jump to navigation

Les ERP toujours timides dans les achats 8 octobre 2018

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , ,
add a comment

Selon la dernière enquête de satisfaction des utilisateurs de logiciels de gestion, menée cet été par le CXP avec ERP-Infos, de nombreux aspects restent perfectibles. Dans le domaine de la gestion des achats et des approvisionnements, les éditeurs peuvent notamment faire beaucoup mieux, en particulier sur le volet amont de « strategic sourcing » où les pure-players semblent garder la main.

Historiquement bien positionnés sur l’e-procurement, pour gérer les flux transactionnels allant de de la commande au paiement, les ERP sont toujours à la peine sur le volet purement achats. « Pour la gestion des fournisseurs et des consultations, et plus encore pour le pilotage de la fonction, les solutions spécialisées proposées par les pure-players semblent incontournables », estime Patrick Rahali, directeur et market leader ERP du groupe CXP, qui présentait fin septembre, dans le cadre des Salons Solutions, la dernière mouture de son « enquête de satisfaction » utilisateurs. Basé sur 537 réponses, recueillies d’avril à septembre auprès d’organisations de toutes tailles et tous secteurs, l’« ERP Survey » 2018 révèle que le module « achats et e-procurement » est présent dans moins d’un tiers des entreprises. Il est largement devancé par la « finance-comptabilité », qui continue de caracoler en tête avec 80 % de citations, devant les modules « gestion commerciale » et « immobilisations-trésorerie » (voir schéma ci-dessus).

En ce qui concerne l’ancienneté, plus de la moitié (53 %) des ERP en place ont été installés avant 2010, et même 15 % avant 2000. « Alors que près d’un sur dix a été déployé en 2017 ou est en cours de déploiement, on constate une accélération par rapport aux années précédentes, sans doute pour remplacer les systèmes les plus anciens déployés en masse il y a une vingtaine d’années, au moment du passage à l’an 2000 », précise Patrick Rahali. Si six ERP sur dix sont encore « on premise » et 5 % en mode hybride, le Cloud poursuit également sa progression. Précisément : 28 % sont hébergés en SaaS dans un Cloud privé, 7% dans un Cloud public. Surtout, les entreprises qui n’ont pas encore franchi le pas de l’externalisation en Saas n’y sont pas opposées. Près de trois sur quatre pourraient basculer dans les 12 mois (11 %), dans les 24 mois (21 %) ou à plus long terme (42 %).

Quid du niveau de satisfaction des répondants ? Avec une note moyenne de 6,3 sur 10, contre 6,5 l’an dernier, la satisfaction globale vis-à-vis des solutions est en légère baisse, la quasi-totalité des critères perdant entre 0,4 et 0,6 point. « Ce recul s’explique peut-être par l’attente toujours plus forte des utilisateurs, habitués au confort des applications personnelles qui a beaucoup évolué », analyse Patrick Rahali. Dans le détail, les tendances des éditions précédentes de l’enquête restent inchangées : la fiabilité arrive en tête (note de 6,7), talonnée par la richesse fonctionnelle et l’adéquation au besoin, alors que l’ergonomie et la facilité d’utilisation restent perfectibles. Plus surprenant, la possibilité d’utiliser le progiciel en mobilité semble toujours à la peine. « Alors que les éditeurs multiplient les efforts en ce sens, l’ancienneté du parc explique peut-être les réponses du panel », indique Patrick Rahali. Enfin, la note de satisfaction de l’éditeur (5,6) recule également de 0,5 point, les répondants jugeant souvent sévèrement sa capacité à construire une relation de confiance, à intervenir en cas de nouveau besoin et à les accompagner dans leur transformation numérique.

Publicités

Actualités en bref 12 octobre 2017

Posted by thparisot in Actualités, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Publication du Livre d’or des éditeurs. Le groupe iPresse.net vient de publier l’édition 2017 de son Livre d’or des éditeurs, hors-série de la newsletter i-Logiciels&Services, où figurent notamment les principaux acteurs du marché de l’e-achat. Sur 52 pages, l’ouvrage propose une analyse de la conjoncture du secteur sur la base des données de Syntec numérique et de Tech’in France, les tops des éditeurs français (chiffre d’affaires mondial) et en France (chiffre d’affaires dans l’Hexagone) ainsi que des fiches donnant une information complète sur chacune des sociétés référencées. En parallèle, le Livre d’or des ESN (Entreprises de services du numérique) offre une approche similaire pour les prestataires de conseil, intégration, développement, support, etc.

