur de leurs enjeux, convaincus qu’elles recèlent de futurs gains de performance. Les outils de « Data Visualisation » notamment, qui favorisent une prise en main par des non-spécialistes, démultiplient les capacités d’analyse au sein des entreprises. En outre, le rayon d’action des traitements s’élargit : au-delà de la description, la prédiction, voire la prescription est désormais possible, marquant le début de ce que le cabinet appelle l’ère des « Big Analytics ».

Corporate Solutions dans les starting-blocks. Engagé depuis cinq ans dans le développement d’une solution e-achat pour un groupe de BTP, le cabinet de conseil en organisation et éditeur tourangeaux envisage une mise sur le marché avant l’été. Baptisée Org@sourcing, et destinée à des ETI ou des filiales de grandes entreprises, cette solution propose un portail de référencement des fournisseurs en mode collaboratif, en mettant l’accent sur les informations enrichies (évaluations, documents juridiques, etc.) et sur la gestion de la relation avec les sous-traitants. Des fonctionnalités d’e-sourcing, notamment autour des appels d’offres, sont également prévues. Source : Acxias

L’e-facturation mobilise peu les achats. Selon la dernière enquête « Tendances Achats » d’Ivalua, la fonction ne jouerait qu’un rôle secondaire lors du déploiement de la facturation électronique. En charge du chantier dans moins d’un tiers des cas (30 %), elle arrive loin derrière la direction financière, citée par 57 % du panel. Sur le plan technique, l’intégration avec le système comptable (69 % de citations) et l’e-procurement (50 %) serait cruciale. Quant aux objectifs, ils portent d’abord sur la réduction des coûts de traitement administratif (68 %), sur l’amélioration de la traçabilité (50 %) et sur la diminution du nombre d’erreurs (28 %). Source : Acxias

B-pack ouvre un bureau à Londres. Après s’être concentré sur les États-Unis, l’éditeur français se renforce en Europe en ouvrant un bureau à Londres, pour mieux servir ses clients locaux (Telehouse, United Drug, etc.) et développer ses activités au Royaume-Uni et dans les pays scandinaves. Du côté de l’offre, B-pack poursuit l’enrichissement de sa solution de « nouvelle génération », lancée fin 2014 autour d’une interface utilisateur refondue, en intégrant des fonctionnalités d’e-commerce, des indicateurs métiers avancés, l’e-facturation via un « supplier network » ou des données Duns (Dun & Bradstreet) sur les fournisseurs. Source : Acxias