jump to navigation

Actualités en bref 31 mars 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Ressources.
Tags: , , , , , ,
add a comment

Livre blanc sur les suites source-to-pay. L’éditeur e-achat Ivalua publie un livre blanc pour présenter les atouts d’un système d’information achats basé sur une suite globale couvrant l’ensemble de la chaîne de traitement, du référencement des fournisseurs au paiement, en passant par la consultation, la contractualisation, la facturation ou encore l’analyse des dépenses. Selon lui, un environnement exploitant diverses solutions générerait des risques d’erreurs, du fait notamment de l’éparpillement des données et des responsabilités dans l’entreprise, autour d’un ERP faisant le plus souvent office de pivot. Le document de 20 pages détaille les enjeux en termes de précision, de conformité, d’efficacité, de performance et de création de valeur.

Easypics lance une offre de contrathèque. Le prestataire en nettoyage et enrichissement des référentiels achats-ventes élargit son offre en proposant un espace de stockage et de gestion des documents contractuels. Accessible directement depuis la plate-forme Easypics, cet outil permet de créer de nouveaux contrats à partir des données de base (fournisseur, acheteur et juriste responsables, périmètre d’application, catégorie d’achat, etc.) et d’y adjoindre les pièces associées. Il propose également un système d’alertes sur les échéances clés (résiliation, reconduction, etc.) pour éviter les oublis et les litiges. Ne manque que le suivi d’exécution, généralement proposé dans les outils e-achats pour vérifier le respect des engagements contractuels. Source : Acxias

Réunion clients de Perfect Commerce-Hubwoo. Seize mois après le rachat de Hubwoo par Perfect Commerce, une cinquantaine de clients venus de toute l’Europe se sont réunis le 27 janvier dernier à Bruxelles. Sur le thème des échanges électroniques BtoB, la journée « Connections 2017 » a été jalonnée de retours d’expérience, de présentations d’experts de l’éditeur (consultants, directeurs produits, etc.) et d’interventions de partenaires. Au programme également, quelques annonces, notamment autour de la plate-forme collaborative TBN (The Business Network) : par exemple, de nouveaux modes d’acquisition des factures pour les petits fournisseurs (online OCR), ou encore des fonctionnalités de supply chain financing. Source : Acxias

Attestation Légale poursuit sa croissance. En forte croissance depuis sa création en 2010, la start-up lyonnaise Attestation Légale a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros, en croissance de 80 %. Se définissant comme un réseau de mise en relation interentreprises et d’échanges sécurisés (collecte, numérisation, authentification, diffusion, mise à jour, archivage) de documents administratifs légaux, financiers, sociaux et juridiques, la société de 70 personnes revendique aujourd’hui plus de 18 000 clients. En 2017, Attestation Légale entend poursuivre sa diversification sectorielle et son internationalisation, d’abord en Allemagne et en Espagne, avec comme objectif d’atteindre 23 000 clients. Source : Acxias

Actualités en bref 30 octobre 2016

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Determine propose un calculateur de ROI. Sur son site internet récemment relooké, l’éditeur américain propose un calculateur de retour sur investissement (ROI) pour un projet de mise en place d’une solution de gestion des achats et des approvisionnements. En distinguant les différents segments du processus (gestion fournisseurs, sourcing & analyse des dépenses, gestion des contrats, procure-to-pay, gestion financière), l’outil se base sur une estimation des économies à attendre en comparaison des pratiques en vigueur dans l’entreprise. S’il reconnait que les résultats de la simulation dépendent de chaque situation, Determine explique qu’en déployant des modules adéquats, la durée d’amortissement peut être réduite.