Music Group met ses achats sous contrôle. Souhaitant optimiser ses pratiques d’achat à l’international, pour réduire ses coûts et gagner en transparence, la société-mère du groupe spécialisé dans les produits audio et musicaux professionnels a choisi de déployer la suite d’Ivalua auprès de ses équipes en Chine, à Hong-Kong et aux Philippines. Face à l’évolution des impératifs de ses clients, Music Group se doit en effet d’accélérer ses procédures de mise sur le marché et, par conséquent, de dynamiser la chaîne de traitement de ses achats et le contrôle des opérations. En plus de choisir une solution couvrant ses besoins fonctionnels, dans des conditions optimales de mise en œuvre, le groupe recherchait un partenaire fiable et capable de l’accompagner sur la durée.

Les achats en pole position dans les ERP. Les achats sont le domaine fonctionnel le plus présent dans les ERP, et plus globalement dans les progiciels servant de socle au système de gestion global des entreprises, selon la dernière enquête de satisfaction du cabinet d’expertise CXP, réalisée au premier semestre 2017. Cités par 74 % des 1089 répondants, ils reculent de quatre points sur un an, mais devancent toujours la comptabilité (71 %) et la gestion commerciale (70 %). En termes de contribution à la performance, l’impact du module dédié ne serait toutefois pas optimal : si la question n’a pas été reposée cette année, en 2016 les achats ne se plaçaient qu’en deuxième position (classement pondéré), derrière la gestion commerciale.

Fives uniformise ses processus. Le groupe d’ingénierie industrielle a choisi de dématérialiser une partie des 55 000 factures reçues chaque année de plus de 2 500 fournisseurs, dans le cadre d’une démarche de structuration et de digitalisation visant à uniformiser les processus de gestion de l’ensemble des filiales. Le dispositif, basé sur les solutions d’Esker, viendra en appui des 6 comptables et 300 approbateurs des cinq sociétés du groupe concernées, jusqu’ici contraints de réaliser un travail fastidieux et très chronophage. En plus de réduire les temps de traitement, il apportera plus de visibilité sur la relation avec les fournisseurs, à travers des tableaux de bord mis à disposition sur un portail, et permettra de piloter la performance des équipes.

Actualités en bref 28 novembre 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Ressources.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Test d’évaluation de la maturité digitale. Le cabinet d’expertise en solutions logicielles CXP propose aux directions des achats, comme à toutes les autres fonctions de l’entreprise, d’estimer son niveau de maturité numérique à travers un test d’auto-évaluation en ligne. Après un court questionnaire général, il est proposé de choisir les thèmes à approfondir parmi les outils collaboratifs et les médias sociaux, la mobilité, l’analytique big data, le cloud et l’expérience client. Ce test, régulièrement mis à jour pour tenir compte des dernières tendances et innovations, permet d’obtenir une note et de comparer les résultats à la moyenne de l’ensemble des répondants. Selon le CXP, cette auto-évaluation offre surtout l’occasion de se poser les bonnes questions en parcourant les réponses proposées.

Quaest lorgne sur le marché français. Bien installée en Europe du Nord, la start-up allemande Quaest entend conquérir de nouveaux marchés, en particulier la France. Sa solution repose sur une plate-forme collaborative permettant de piloter les achats, par catégories, en quatre étapes : organisation du projet achats, conduite des analyses de marchés fournisseurs, définition de plans d’actions, exécution et suivi. Disponible en mode SaaS, selon trois formules (essential, professional, expert), elle peut également être installée sur site, en une dizaine de jours d’intégration, de configuration et de prise en main. Quaest, qui compte actuellement sept clients, dont quatre en production, prévoit de faire son entrée sur le marché hexagonal en 2017. Source : Acxias

