jump to navigation

SALON – L’Intelligence artificielle à tous les étages 31 octobre 2018

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

L’édition 2018 du Salon Solutions e-Achats a confirmé la percée des technologies d’Intelligence artificielle (IA) dans les outils métier, pour assister les utilisateurs à travers des agents conversationnels, confier certaines tâches répétitives à des robots ou amener l’analyse vers le prédictif et le prescriptif. Voire permettre aux systèmes d’agir seuls, pour suppléer les équipes. Petit tour d’horizon.

Machine learning, réseaux neuronaux, moteurs d’inférence… Pas une conférence, pas un atelier, pas une carte blanche, pas un avis d’expert – ou presque – sans qu’il ne fût question d’Intelligence artificielle (IA), lors de l’édition 2018 du Salon Solutions e-Achats, organisée du 24 au 26 septembre dernier à Paris. Dès la table ronde inaugurale, pourtant consacrée aux stratégies de digitalisation de la fonction, les intervenants n’ont pas raté l’occasion de s’engager sur ce terrain. « Pour accélérer les prises de décision et augmenter la performance des achats, les capacités de reporting et d’analyse sont essentielles, et la donnée cruciale », a expliqué Anne Tessier-Chênebeau, directrice commerciale de SynerTrade. « En ce sens, nous travaillons activement sur les bots et l’intelligence artificielle ». Partageant cette approche de la création de valeur par la donnée, Laurent Guillot, directeur général des opérations d’Oxalys Technologies, a précisé que « l’IA est saupoudrée dans des fonctions comme le processus de contrôle factures et de rapprochement avec la finance, et dans le processus d’approvisionnement ». Sur le terrain, en effet, au-delà des chatbots et de quelques pilotes dans le domaine de la gestion des risques fournisseurs, les cas d’usage se limitent encore souvent à la chaîne de facturation-paiement, avec principalement du traitement d’image et de texte.

Sans omettre de rappeler les trois pierres angulaires d’une direction des achats performante (gestion des fournisseurs, des contrats, des dossiers/projets), Julien Nadaud, directeur produit chez Determine, a rappelé pour sa part que l’intelligence artificielle pouvait ne pas être proposée en natif dans les solutions achats. « Ce sont des technologies qui apportent beaucoup, y compris en s’interfaçant avec des applications spécialisées », a-t-il expliqué, soutenu dans son approche par Pierre Laprée, fondateur de Per Angusta, qui considère que « la tendance est aux solutions ouvertes, interconnectées et interopérables ». En préalable au déploiement de l’IA, la « Robotic process automation » est l’autre grande innovation du moment, pour confier à des robots logiciels l’exécution de tâches répétitives et fastidieuses. « La RPA, comme l’intelligence artificielle ou même la dématérialisation, fait partie de ces technologies qui permettent de simplifier et d’optimiser la chaîne procure-to-pay », considère Nicolas Gudin, directeur de Basware pour l’Europe du Sud. Et même, plus précisément, « les tâches à faible valeur ajoutée, notamment pour dématérialiser et rapprocher automatiquement les factures et les commandes », a complété Martial Gérardin, directeur du marché européen chez Proactis, avant d’être corrigé par Julien Nadaud : « Il ne faut pas se limiter aux opérations administratives et financières, mais proposer la RPA en natif sur tous les modules des solutions ».

(suite…)

Publicités

JCDecaux affiche ses ambitions digitales 5 octobre 2018

Posted by thparisot in Actualités, Projets, Reportages.
Tags: , , , , ,
add a comment

Face à l’urbanisation croissante et à la digitalisation de l’économie, le géant français de la communication extérieure a engagé un vaste plan de transformation. Au niveau du back-office, où il était très en retard, les efforts se sont focalisés sur les achats et la finance, en commençant par la chaîne de facturation.

En 1964, JCDecaux installait les premiers abribus publicitaires, à Lyon : une révolution ! Un demi-siècle plus tard, le modèle subsiste, étendu à d’autres mobiliers urbains (panneaux, kiosques, sanisettes, etc.) et à de nombreuses villes. Mais un nouveau bouleversement est en train de s’opérer du fait de la digitalisation et de la « plateformisation » de l’économie. « Si un secteur est impacté, c’est bien celui de la communication, directement touché par la transformation du marché de la publicité qui se déplace vers Internet et les équipements nomades », explique Albert Asseraf, directeur général Stratégie, Data & Nouveaux Usages du groupe, évoquant « une évolution vers une communication one-to-few, et plus seulement one-to-many comme cela était historiquement le cas avec le papier ».