Les solutions de SAP plébiscitées. Dans l’enquête de l’association des Utilisateurs SAP francophones (USF) présentée à l’occasion de sa convention annuelle d’octobre, l’éditeur recueille 80 % d’options favorables pour la performance de ses solutions. Réalisée par TNS-Sofres au printemps dernier, auprès de 210 entreprises clientes, cette seconde édition révèle par ailleurs une meilleure évaluation des capacités d’adaptation et une plus grande satisfaction du service de maintenance et de support. La perception de la stratégie de SAP en matière d’innovation est elle aussi très positive, avec 53 % à 73 % d’avis positifs selon les items. En revanche, la transparence des règles commerciales et la capacité d’écoute resteraient à améliorer. Source : Acxias

Hausse de 23 % du nombre d’e-factures en Europe. Selon une récente étude de l’EESPA, l’association européenne des prestataires de services de facturation électronique, près de 767 millions d’e-factures auraient été échangées dans la sphère professionnelle (entreprises et services publics) en 2015, un chiffre en augmentation de 23,4 %. Comparée au +3 % de 2014, cette forte hausse s’explique par l’évolution de la réglementation européenne pour obliger les entreprises travaillant avec le secteur public à passer à la dématérialisation. L’EESPA souligne également le rôle des opérateurs de réseaux d’échanges entre acheteurs-fournisseurs, qui leur évitent les liaisons directes et apportent des services à valeur ajoutée. Source : Acxias

Nouveaux services sur le TBN de Perfect Commerce. Un an après l’acquisition de Hubwoo, l’éditeur annonce trois nouveaux services sur The Business Network (TBN), sa plate-forme collaborative entre acheteurs et fournisseurs. En complément de l’outil de création de factures sur le portail dédié, les petits fournisseurs peuvent désormais, après une rapide procédure d’inscription, charger des documents pdf qui pourront ensuite être traités automatiquement. Par ailleurs, en plus de la signature électronique, un environnement conforme aux exigences de la piste d’audit fiable est disponible. Enfin, le réseau TBN a été connecté à Chorus Portail Pro, la plate-forme de l’Etat qui offre aux acheteurs publics un point d’échange unique avec leurs fournisseurs. Source : Acxias

LIVRE – La digitalisation des achats de A à Z 19 septembre 2016

Posted by thparisot in Actualités, Ressources.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

livre-digitalisation-des-achats-acxias-09-2016-fond2Le cabinet de conseil spécialisé Acxias publie « La digitalisation des achats », un ouvrage détaillant les enjeux auxquels doit faire face la fonction dans le cadre de sa professionnalisation et de son informatisation. Rappel des défis, présentation des bonnes pratiques, analyse du marché, évaluation des acteurs et des solutions : rien ne manque.

En trois décennies, la fonction achats s’est structurée et professionnalisée pour répondre aux nouveaux défis principalement liés à la mondialisation des échanges et à la multiplication des acteurs. Les nouvelles technologies sont aussi devenues indispensables aux acheteurs pour réaliser leurs missions opérationnelles et informationnelles avec un maximum d’efficacité et de fiabilité, en particulier dans la période de crise économique que nous traversons. Pour accompagner les entreprises dans ce mouvement, Acxias publie un ouvrage explicitant l’importance de la digitalisation pour le métier d’acheteur, articulé en quatre grandes parties.

Après une analyse des enjeux des achats et de la contribution des outils, la troisième partie présente les tendances générales du marché et les acteurs en présence, ainsi que 8 pages de tableaux fonctionnels centrés sur une trentaine d’offres. Ils offrent de nombreuses informations détaillées, sur les principaux segments (e-achat, e-procurement et supply chain management, solutions finances, Buniness networks et hubs), permettant de comparer les différentes solutions et d’identifier celles les plus à même de répondre aux besoins spécifiques des directions achats et financières.