Livre blanc sur les achats de déplacements. Amadeus, le prestataire technologique pour l’industrie du voyage, publie un livre blanc pour accompagner les entreprises dans le déploiement d’un outil de gestion des déplacements et des frais professionnels. Après une présentation des chiffres clés et des avantages d’un tel outil (gains de temps, économies, maîtrise des risques, contrôle des dépenses, etc.), le document d’une dizaine de pages détaille les bonnes pratiques pour mener le projet, depuis l’analyse du besoin à la définition du cahier des charges jusqu’au déploiement et au démarrage opérationnel. Dans une dernière partie, Amadeus insiste sur l’importance de la conduite du changement, à travers la communication et la formation. Source : Acxias

DocuSign ajoute le paiement à ses services. Le prestataire spécialisé dans la gestion des transactions numériques annonce DocuSign Payments, une solution associant paiement et signature électronique, pour réduire les délais de traitement et de règlement. Lancée en association avec Stripe, pour la gestion des paiements internationaux, et avec le soutien d’Apple, Google et Authorize.net, la solution permettra aux utilisateurs de signer et régler des transactions en une seule étape à travers le Global Trust Network de DocuSign. Alors que DocuSign Payments entrera en phase de bêta-tests limités, avant son lancement commercial prévu au tout début de 2017, de nombreuses entreprises et organismes auraient déjà manifesté leur intérêt. Source : Acxias

Actualités en bref 22 août 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Axys se renforce dans le digital avec Aquity. Après trente ans de croissance organique, Axys Consultants vient de procéder à sa première acquisition en rachetant le cabinet Aquity, spécialisé dans la transformation digitale opérationnelle. Le programme de transformation digitale de l’entreprise, initié en 2013, s’inscrit dans une évolution globale et graduelle touchant les aspects tant humains, qu’organisationnels et technologiques : analyse des opportunités sectorielles du digital et de sa déclinaison par les usages, développement des compétences ad hoc, investissements sur des outils s’appuyant sur des approches innovantes de conduite du changement et l’animation d’ateliers. Avec l’acquisition d’Aquity, Axys entend apporter à ses clients un savoir-faire global, de la stratégie à la mise en œuvre.

Interopérabilité de Sage eFacture. Dans la perspective de l’obligation d’e-facturation qui entrera en vigueur entre 2017 et 2020 selon la taille de l’expéditeur, l’éditeur britannique annonce avoir doté sa solution Sage eFacture d’une plate-forme d’interopérabilité développée en partenariat avec Cegedim. Intégrée de façon transparente, cette plate-forme permet, en l’absence d’une norme générale établie en France et en Europe, de convertir une facture vers n’importe quel format spécifique, pour en automatiser l’envoi et la réception. Tandis que la conversion s’effectue en passant par le format XML, Sage explique que les utilisateurs obtiennent un document final en PDF classique, facilitant la consultation, le suivi et l’archivage. Source : Acxias

Guide de bonne gestion des dépenses publiques. La direction générale des finances publiques (DGFiP) propose un « guide des bonnes pratiques de gestion des dépenses des collectivités territoriales et de leurs établissements publics ». Destiné à accompagner le déploiement de la dématérialisation globale de la chaîne de traitement de la dépense, ce document de 34 pages détaille les voies d’optimisation des trois grands segments du processus : l’amont (la gestion des achats, factures, subventions, aides, etc.), la partie centrale (le paiement), l’aval (le pilotage transverse et les régularisations). Il s’intéresse en particulier à la dématérialisation des pièces de dépenses et à l’utilisation de la carte d’achat pour les opérations de petits montants. Source : Acxias

Les métiers mobilisés autour de la donnée. La gouvernance liée aux données et à l’analytique tend à devenir partagée, voire à relever exclusivement des directions métiers, comme les achats, selon le dernier baromètre du CXP sur le sujet commandité par Qlik. Plus d’un tiers (34 %) des responsables informatiques et décisionnels sont conscients de ne plus être incontournables dans les projets, du fait notamment de la montée en puissance des solutions SaaS et des outils en libre-service. Jusqu’alors simples utilisateurs, les métiers souhaitent gagner en autonomie pour accéder à des tableaux de bord statiques et dynamiques, améliorer la qualité de la donnée et gérer son organisation, ou utiliser des outils prédictifs. Source : Acxias

Les achats, levier de croissance des ERP 23 mars 2016

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , ,
add a comment

Alors que le module achats est le plus présent dans les progiciels de gestion déployés dans les entreprises, sa contribution à la performance ne serait pas optimale. Pour rattraper leurs concurrents spécialisés, les éditeurs généralistes doivent encore progresser sur les processus au cœur du métier.