Pour toujours aller de l’avant, le groupe a donc engagé en 2016 une importante mutation, avec de nombreux défis à relever tant sur le périmètre du front-office que du back-office, et d’importantes conséquences en termes d’organisation, de ressources humaines, de processus, de systèmes d’information. L’enjeu : faire évoluer le modèle pour permettre, selon le message du groupe, de « délivrer une croissance rentable tout en renforçant la satisfaction de ses partenaires (villes, aéroports, opérateurs de transports, etc.) et de ses clients (annonceurs publicitaires) ». Avec quatre objectifs : personnalisation, excellence opérationnelle, gain de productivité, qualité de service.

Certes, dès 1998, JCDecaux avait installé ses premiers écrans numériques, permettant d’adapter les messages. Puis, dans les années 2000, les dispositifs d’information publicitaire sont devenus plus animés et plus interactifs. Sur le périmètre des fonctions opérationnelles, les projets se sont aussi multipliés : des interfaces EDI ont par exemple été mises en place avec les clients pour fluidifier les échanges (factures, bons de commandes, etc.), et les agents d’exploitation terrain sont progressivement équipés de terminaux nomades (planning, comptes rendus, etc.). Dernière initiative en date, JCDecaux vient d’annoncer le lancement d’une « plateforme programmatique » de planning et de trading, pour faciliter les transactions sur le marché de la communication extérieure. Mais depuis deux ans, c’est sur le back-office que se concentrent les efforts, en particulier sur la chaîne achats-finance.

(…)

> Article intégral publié dans IT for Business, juillet 2018

Actualités en bref 25 juin 2018

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

SynerTrade renforce son équipe de direction. Près de trois ans après son entrée dans le groupe Econocom, l’éditeur e-achat se dote d’une nouvelle organisation, caractérisée par le remaniement de son équipe de direction. Après l’arrivée d’un nouveau directeur général, Patrick Samama, en provenance de Dassault Systèmes après être passé par de nombreux groupes (Accenture, Capgemini, etc.), SynerTrade France annonce la nomination d’Anne Tessier-Chênebeau au poste de directrice commerciale. Diplômée en affaires internationales et sciences politique, elle a auparavant travaillé chez Bull, Atos et dernièrement Linedata, qu’elle avait rejoint en 2016. Sa mission : renforcer la proximité avec les clients et accélérer la dynamique du groupe.

SAP et Coupa creusent l’écart. Toujours en tête du Magic Quadrant de Gartner consacré aux suites procure-to-pay, SAP (Ariba et Fieldglass) et Coupa distancent cette année leurs poursuivants. Parmi les « Leaders », ils devancent Basware et Jaggaer, ex Sciquest renforcé par les acquisitions de Pool4Tool et BravoSolution. Suivent Ivalua, en léger repli sur l’axe « Completeness of vision », GEP, Wax Digital, ainsi que Tradeshift et SynerTrade (groupe Econocom) absents de l’édition 2016. Autres entrées remarquées, celles de deux acteurs du monde de l’ERP : Oracle et Comarch. Gartner a enfin placé Proactis et Perfect Commerce, désormais réunis, ainsi qu’OpusCapita (JCatalog inclus) et Determine dans les « Niche Players ». Source : Acxias

Tradeshift lève 250 millions de dollars. L’éditeur américain annonce une levée de fonds de 250 millions de dollars, principalement auprès de Goldman Sachs et PSP Investments, pour développer le volume de transactions sur sa plate-forme de gestion des interactions entre entreprises et poursuivre son expansion en Europe et en Asie. Il entend aussi investir dans des technologies émergentes comme la blockchain et l’intelligence artificielle via son incubateur Frontiers ouvert en début d’année. Mi-mai, l’éditeur avait d’ailleurs annoncé le lancement de Tradeshift Pay, une solution de gestion de la Supply chain incluant le financement et le paiement, et notamment des services de financement mettant en œuvre les technologies de blockchain. Source : Acxias

