jump to navigation

L’intelligence artificielle en support des achats 18 octobre 2017

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Portée par l’explosion des données disponibles et la baisse du coût d’industrialisation des systèmes, l’intelligence artificielle redevient un sujet d’actualité. En entreprise, de plus en plus de domaines en tirent parti au quotidien, sous différentes formes, et les achats n’échappent pas au mouvement.

Jusqu’ici, les systèmes d’aide à la décision aux achats s’étaient surtout projetés vers l’analyse prédictive puis prescriptive, pour déterminer des événements probables et suggérer des pistes d’action. Avec l’intégration des technologies d’intelligence artificielle (IA), un nouveau cap est en train d’être franchi, qui permettra aux systèmes d’agir seuls et de suppléer les équipes dans certaines tâches. Si ces technologies existent depuis une quarantaine d’années, les progrès des algorithmes, conjugués à l’augmentation de la puissance machine et à l’explosion des données disponibles, ouvrent en effet de nouvelles perspectives. S’inspirant des géants du web, qui ont utilisé l’IA avec succès pour améliorer l’efficacité de leurs ciblages commerciaux, certaines entreprises traditionnelles ont compris très tôt que d’autres domaines pouvaient en tirer parti, y compris aux achats. En effet, si un algorithme est capable de comprendre et anticiper le comportement d’un internaute, il peut tout autant analyser les dépenses, devancer les demandes ou encore suivre la performance des fournisseurs.

Le groupe Saint-Gobain s’est ainsi intéressé au sujet dès 2015, avec comme objectif de passer Internet au crible pour y détecter les fournisseurs ne respectant pas les engagements de la charte des achats sur les questions éthiques, sociales et environnementales. Après un projet test réalisé sur un périmètre limité, celui des palettes de bois et ses 710 fournisseurs, un pilote industriel a été lancé en 2016 avec un « acheteur augmenté » dans le domaine des matériaux innovants. Basé sur des briques open source et mettant en oeuvre des algorithmes de machine learning (apprentissage automatique), le système scanne aujourd’hui 40 millions de sources en continu et remonte 200 documents par jour. Certaines initiatives sont encore plus anciennes…

(…)

> Article intégral disponible via le site d’Acxias (Ressources), septembre 2017

Publicités

Les enchères inversées, un outil mésestimé 9 juin 2017

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Pour sécuriser et accélérer le processus de consultation, de nombreux éditeurs e-achats proposent un module d’enchères inversées. Utilisée pour garantir transparence et équité, la pratique se démocratise au sein des directions des achats, dont les plus matures ne cherchent pas à casser les prix mais à sélectionner les meilleures offres dans un contexte multicritère. S’appuyer sur un prestataire spécialisé, tel Acxias qui propose un service dédié, peut être nécessaire pour s’approprier le dispositif et maximiser les gains.

Dans leur rôle historique de négociateurs, les achats ont depuis longtemps à leur disposition un redoutable levier de performance : les enchères inversées. Initialement utilisée pour faire plier les fournisseurs, la pratique, désormais appliquée avec davantage de transparence et de maîtrise, est aujourd’hui beaucoup mieux acceptée. Pour autant, moins d’une entreprise sur deux y auraient recours, souvent avec parcimonie. Ainsi, bien qu’ils réalisent de longue date quelques enchères par an, le groupe La Poste et la Direction des achats de l’Etat (DAE) tardent à monter en puissance. Le groupe Saur, lui, n’y voit tout simplement pas d’intérêt. « Le processus d’enchères inversées trouve tout son sens sur des achats de « commodités », récurrents, sur des volumes importants avec peu de références, et sur des marchés sur lesquels la concurrence est forte », explique Serge Lamouroux, son directeur achats et logistique, au sein du Pôle eaux, en France. Or, Saur ne pratique pas ce type d’achats ».

De fait, le désintérêt des entreprises pour les enchères inversées tient d’abord au périmètre achat concerné. Si la plupart des catégories sont potentiellement candidates, dans le respect de la loi Jacob de 2005 qui exclut quelques domaines très spécifiques, il ne doit pas s’agir d’achats dont la tarification est soumise à des cours de marché, comme les matières premières ou agricoles, ou nécessitant un cahier des charges trop complexe. Par ailleurs, un certain nombre de prérequis doivent être remplis. Outre le fait qu’il faut avoir reçu des offres d’au moins deux fournisseurs, celles-ci doivent être techniquement comparables, sur tous les aspects autres que le prix.