Les achats sont le domaine fonctionnel le plus présent dans les ERP, et plus globalement dans les progiciels de gestion servant de socle au système d’information des entreprises. C’est en tout cas l’un des principaux enseignements de l’enquête de satisfaction du cabinet d’expertise CXP et ERP-Infos, présentés mi-mars en amont des Salons Solutions qui se tiendront du 20 au 22 septembre 2016 à Paris. Cités par 78 % des 747 répondants au questionnaire proposé en ligne entre décembre et février derniers, les achats Etude ERP, CXP, Contribution des modules, adpaté (2)progressent de quatre points sur un an. Ils devancent désormais largement la gestion commerciale (70 %) et la comptabilité (69 %).

Au classement pondéré – en tenant compte de l’ordre de citations – des cinq modules contribuant le plus à la performance de l’entreprise (voir schéma ci-dessus, cliquer pour agrandir), ils cèdent toutefois du terrain, ne se plaçant qu’en deuxième position. Historiquement focalisé sur le volet transactionnel du cycle procure-to-pay (gestion des demandes et des commandes, des catalogues, des flux logistiques, de la facturation, etc.), le module achats des solutions de gestion généralistes pâtit probablement de sa couverture encore limitée du processus de « sourcing stratégique » (analyse des dépenses, appels d’offres et enchères, pilotage de la performance, gestion des contrats, etc.) au cœur du métier. (…)

> Article intégral publié sur Décision-Achats.fr, mars 2016

Actualités en bref 8 février 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Les éditeurs trop frileux à l’international. Il existe une corrélation forte entre le succès des éditeurs français, notamment dans le domaine de l’e-achat, et leur développement à l’international. Ce constat, mis en exergue dans la première étude sur le sujet, a conduit la Direction générale des entreprises (DGE) et l’Association française des éditeurs de logiciels et solutions Internet (Afdel), avec le soutient des cabinet KMPG et CXP Group, à formuler une série de recommandations. Pour réussir, il est nécessaire de développer une culture internationale dans l’entreprise, d’identifier les destinations au plus fort potentiel (sans se limiter aux pays limitrophes), de rechercher un financement adapté et de s’appuyer sur un homme de terrain.

TF1 optimise ses achats de prestations. Le groupe audiovisuel a retenu Opase et sa solution OBMS (Opase Business Management Services) pour optimiser son processus d’achat de prestations intellectuelles informatiques. L’outil, qui permet de faire collaborer les différents acteurs impliqués dans la chaîne de traitement (donneurs d’ordres, acheteurs spécialisés, contrôleurs de gestion, etc.), assure notamment la gestion des appels d’offres et le suivi d’exécution des prestations, en lien avec SAP. Il va également permettre d’optimiser les processus de gestion des ressources externes (intérimaires, consultants, prestataires de services, etc.) du groupe et de ses sept filiales. En 2009, TF1 avait choisi la solution Oalia SPM, comme surcouche à SAP, pour couvrir ces catégories d’achats spécifiques.

SAP en ligne avec ses objectifs. A l’occasion de la publication de ses résultats préliminaires pour le dernier trimestre 2015, mi-janvier, l’éditeur allemand a indiqué que son chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’exercice avoisinerait 20,8 milliards d’euros, en hausse de 18 % (10 % à taux de change constant). Les revenus issus de la vente des solutions en mode Cloud, notamment autour de l’offre Ariba, représentent 2,3 milliards d’euros : ils ont plus que doublé (+109 %, +82 % à taux de change constant) par rapport à 2014. Selon les prévisions, ce segment devrait encore enregistrer la plus forte croissance cette année, SAP tablant sur un chiffre d’affaires autour de 3 milliards d’euros, soit une progression de +33 %. Source : Acxias