Ouverture du service Dume. La Direction des affaires juridiques (DAJ) des ministères de Bercy et l’Agence pour l’informatique financière de l’Etat (AIFE) viennent d’annoncer l’ouverture du service Dume, un outil à destination des acheteurs publics et de leurs fournisseurs pour dématérialiser les candidatures à un marché sur le territoire de l’Union. Mis en place par la Commission européenne, le Dume (Document unique de marché européen) est une déclaration sur l’honneur harmonisée permettant d’automatiser la transmission des principaux documents délivrés par les administrations. Si le service est accessible sur le portail Chorus Pro, l’AIFE envisage aussi un partenariat avec des éditeurs de solutions spécialisées. Source : Acxias

Les Business networks fluidifient les relations achats-fournisseurs 15 juin 2018

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Promu par un nombre croissant d’acteurs de la digitalisation des achats, le concept de « Business network » monte en puissance depuis quelques années et agite l’écosystème des progiciels spécialisés. Dopés par la dématérialisation des factures et l’extension de leurs services, parfois au-delà des processus d’achat et d’approvisionnement, ils permettent de gérer toutes les interactions entre un client et un vendeur et mettent souvent à disposition une base mutualisée de fournisseurs.

Après avoir optimisé leur système d’information interne, les directions achats visent désormais un optimum global intégrant les différents traitements et acteurs de la chaîne complète d’exécution. Sur cette base, une évolution des modes d’échanges et de collaboration avec les fournisseurs est en train de s’opérer, avec une évolution majeure en termes d’outils : le développement des « Business networks ». Si les solutions digitales achats restent nécessaires pour un pilotage poussé (analyse des dépenses, mesure de performance, gestion des contrats, etc.), en particulier pour les achats stratégiques ou complexes, ces plates-formes facilitent et accélèrent en effet les interactions entre les partenaires commerciaux, modifiant le schéma de fonctionnement traditionnel. « Il s’agit de servir une communauté d’échanges élargie, incluant les équipes achats ainsi que leurs clients internes du côté des donneurs d’ordres, et celles chargées des ventes chez les fournisseurs », résume Martial Gérardin, directeur général Europe de Perfect Commerce, récemment absorbé par le groupe anglais Proactis.

Ce nouveau schéma présente un intérêt à plusieurs niveaux. Les Business networks permettent d’abord de simplifier les échanges d’informations sur toute la chaîne de traitement et d’en réduire le coût selon un modèle de tarification adapté. Surtout, ils garantissent fiabilité, traçabilité, conformité et transparence des interactions suivant des processus et des règles de gestion convenus entre les partenaires. « Plus concrètement, sur un plan opérationnel, ces “réseaux Business-to-Business“ facilitent en premier lieu la mise en relation dans le cadre des consultations, offrent des solutions de gestion collaborative et en ligne des contenus (documents de référence, contrats, catalogues, etc.) et automatisent en aval les flux sur la chaîne allant de la commande au paiement, notamment pour la facturation électronique », détaille Bertrand Gabriel, directeur d’Acxias. « Ils peuvent aussi offrir des espaces de travail partagés, voire des outils participatifs : blog, réseaux sociaux, etc. ». Du côté des fournisseurs, passer par un Business network permet d’assurer un routage centralisé des flux (commandes, factures, etc.) avec plusieurs clients.

(…)

> Article intégral disponible via le site d’Acxias, janvier 2018

Actualités en bref 8 décembre 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Vinci Energies dématérialise ses factures et commandes. La filiale du groupe Vinci, spécialisée dans les services liés aux technologies des énergies et de l’information, déploie un système pour rationaliser et dématérialiser les processus de traitement des factures et des commandes de ses 1 600 entités autonomes implantées dans 52 pays. Ce système, basé sur les solutions de Basware, doit permettre de gagner en productivité et en visibilité en centralisant et optimisant les traitements. Sur les flux entrants, après une extension progressive du périmètre fonctionnel et géographique du dispositif, Vinci Energies table sur un total de trois millions de factures fournisseurs et environ un million de commandes d’achats traitées avec la même solution à l’horizon 2022, à l’échelle mondiale.