(…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, avril 2017

Les achats, moteur de la transformation 5 mai 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
1 comment so far

La matinale organisée fin mars par le Conseil national des achats (CDAF) a permis aux intervenants d’expliquer l’impact des solutions technologiques dans la transformation des organisations. Amenées à informatiser davantage leurs processus, en particulier pour collaborer plus efficacement avec l’extérieur, les directions des achats ont un rôle à jouer dans le mouvement de digitalisation transverse.

Deux ans après le succès de la première édition, le CDAF avait choisi de renouveler, vendredi 24 mars, son événement consacré à la performance de la fonction achats à travers ses outils. Avec quelque 730 inscrits (deux tiers achats, un tiers direction financière), la conférence se tenait cette fois en matinée, sur une thématique élargie à la transformation de la fonction et au rôle des équipes achats dans la digitalisation transverse des organisations. Après une introduction rappelant les enjeux et les attentes métiers, les intervenants de la première table ronde ont fait le point sur les meilleures pratiques d’efficience et d’innovation aux achats.

« Depuis dix ans, la numérisation et la dématérialisation sont au cœur de l’évolution de la fonction, en particulier sur la partie facturation », a d’abord rappelé Joël Aznar, président du groupe d’étude et de benchmark du CDAF consacré au SI achats, par ailleurs en charge de la gouvernance des master data de la fonction achats chez Schneider Electric. « Aujourd’hui, nous assistons à une digitalisation complète, qui s’étend à toute l’entreprise, avec des enjeux en termes de processus, de technologies, de données et de compétences ». Dans ce contexte, les achats doivent non seulement s’appuyer davantage sur les nouveaux outils numériques mais aussi être à même d’accompagner le mouvement de manière transverse. « L’accélération que nous appliquons à nos clients, avec de nouveaux outils et des services en ligne, nous devons l’étendre à nos fournisseurs », a illustré Maxime Genestrier, secrétaire général du Groupe Crédit Agricole, en charge du suivi des dépenses, de la mesure des risques et du déploiement des SI achats et procurement.

(…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, avril 2017

Actualités en bref 7 avril 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Ressources.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Tradeshift lorgne sur l’IBX Business Network. Le prestataire américain, qui exploite la plate-forme d’échanges éponyme, annonce avoir engagé des discussions avec Capgemini en vue d’acquérir son IBX Business Network. Par la combinaison des deux réseaux, Tradeshift entend créer « la plus grande plate-forme de commerce BtoB » mettant en relation près de 1,5 million de fournisseurs avec plus de 500 entreprises clientes à travers le monde, et proposant des applications de gestion des achats-supply chain et des services financiers. L’acquisition de l’IBX Business Network pose aussi les bases d’un partenariat sur le long terme entre Capgemini et Tradeshift, y compris autour de solutions source-to-pay. La transaction devrait être finalisée fin avril. Source : Acxias

BravoSolution poursuit sa croissance. Avec un chiffre d’affaires de 85 millions d’euros en 2016, en hausse de 6,3 %, l’éditeur italien enregistre une 16ème année de croissance consécutive. Fort de 119 nouveaux projets, notamment dans les secteurs de la finance, de la distribution et l’industrie, il revendique aujourd’hui 650 entreprises clientes pour 100 000 utilisateurs dans 70 pays. Parmi les faits marquants de 2016, BravoSolution insiste sur l’acquisition de Puridiom, qui lui permet d’accélérer sa stratégie pour renforcer sa position sur le marché des solutions couvrant le cycle source-to-pay, ainsi que sur le renforcement de son équipe de direction américaine et le développement de ses parts de marché en Amérique du Nord. Source : Acxias

SynerTrade repense son organisation. Un an après l’adoption du statut de « société européenne » par Econocom, sa maison mère, l’éditeur e-achat SynerTrade adopte une nouvelle organisation « matricielle », plus en adéquation avec ses ambitions internationales. Cette évolution, qui intervient conjointement au départ Franck Le Tendre, jusqu’alors directeur général France et vice-président exécutif pour l’Europe de l’Ouest, se traduit par la mise en place de « country managers » dans chacun des quatorze pays où la société est présente et de fonctions support globales. Elle devrait permettre un rapprochement entre les équipes de SynerTrade et celles d’Econocom, pour travailler de façon plus étroite sur les projets et renforcer les synergies. Source : Acxias