TPI automatise ses achats avec Sylob. Suite à sa cession par le groupe Areva, TechnoPlus Industries (TPI) a retenu et déployé l’ERP de Sylob pour gérer la totalité de ses activités, notamment le processus achats allant de l’appel d’offres à la commande et au règlement. Du fait de la spécialisation de la société dans la mécanique de précision, principalement pour les secteurs du nucléaire et de l’aéronautique, la précision d’exécution et la fiabilité étaient des critères fondamentaux de choix. TPI avait également une exigence forte en matière de traçabilité. En incluant l’étude de marché et l’important travail de transfert de données depuis l’ERP d’Areva, le projet s’est échelonné sur six mois. Aucun développement spécifique n’a été réalisé. Source : Acxias

Actualités en bref 28 mai 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Deux éditeurs e-achats dans le top 100 français. Seuls deux spécialistes e-achats figurent au dernier classement Truffle 100 des éditeurs de logiciels français, réalisé par le cabinet d’expertise CXP et soutenu par le gouvernement, sur la base du « chiffre d’affaires édition » de 2014 : Ivalua et Groupe Ach@t Solutions, respectivement à la 56ème et à la 85ème place. Etonnamment, ni Hubwoo ni SynerTrade n’apparaissent dans le palmarès. En revanche, on y trouve quelques éditeurs d’ERP (Generix Group, Proginov, Qualiac, Ordirope) ou de solutions de dématérialisation (Esker, Itesoft) couvrant en partie les achats. Selon ce classement, les ventes ont augmenté de 6 % en un an, à 6,6 milliards d’euros, avec une « très sensible progression » du SaaS. Source : Acxias

Le groupe Editions Lefebvre Sarrut adopte B-pack. La maison d’édition française, spécialisée notamment dans la documentation fiscale, sociale et comptable, a automatisé son processus d’e-procurement en choisissant la solution de B-pack. Déployé en moins de vingt jours, pour un projet global de deux mois entre la décision et la mise en production, le système couvre les opérations allant de la gestion des demandes à l’envoi des commandes aux fournisseurs, ainsi que le pilotage des budgets. Combinée à une réorganisation des processus, il a également permis de centraliser et de simplifier l’analyse des dépenses des différentes sociétés du groupe. La seconde phase du projet, intégrant la facturation, est prévue pour la fin 2015. Source : Acxias

Partenariat GFI-Yooz dans la dématérialisation. Le groupe GFI Informatique et Yooz, le prestataire SaaS de l’éditeur Itesoft, annoncent leur partenariat pour proposer une solution commune de dématérialisation destinée au secteur public. Baptisée GFI Phase Web Finances-Yooz, cette solution vient répondre au besoin d’optimisation de la chaîne de facturation des organismes publics, notamment vis-à-vis de la nouvelle obligation en vigueur depuis janvier 2015 autour du protocole d’échange standard (PES). Associée aux logiciels de GFI, elle doit permettre de dématérialiser le processus procure-to-pay en conformité avec cette obligation, pour simplifier les opérations de validation et réduire les délais de paiement. Source : Acxias

L’Ugap au secours de ses fournisseurs. Parmi les mesures récemment annoncées par le gouvernement pour lutter contre les difficultés de trésorerie des petites entreprises, largement liées à des retards de paiement, l’Ugap (Union des groupements d’achat public) mettra à disposition de ses fournisseurs un mécanisme de financement avantageux via sa plate-forme, en collaboration avec La Banque Postale. En parallèle, en plus des nouvelles obligations en matière de facturation électronique qui doivent permettre d’accélérer les traitements, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) accentuera ses contrôles sur le respect des délais par donneurs d’ordres. Source : Acxias

ETUDE – Les généralistes peuvent mieux faire dans les achats 24 avril 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , ,
add a comment

Si le module dédié aux achats est le plus présent dans les progiciels de gestion déployés dans les entreprises, les utilisateurs n’en seraient pas totalement satisfaits. Pour rattraper leurs concurrents spécialisés, les éditeurs généralistes doivent progresser.

Peut mieux faire. Selon la dernière enquête de satisfaction réalisée par le cabinet d’expertise CXP et ERP-Infos (*), les achats seraient le domaine fonctionnel le plus présent dans les ERP et les logiciels de gestion généralistes déployés dans les entreprises françaises. Cités par près des trois quarts des répondants, ils progressent d’un point sur un an et devancent la gestion commerciale et la GPAO (voir schéma ci-dessous, cliquer pour agrandir). Seulement, au classement – pondéré – des cinq domaines où la valeur ajoutée est la plus forte, ils rétrogradent de deux places, doublés par la gestion commerciale et la comptabilité-finance.