Dans la quatrième partie, Acxias revient sur les résultats de son Baromètre de la satisfaction des utilisateurs vis-à-vis de leur solution e-achat. Y sont mises en exergue les forces et les faiblesses des principaux éditeurs présents sur le marché, à travers des radars de notation et des évaluations particulières. L’ouvrage s’achève sur un annuaire recensant une soixantaine d’acteurs et solutions, incluant des fiches signalétiques détaillées (chiffres clés, positionnement, spécialités et points forts, contacts, etc.) pour 21 éditeurs partenaires. Au final, le livre devrait devenir « une référence en la matière », comme l’estime Marc Sauvage, président du Conseil national des achats dans sa préface. De conclure : « Il deviendra très vite un outil indispensable pour réaliser les analyses pertinentes et prendre les bonnes décisions pour investir dans nos systèmes d’information achats 4.0 ! ».

« La digitalisation des achats : enjeux, bonnes pratiques et référentiel des solutions ». Editions Acxias, août 2016, 180 pages. L’ouvrage est disponible sur Amazon.

Innovations digitales achats : l’accélération de SAP Ariba 8 juillet 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre.
Tags: , , ,
add a comment

Jusqu’ici focalisé sur l’intégration de l’offre Ariba dans son écosystème, SAP mise désormais sur l’innovation pour accroître son emprise sur le marché des solutions digitales achats et procure-to-pay. Le SAP Ariba Live de Madrid, qui s’est tenu mi-juin, a été l’occasion d’une revue générale des nouveautés disponibles ou à venir.

Trois mois après Las Vegas, c’est à Madrid que SAP Ariba avait choisi de présenter sa vision et ses solutions aux marchés d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique. Pendant trois jours (du 13 au 15 juin), à travers une cinquantaine de sessions de présentation et autant d’ateliers autour du thème fédérateur « simple, intelligent, ouvert », les quelque 1 000 clients et partenaires qui avaient fait le déplacement ont pu découvrir l’étendue de l’offre de l’éditeur dans le domaine des achats et notamment ses dernières nouveautés. Car si depuis le rachat d’Ariba, en 2012, SAP s’était surtout concentré sur l’alignement et l’intégration des solutions, le cap est aujourd’hui mis sur l’innovation. Le SAP Ariba Live a permis de découvrir les trois axes de travail prioritaires : l’ergonomie (expérience utilisateur), les partenariats, l’expansion fonctionnelle. En matière de fonctionnalités, comme à Las Vegas en mars, les intervenants de SAP Ariba ont présenté quinze innovations majeures, déjà disponibles ou à venir. (…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, juin 2016

SAP Ariba renforce la collaboration fournisseurs 11 mai 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre.
Tags: , , ,
1 comment so far

A l’occasion de l’édition américaine du SAP Ariba Live, qui s’est tenue en mars à Las Vegas, l’éditeur a annoncé de nouveaux modes de collaboration électronique sans frais pour les fournisseurs et une série d’innovations pour faciliter l’adoption de ses solutions e-procurement.

SAP Ariba Live 2016Près d’un an après avoir intégré SAP, Ariba a profité de son événement annuel pour présenter ses dernières solutions applicatives et surtout dévoiler une série d’innovations autour de son Business Network. En préambule, Alex Atzberger, président de SAP Ariba, avait planté le décor : « Dans le domaine des achats, nous tirons aujourd’hui pleinement partie de la combinaison de la puissance et de la taille de SAP, d’une part, de l’innovation et de l’approche clients d’Ariba, d’autre part ».

Principale innovation du Business Network, le « Light enablement » propose un dispositif d’échange « allégé » aux fournisseurs de classe C, les moins importants en termes de volumes de dépenses pour leurs donneurs d’ordres, mais les plus nombreux, et souvent les plus difficiles à convaincre des avantages du Business Network. Sans nécessité d’enregistrement sur le réseau, il leur est désormais possible de recevoir un bon de commande, d’envoyer une confirmation ou de déclencher la facture associée, par le biais de la messagerie électronique, sans modifier leurs procédures ou passer par un portail, ni payer de commission. (…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, avril 2016

ACTU – Ariba passe à la vitesse supérieure 12 août 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre.
Tags: , ,
add a comment

En annonçant une mise à niveau de ses solutions, l’éditeur historique sur le marché de l’e-achat a rassuré ses clients et rappelé par la même occasion à la concurrence qu’il faudrait encore composer avec lui.