Livre blanc sur la gestion des frais professionnels. Dans un livre blanc d’une quinzaine de pages, l’éditeur américain Coupa présente les enjeux de la gestion des frais professionnels et insiste sur les avantages à tirer d’une automatisation du processus. Destiné en priorité aux directions financières, le document s’adresse aussi aux équipes achats en expliquant comment un outil dédié peut les aider à améliorer la visibilité sur ces dépenses, à mettre en place des bonnes pratiques, à définir des métriques. Le tout pour mieux encadrer les collaborateurs et limiter les dérives : abus, fraude, erreur, etc. La mise en place d’une solution logicielle peut surtout les aider à structurer leur politique interne (transports, hôtels, etc.) en lien avec les fournisseurs concernés. Source : Acxias

ETUDE – Trois leaders en sourcing stratégique 3 avril 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Tendances.
Tags: , , , ,
add a comment

Dans son édition 2017, le Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites de « strategic sourcing », qui englobe quatre grands segments fonctionnels (analyse des dépenses, e-sourcing, pilotage des contrats, gestion du panel fournisseurs), positionne trois éditeurs comme « Leaders » : Zycus et Bravosolution, respectivement en tête sur « les capacités d’exécution » et « l’exhaustivité de la vision », et Ivalua, plus en retrait.

Absent de l’étude jusqu’ici, Pool4Tool fait son entrée parmi les « Visionnaires », aux côtés de quatre acteurs aux trajectoires opposées : GEP et IBM (Emptoris) d’une part, en forte progression, Determine (Selectica, B-pack, Iasta) et SAP (Ariba) d’autre part, qui dégringolent. Coupa est pour sa part de retour, dans les « Acteurs de niche » aux côtés de Vortal, également en retrait, et de Gatewit. Quant à Scanmarket, il a quitté cette catégorie pour grimper parmi les « Challengers ». A noter enfin, l’éviction du Quadrant de SAP, pour sa solution historique sur ce segment de marché (SAP Sourcing) désormais devancée par Ariba, et de Mercado Eletronico qui ne remplirait plus les critères fixés par Gartner en termes de chiffre d’affaires à l’international. Pour rappel, les analystes du cabinet américain tablaient, dans la précédente édition de son étude (2015), sur un marché des suites de sourcing stratégique à 1,5 milliard de dollars en 2018.

Actualités en bref 11 janvier 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Rolls Royce optimise ses achats indirects. Le groupe d’ingénierie (moteurs d’avions, systèmes de propulsion maritime, équipement de générateur d’énergie) a choisi de s’équiper de la solution source-to-pay de Coupa pour optimiser la gestion de ses achats indirects. Cette solution, déployée pour consolider et standardiser les processus à l’échelle internationale, tout en simplifiant les opérations, propose une interface homogène pour les modules de gestion des fournisseurs, de pilotage des achats et de facturation, ainsi qu’un modèle de données commun aligné sur les bases de l’ERP. En plus d’améliorer l’expérience utilisateur, Rolls-Royce en attend une plus grande transparence sur ses dépenses et une réduction de ses coûts.

Zycus se renforce sur le procure-to-pay. Historiquement positionné sur le décisionnel achats (classification, analyse des dépenses, détection d’opportunités, etc.), puis sur l’ensemble du source-to-contract, l’éditeur indien consacre désormais d’importantes ressources au développement de fonctionnalités procure-to-pay sur sa plate-forme. Disponible dans une quinzaine de langues, dont les principales d’Europe, elle offrira ainsi une gestion intégrée de la totalité du processus métier, en lien avec une plate-forme d’intermédiation à laquelle les fournisseurs peuvent se connecter gratuitement. Dans le Magic Quadrant des suites de « strategic sourcing » de Gartner, Zycus figure parmi les « Leaders » aux côtés de BravoSolution, SAP (offre Ariba) et, avec une capacité d’exécution moindre, Ivalua. Source : Acxias