Schema Etude-ERP, CXP, modules-installes - 04-2015Historiquement focalisé sur les transactions d’e-procurement (gestion des demandes et des commandes, des catalogues, des flux logistiques et des stocks, de l’e-facturation etc.), le module achats des solutions intégrées généralistes pâtit probablement de sa couverture insuffisante du processus d’e-sourcing (sélection des fournisseurs, appels d’offres, négociations, etc.), au cœur du métier. Pour autant, les réponses des 757 entreprises participantes, de toutes tailles et tous secteurs d’activité, confirment la position stratégique désormais occupée par la fonction achats et son bon niveau d’informatisation, au moins sur le volet transactionnel.

(suite…)

Actualités en bref 26 septembre 2014

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Ressources.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Kimoce promeut l’achat responsable. L’éditeur français se positionne sur le marché des achats responsables en permettant, dans sa solution Kimoce Achats, d’intégrer les bases d’une politique dédiée. Au-delà du calcul des coûts globaux et des budgets énergétiques, il est aussi possible de mettre en place et de mesurer de nouvelles actions durables (traitement des déchets, utilisation d’énergies alternatives, suppression du papier, recyclage, etc.), en s’appuyant notamment sur des indicateurs clés.

Levée de fonds record pour Alibaba. En entrant à la bourse de New-York, la place de marché chinoise, potentiellement utilisable par les directions des achats, est parvenue à lever quelque 25 milliards de dollars (19,6 milliards d’euros). Dès le premier jour, le cours de l’action a bondi de 38 %, propulsant la capitalisation de la société à plus de 231 milliards de dollars (192 milliards d’euros).

Tradeshift débarque en France. La plate-forme d’échanges (relation fournisseurs, facturation, etc.) fondée en 2010 au Danemark et aujourd’hui basée aux États-Unis, ouvre un bureau en France. Cette annonce s’inscrit dans le plan d’expansion incluant d’autres pays d’Europe (Allemagne, Royaume-Uni, pays scandinaves) et d’Asie (Japon). La base partagée de Tradeshift référencerait quelque 500 000 entreprises.

Sortie du guide e-Gamix 2014. Dans la version 2014 de son guide, le cabinet CXP propose un panorama de quelque 220 éditeurs de progiciels et prestataires, ainsi que des analyses sur les grandes tendances du marché : mots clés, zooms fonctionnels, évolutions technologiques, etc. Plutôt complet, il fait toutefois l’impasse sur la plupart des spécialistes de la gestion du procesuss achats.

Actualités en bref 16 juillet 2014

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets.
Tags: , , , , ,
add a comment

DDS Logistics lance un module SRM. L’éditeur spécialisé dans les flux de transports ajoute à sa solution DDS Shipper un module SRM (Supplier Relationship Management) de gestion de la relation fournisseurs. En améliorant la communication entre ces derniers et les chargeurs, il permet d’optimiser et de sécuriser les processus d’approvisionnement des marchandises.

Léa Nature passe à l’e-facture. Le fabricant et distributeur de produits bio et naturels, qui regroupe 20 sociétés basées sur 8 sites en France, a choisi la dématérialisation pour centraliser la gestion de ses 24 000 factures fournisseurs annuelles, en s’appuyant sur la solution Esker. Intégrée à l’ERP Yourcegid Y2, elle permettra d’améliorer la performance du service comptabilité tout en absorbant la croissance de l’activité.

Le CXP et PAC fusionnent. Les deux sociétés ont annoncé avant l’été leur rapprochement avec comme ambition de créer « le premier cabinet européen indépendant d’analyse et de conseil en logiciels applicatifs et services informatiques ». Fort de 140 collaborateurs, le nouvel ensemble, baptisé CXP Group, espère concurrencer les grands cabinets anglo-saxons sur le Vieux Continent.

Oracle pousse l’analyse des achats. L’éditeur américain annonce la nouvelle version d’Oracle Business Intelligence (BI) Applications, conçue pour aider les entreprises à mieux comprendre leurs performances et à agir avec une souplesse maximale. De nouvelles fonctionnalités permettent notamment d’analyser de façon encore plus transparente les données achats.