Depuis son rachat par SAP, en 2012, Ariba était resté très discret. A tel point que le marché commençait à se poser de sérieuses questions quant à sa stratégie et à l’évolution de son offre. Mais en l’espace de quelques semaines, une série d’annonces vient de relancer la machine. Une nouvelle version de l’Ariba Network est d’abord disponible depuis le 18 juillet. Sans modifier les instances déployées par les clients (personnalisation, choix d’options, etc.), elle prend notamment en compte de nouveaux formats de document, comme la dernière version de cXML, le Commerce eXtensible Markup Language. Selon les derniers chiffres communiqués par SAP, l’Ariba Network référencerait aujourd’hui quelque 1,8 million d’entreprises dans 190 pays, pour un volume de transactions annuel dépassant les 600 milliards de dollars. Plus impactante, en termes de confort et de simplicité d’utilisation, la seconde annonce concerne une refonte à compter du 25 juillet des interfaces des applications Ariba : tableau de bord de navigation générale, pages de présentation des workflows, rapports d’analyse. Sur ce dernier point, SAP a également annoncé l’intégration de sa technologie de base de données « In Memory » HANA dans les outils de reporting d’Ariba, pour simplifier l’architecture et permettre des analyses en temps réel. En complément, de nouvelles versions des fonctionnalités proposées en mode nomade, sur plate-forme iOS actuellement, sont disponibles. Leur déclinaison pour Android est en préparation.

Source : Acxias

ACTU – Une division Business network chez SAP 23 janvier 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités.
Tags: , , , , ,
add a comment

En ligne avec le groupe, le chiffre d’affaires de SAP France a continué de progresser l’an dernier, porté par l’offre Hana. Et ce, malgré le virage engagé vers le cloud. Dans le domaine des achats et de l’e-commerce, où les solutions Ariba affichent également une belle performance, deux nouvelles divisions sont annoncées, dont une dédiée au Business network.

Si le chiffre d’affaires de SAP n’a progressé que de 4 % l’an dernier, à 17,6 milliards d’euros (962 millions d’euros pour la France, +11 %), les revenus issus de la vente des solutions en mode « cloud » ont bondi de 45 %. Certes, la barre du milliard d’euros – 1,1 milliard exactement – vient seulement d’être dépassée. Mais la transition est désormais une évidence pour le géant allemand des logiciels. Qui estime que les revenus du cloud devraient encore doubler en 2015, et rattraper rapidement ceux issus des ventes de licences classiques pour des installations « on premise » (sur site). « Le point d’inflexion pourrait être atteint en 2018, Henri van der Vaeren, SAP-France 3bis - 01-2015peut-être dès 2017″, avance Henri van der Vaeren, directeur général de SAP France & Belux (photo ci-contre), admettant que l’effort actuel pour accélérer la transition se fait au détriment de la profitabilité.

Au-delà du mode de fourniture des solutions, qui voit aussi un intérêt croissant pour les dispositifs hybrides, l’offre Hana reste l’élément central de la stratégie de SAP. Cette technologie de base de données, qui simplifie l’architecture et offre des analyses en temps réel, et se décline à tous les niveaux de l’offre, est en effet devenue le moteur pour remporter de nouveaux contrats. En particulier en France, devenu le premier marché du groupe sur ce segment avec +326 % de croissance, où une grande partie des 180 nouveaux contrats signés en 2014 l’ont été avec des directions métiers. « Quand l’informatique et les métiers s’allient et choisissent ensemble la meilleure solution, la valeur générée est au final plus importante », explique Henri van der Vaeren, de citer deux nouvelles références importantes : Euromaster (finances et logistiques) et Thales (ERP). Mais aussi Atos, Faurecia, JA Delmas (distributeur Caterpillar), Motul, Picard ou encore Safran.