Mercateo ouvre sa plate-forme en Suisse. L’opérateur allemand, qui propose déjà ses services dans 13 pays européens dont la France depuis 2012, annonce le lancement de sa plate-forme d’approvisionnement en Suisse. La solution réunit une place de marché pour les achats indirects et des fonctionnalités d’e-procurement et de gestion de la facturation. En particulier, Mercateo peut héberger les catalogues issus des contrats cadres de ses clients et couvre le reste des besoins à travers sa base de quelque 3,5 millions de produits référencés. En Suisse, les fournisseurs de Mercateo sont des acteurs locaux dans les domaines de l’informatique, mobilier de bureau, équipements industriels, fournitures BTP, outillage, électronique et agriculture. Source : Acxias

La ville de New York retient Ivalua. New York a retenu Ivalua pour le déploiement d’une solution source-to-pay dans les 40 départements et agences de la ville, pour gérer plus de 15 milliards de dollars d’achats. L’éditeur français a par ailleurs annoncé une nouvelle mise à jour majeure de sa plate-forme, la troisième cette année. Les innovations de cet « Update 152 », qui reposeraient à plus de 60 % sur les retours clients et prospects, se situent à cinq niveaux : le déploiement (configuration simplifiée), l’interface utilisateur (adaptation aux appareils mobiles), la conformité et la gestion des risques fournisseurs (possibilité de définir des « informations obligatoires »), la gestion des processus d’achat complexes et le procure-to-pay. Source : Acxias

Actualités en bref 12 septembre 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Ressources.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

BravoSolution acquiert Puridiom. L’éditeur italien annonce l’acquisition de Puridiom pour renforcer sa position sur le marché des solutions intégrées couvrant l’ensemble du processus source-to-pay. Mi-2015, il avait d’abord choisi d’intégrer l’offre d’un autre éditeur américain, Verian, avant de se raviser après le rachat de ce dernier par Basware. Outre sa technologie, Puridiom, fondé en 1983, apporte son expérience de plus de trente ans sur le segment du purchase-to-pay, aussi bien dans le secteur privé qu’auprès d’organisations publiques. Effective depuis début août, l’acquisition va aussi permettre à BravoSolution, déjà présent dans douze pays sur quatre continents, d’asseoir sa présence géographique, notamment aux Etats-Unis.

Le Lean aux achats. Ivalua propose un document de 13 pages sur le Lean Management et son application aux domaines des achats et de la gestion des approvisionnements. Après un rappel des enjeux, le document explique comment la méthode, longtemps circonscrite aux processus industriels, peut être mise en œuvre par les acheteurs pour maîtriser les gaspillages et limiter les pertes. Il détaille également les facteurs clés de succès d’une démarche dans ce sens. L’an dernier, le cabinet de conseil Acxias avait consacré deux séances de ses « 20 mn de l’e-achat » au même sujet : l’une consacrée aux fondamentaux du Lean Procurement, l’autre à un exemple concret d’application à un projet d’e-procurement.

Lancement d’une nouvelle version de Tableau. Tableau Software annonce la sortie de la version 10 de sa solution d’analyse visuelle, proposée dans le module décisionnel de différentes solutions e-achats. Cette nouvelle version propose une interface entièrement repensée, qui renforce la lisibilité et le graphisme des présentations, ainsi que des améliorations en termes d’analyse et de préparation des données : jointures et filtrage entre bases de données, planificateur d’actualisation, surligneur, etc. Tableau 10 offre en outre une meilleure gestion de la mobilité, avec un nouveau générateur de format pour adapter les visuels à la taille des terminaux et des capacités renforcées pour garantir la sécurité des données accessibles en mode nomade. Source : Acxias

Exiros modernise ses outils achats. Exiros, le centre de services partagés en charge de la gestion des processus achats des six entreprises du groupe argentin Techint, a choisi de déployer la solution Ivalua dans le cadre d’un projet mondial de transformation métier. Ses anciens systèmes, trop complexes à utiliser et limités en termes de capacité de traitement, ne répondaient plus aux besoins et étaient devenus coûteux à maintenir. Le projet, qui impactera 20 000 utilisateurs, englobe les problématiques de référencement des 36 000 fournisseurs et des donnés associées, la gestion des catalogues et des articles, le sourcing stratégique, l’analyse des dépenses, la gestion de la performance et des risques, ainsi que les plans des progrès. Source : Acxias

Actualités en bref 22 avril 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Ressources, Tendances.
Tags: , , , , , ,
add a comment

BravoSolution atteint les 80 millions d’euros de revenus. L’éditeur italien annonce un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros en 2015, en croissance de 12,7 %, fort de 80 nouveaux projets pour des clients souhaitant déployer la suite BravoAdvantage ou en étendre la couverture, en particulier autour de la dernière version BA 16 lancée au début de 2016. L’exercice 2015 aurait ainsi été marqué par une augmentation de 40 % des activations de nouvelles plates-formes et de 50 % du nombre d’utilisateurs. Présent dans 12 pays (18 bureaux) sur quatre continents, avec un effectif total de 635 collaborateurs, BravoSolution revendique aujourd’hui quelque 600 entreprises clientes à travers le monde. Source : Acxias

Dématérialisation à plus de 90 % en 2018. Tous processus métiers confondus, seulement 9 % des traitements en moyenne continueront d’être réalisés sur papier dans les deux prochaines années, selon une récente étude de Xerox auprès de 600 décideurs informatiques opérant au sein de grandes entreprises d’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest. Pour l’heure, environ la moitié des répondants reconnaissent que les processus de leur entreprise restent largement voire entièrement basés sur le papier, en particulier dans le domaine des achats (55 %). L’étude met en lumière les principales préoccupations liées aux processus papier : le coût et la sécurité d’abord, avec 42 % de citations chacun, suivis de la gestion des données (34 %). Source : Acxias

Ivalua publie un guide du source-to-pay. Pour aider les donneurs d’ordre à optimiser leur performance achats, en particulier dans le secteur industriel, l’éditeur français vient de publier un guide consacré à l’automatisation du processus source-to-pay. Après un bref retour sur le périmètre fonctionnel concerné, le document de 25 pages détaille les six raisons de déployer un outil spécialisé : réduction des coûts, amélioration du contrôle, augmentation de l’efficacité, diminution des risques, accélération de l’innovation, soutien de la croissance. Ivalua y présente également les capacités de ses outils dans ce domaine, en particulier pour les achats directs comme les matières premières, ou ceux liés aux équipements de production. Source : Acxias

Sonia Rykiel rhabille sa comptabilité fournisseurs. Pour gagner en productivité et améliorer sa qualité de service, la maison de prêt-à-porter a choisi de centraliser la gestion administrative de ses onze entités juridiques à travers le monde et de dématérialiser le traitement de ses 20 000 factures reçues chaque année. Emanant de 900 fournisseurs, dans des formats différents selon les pays, ces factures étaient jusqu’ici traitées manuellement dans le cadre d’un processus lourd et chronophage qui induisait des pertes, un manque de traçabilité et des délais de règlement trop longs. En plus des bénéfices pour la comptabilité et les achats, le dispositif d’Esker permettra aux fournisseurs de suivre l’avancement des opérations depuis un portail dédié. Source : Acxias

Actualités en bref 15 avril 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Basware s’offre l’Américain Verian. Un an après le rachat de Procserve, l’éditeur finlandais annonce l’acquisition de Verian, à la fois pour compléter son offre procure-to-pay en ajoutant des fonctionnalités e-achats, et pour renforcer sa présence aux Etats-Unis. A l’occasion de la publication de ses résultats 2015 (143,4 millions d’euros), Basware avait indiqué son intention de procéder à plusieurs nouveaux rachats pour conforter sa couverture géographique et dépasser les 220 millions d’euros de revenu en 2018. De son côté, BravoSolution, qui avait mis fin à son partenariat avec Basware en 2015 et avait par suite choisi d’intégrer la technologie de Verian, sera-t-il amené à revoir sa stratégie ? Source : Acxias

Dans le décisionnel, les métiers prennent la main. Selon Gartner, le marché mondial de la Business intelligence (décisionnel) devrait progresser de 5,2 % cette année pour atteindre un chiffre d’affaires de 16,9 milliards de dollars. Le cabinet d’études observe surtout une tendance de fond, qui se renforcera en 2016 : les métiers, notamment dans le domaine de la gestion des achats et des approvisionnements, prennent progressivement la main pour réaliser leurs propres analyses et générer des rapports, à travers des outils en mode « self-service ». L’intervention des équipes informatiques reste toutefois indispensable pour préparer les données et les injecter dans les plates-formes utilisées par les différentes fonctions dans l’entreprise. Source : Acxias