(suite…)

ETUDE – Les réseaux fournisseurs, maillon fort de la chaîne e-achat 24 novembre 2014

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Les plates-formes de mise en relation donneurs d’ordres-fournisseurs, dans un esprit collaboratif, sont devenues un axe de développement prioritaire pour nombre d’éditeurs. L’accès à des données mutualisées sur les entreprises, permettant aux acheteurs d’optimiser leur sourcing et aux fournisseurs d’augmenter leur visibilité, apporterait une réelle valeur ajoutée.

Places de marché, plates-formes d’intermédiation, hubs d’échanges… Malgré la variété d’appellations et l’impression de flou ambiant qui en découle, les réseaux fournisseurs sont en train de s’imposer dans le monde de l’e-achat. Objectif : fluidifier les relations entre les partenaires pour faciliter les opérations. Et, au final, Schema etude Forrester, marche reseaux fournisseurs  - 11-2014maximiser la performance et donc les gains. La dernière étude de Forrester, qui prévoit une croissance du marché des solutions de gestion des achats de l’ordre de 10 % cette année, soit 3 points de plus qu’en 2013, met ainsi l’accent sur ce segment qui devrait afficher la performance la plus significative : +20 % attendus, le double de l’an dernier (voir schéma ci-dessus, cliquer pour agrandir).

Comment se caractérise ce marché ? « Notre définition des réseaux fournisseurs regroupe les systèmes gérant les commandes, les factures et toutes les pièces associées dans le cadre des relations acheteurs-fournisseurs, avec une visibilité sur ces documents et la capacité de les transformer dans le format souhaité, explique Andrew Bartels, Andrew Bartels, Forrester - 08-2014 - reformateel’analyste de Forrester en charge de l’étude e-achat (photo ci-contre). Cela les distingue des réseaux EDI qui sont de simples canaux d’échanges de messages sécurisés, sans aucune visibilité sur les documents ou les données transmises. « Les réseaux fournisseurs peuvent aussi proposer des services additionnels, comme la gestion d’autres types de documents liés à la logistique, au paiement, etc., poursuit-il, ou des fonctionnalités de sourcing, en offrant l’accès à une base fournisseurs partagée ».

Cette base mutualisée apporterait même toute la valeur ajoutée, en tous cas du point de vue des promoteurs des business networks, qui ont actuellement le vent en poupe. Dans ce domaine, d’ailleurs, une course effrénée à la taille semble engagée. Basware, Hubwoo et surtout SAP, qui revendique « plus de 1,6 million d’entreprises connectées » à l’Ariba Network, ont toujours une longueur d’avance. Mais des acteurs comme Coupa, MFG.com et Pool4Tool n’entendent pas se laisser distancer. Attention toutefois : référencer un grand nombre d’entreprises permet de générer du volume, mais peut avoir un intérêt limité puisqu’on risque d’y trouver de tout. L’ajout d’une dimension qualitative (évaluations, commentaires, etc.), un axe privilégié par la plate-forme MyProcurement, est beaucoup plus intéressant.

(suite…)

Actualités en bref 1 novembre 2014

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets.
Tags: , , , , , , , , ,
1 comment so far

L’Ariba Network inarrêtable. A l’occasion de l’Ariba Commerce Summit, qui s’est tenu fin octobre à Paris, SAP a dévoilé les derniers chiffres concernant son réseau d’e-commerce collaboratif, l’Ariba Network : plus de 1,6 million d’entreprises connectées dans 190 pays, pour un volume de transactions annuel avoisinant 600 milliards de dollars. En complément du business network, les entreprises peuvent activer différentes applications pour optimiser la gestion de leurs processus achats et financiers.