Sage X3 disponible dans le Cloud. Après l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni, l’éditeur britannique annonce la disponibilité en France de son ERP Sage X3 dans le Cloud, à compter du mois d’avril, à travers la plate-forme de services AWS d’Amazon. Couvrant en partie le processus achat, notamment le volet transactionnel (gestion des demandes et commandes, des flux logistiques, etc.) et la facturation, cette version qui ne nécessite aucune installation continue d’offrir une souplesse de personnalisation par paramétrage, permettant à chaque entreprise de bénéficier d’un environnement qui lui est propre. Parallèlement, Sage X3 reste disponible en installation sur site ou en mode externalisé chez un hébergeur certifié. Source : Acxias

Ecogas optimise sa relation fournisseurs. Le deuxième distributeur de gaz en Argentine a choisi le prestataire français Esker pour dématérialiser ses factures fournisseurs et les intégrer dans SAP. Conforme aux exigences réglementaires du pays, la solution utilisée permet aux 400 fournisseurs du groupe, à l’origine d’environ 40 000 factures par an, de les déposer sur un portail où les données sont automatiquement capturées puis comparées aux informations de l’administration fiscale. En plus de réduire les tâches manuelles associées au processus de facturation et d’accélérer les délais de règlement, ce système offre aux fournisseurs un accès en libre-service au statut de leurs factures et aux informations de paiement. Source : Acxias

Actualités en bref 29 janvier 2016

Posted by thparisot in Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , ,
add a comment

Les outils du Lean purchasing. Dans une analyse du Lean management appliqué aux achats, l’éditeur belge Ordiges présente les outils à utiliser pour supprimer les dépenses superflues qui peuvent empêcher l’entreprise de générer des bénéfices ou alourdir le prix de vente aux consommateurs. Le premier, le VSM ou Value Stream Mapping, est un programme permettant de mettre en place une carte heuristique (mind mapping) détaillée présentant les processus d’achat. Il s’agit ensuite d’affiner le résultat en appliquant le Kaizen ou méthode des 5S, traduits en français par « trier », « ranger », « nettoyer », « ordonner » et « formaliser ». Cette méthode vise à étudier chaque étape en fonction de sa pertinence et de son impact sur l’ensemble des opérations, pour identifier les données inutiles.

Lancement de BravoAdvantage 16. L’éditeur italien BravoSolution annonce le lancement d’une nouvelle version de sa plate-forme e-achat, BravoAdvantage 16. Selon le communiqué, cette version améliore l’expérience utilisateur et fournit des outils inédits pour aider les achats à prendre rapidement les meilleures décisions, favoriser l’innovation et réduire les risques de la chaîne d’approvisionnement. Plus précisément, elle propose un module optimisé de gestion des gains, une nouvelle matrice pour améliorer les workflows et les processus d’approbation, ainsi qu’une première version de fonctionnalités procure-to-pay. Il devient également possible de créer des rapports sur toutes les données manipulées dans la solution. Source : Acxias

La plate-forme SpendLead en version bêta. Un an après sa création, la société américaine SpendLead vient de lancer la version bêta de sa plate-forme de mise en relation entre acheteurs et fournisseurs. Plus précisément, la solution permet aux équipes achats d’accéder de façon anonyme à du contenu sur les produits et les entreprises (descriptif, cas clients, livre blanc, etc.), par catégories et régions, puis d’entrer directement en contact ou de lancer un appel d’offres. Seuls les fournisseurs sont facturés, en fonction du nombre d’affaires enregistrées. En 2016, la plate-forme devrait s’enrichir de nouvelles fonctionnalités, comme la gestion multicritères de catalogues, ou la possibilité de participer à des discussions et d’émettre des avis. Source : Acxias

Elior étend l’e-facturation aux petits fournisseurs. Engagé dans la dématérialisation fiscale depuis près de dix ans, pour environ 2,5 millions de factures traitées chaque année, le groupe français de restauration et de services a décidé d’étendre la démarche à ses petits fournisseurs. Il a pour cela renouvelé sa confiance à Cegedim, qui a mis en place une plate-forme internet dédiée aux PME et aux artisans ayant des livraisons régulières mais une volumétrie souvent inférieure à une quinzaine de factures par mois. Il leur suffit de saisir la date de livraison, les articles, la quantité et le prix pour lancer les traitements. Tout en continuant à optimiser ses coûts, Elior entend ainsi renforcer la relation avec ses fournisseurs sur un marché hautement concurrentiel. Source : Acxias