Nouvelle tête chez BravoSolution. Depuis fin octobre, Jim Wetekamp occupe le poste de directeur général de l’éditeur d’e-achat italien, toujours présidé par Federico Vitaletti, six ans après avoir rejoint l’équipe de direction. Cette nomination intervient alors que l’année devrait s’achever sur une hausse d’environ 10 % des ventes, stimulées notamment par l’ouverture de nouveaux bureaux en Asie-Pacifique (Sidney) et dans les pays nordiques (Helsinki).

Malherbe passe à l’e-facturation. Pour fluidifier le traitement des 110 000 factures et 180 000 pièces annexes reçues chaque année de quelque 210 000 fournisseurs, les Transports Malherbe ont opté pour la dématérialisation et la solution du Groupe T2i. Une fois numérisés, les documents répartis en trois groupes (frais généraux, maintenance et entretien des véhicules, affrètement) et gérés dans des ERP différents sont archivés dans un système documentaire accessible depuis les applications métiers ou un navigateur.

Les business networks de B-Pack et Ivalua à l’arrêt. Alors qu’ils envisageaient de développer ce type de plate-forme d’intermédiation, proposant notamment un référentiel partagé, les deux éditeurs français ne sont plus convaincus par le modèle, qui intéresserait peu les grands donneurs d’ordres. C’est en tout cas ce qu’ont indiqué leurs représentants lors qu’une table ronde sur « la gestion de la base fournisseurs » organisée dans le cadre du dernier salon Solutions e-Achats.

SALON – Réseaux fournisseurs, le grand bazar 6 octobre 2014

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Les réseaux fournisseurs occupent une place croissante dans le monde de l’e-achat. Mais la table ronde sur le sujet, lors du salon Solutions e-Achats qui s’est tenu du 30 septembre au 2 octobre à Paris, a montré que l’interopérabilité restait un problème. Et que l’offre était variée.

Réminiscence des places de marché ou nouveaux canaux d’échanges interentreprises, les réseaux fournisseurs se prétendent incontournables dans l’automatisation de la chaîne achats. « C’est le carburant du processus, en particulier sur le cycle procure-to-pay, pour rapprocher les commandes et les factures », a résumé Martial Gérardin, directeur pour l’Europe de Perfect Commerce. Seulement, du fait de leurs spécificités en termes de positionnement (secteurs d’activité, natures d’achats, cibles, etc.), de services proposés et de modèle économique, il est aujourd’hui bien difficile de s’y retrouver. Et de comparer. D’autant qu’une partie des éditeurs d’e-achat historiques s’est aussi engouffrée dans cette voie, autour du concept de « business network » : une plate-forme en ligne proposant une base fournisseurs plus ou moins ouverte et généralement associée à des fonctionnalités élémentaires d’e-sourcing (appels d’offres, négociations, etc. ) et d’e-procurement (gestion des commandes, facturation, etc.).

Comment, dans ce contexte, faire le meilleur choix ? Et surtout, qu’apportent ces réseaux ? Selon Murielle Leisner, directrice commercial chez Banctec, « ils sont là pour faciliter les échanges de documents entre les entreprises, et le travail collaboratif. C’est particulièrement important pour les petites structures, qui ont parfois un système d’information très rudimentaire ». Partageant cet avis, Charles-Henri Royon, délégué du président chez Tradeshift, en charge de la région EMEA, a insisté sur l’intérêt pour les fournisseurs, avec toutefois une problématique sous-jacente : l’interopérabilité des plates-formes . « C’est un sujet très compliqué, sachant qu’il est difficile de légiférer », a-t-il expliqué. « Depuis la création de l’association européenne des fournisseurs de services de facturation électronique, la réflexion sur l’interopérabilité et les standards avance », a toutefois précisé Bernard Remacle, directeur des ventes France et Benelux chez Basware. Et même s’il y a toujours des prestataires réfractaires, « une étape a déjà été franchie à l’échelle européenne », a acquiescé Murielle Leisner.

(suite…)