Baiya agrège les données fournisseurs. La start-up toulousaine vient de lancer une plate-forme web de gestion de la relation fournisseurs, qui propose notamment un référentiel agrégeant des informations enrichies et mises à jour, à partir de différentes sources : open data, sites internet, réseaux sociaux, prestataires spécialisés, etc. Selon Alexandre et Fanny Lemaître, les cofondateurs de la société, en février dernier, les donneurs d’ordres peuvent par exemple y trouver des indications sur le niveau de risques financiers ou la conformité RSE de leurs partenaires commerciaux, en plus des données administratives. Il leur est aussi possible de compléter la base en ajoutant des fournisseurs dans certaines catégories, pour optimiser le sourcing.

BravoSolution dans le viseur de Jaggaer. L’Italien BravoSolution, l’un des principaux éditeurs sur le marché français de l’e-achat, pourrait passer sous pavillon américain après que Jaggaer (ex Sciquest) a annoncé son projet de rachat auprès de la holding Italmobiliare. En combinant leurs offres, les deux sociétés entendent construire une « super suite » métier, avec des versions spécialisées dans une dizaine de secteurs, dont le public. Une fois l’acquisition finalisée, le nouvel ensemble comptera plus de 1 850 clients connectés à un réseau de 3,7 millions de fournisseurs dans 70 pays, avec l’appui de bureaux en Amérique du Nord, en Amérique Latine, en Europe, en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient. Il emploiera près de 1 000 personnes pour un chiffre d’affaires avoisinant 220 millions de dollars. Source : Acxias

Démarrage réussi pour Chorus Pro. A l’occasion du colloque « Facturation électronique, vecteur de performance publique » qui s’est tenu le 22 novembre à Paris, l’Agence pour l’informatique financière de l’Etat (AIFE) a annoncé que 9 millions de factures ont été traitées sur le portail Chorus Pro depuis le 1er janvier dernier , première étape de l’obligation de dématérialisation pour les fournisseurs des 150 000 entités du secteur public : collectivités locales, établissements publics, services de l’Etat. Si cette obligation ne concerne pour l’heure que les grandes entreprises, en 2020 ce seront près de 100 millions de factures qui devraient transiter chaque année via Chorus Pro, en provenance d’un million de fournisseurs. Source : Acxias

Actualités en bref 18 septembre 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Projets, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Le groupe Rezidor Hotel retient Provigis. Avec 480 hôtels dans plus de 80 pays, dont 11 en France, Rezidor Hotel (groupe Carlson Rezidor) a choisi de faire appel à Provigis pour moderniser son approche en matière d’obligation de vigilance et de vérification des documents réglementaires et légaux de ses fournisseurs. Grâce à un portail web où chacun a un accès correspondant à un certain niveau d’habilitation, les équipes du siège comme celles des différents sites peuvent désormais suivre en temps réel l’avancement des opérations de contrôle de conformité. Complété par des services de relance réalisés par les équipes de Provigis, le dispositif permet aux directions RH des différents hôtels de se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée.

Nouveau directeur marketing chez Coupa. L’éditeur américain annonce l’arrivée de Chandar Pattabhiram (47 ans, University of Texas) au poste de directeur marketing. Avant de rejoindre Coupa il occupait la même fonction chez Marketo où, avec son équipe, il a réussi à faire évoluer l’offre d’un simple outil d’automatisation des tâches vers une plate-forme d’engagement marketing pour les professionnels. Chandar Pattabhiram a également travaillé pour IBM, Badgeville, Cast Iron Systems, Jamcracker et Andersen Consulting (aujourd’hui Accenture). Parallèlement, Coupa a annoncé un partenariat avec TripActions dans le domaine de la gestion des déplacements et des frais professionnels, avec comme objectif de proposer une solution de pilotage des achats associés.

Norme pour la « numérisation fidèle ». L’Afnor vient de publier la norme NF Z 42-026 relative à la « numérisation fidèle » des documents sur support papier. Fruit de deux ans de travaux, cette nouvelle norme couvre précisément la définition et les spécifications des prestations associées, ainsi que leur contrôle. Ayant vocation à servir de référentiel pour une certification, elle permettra, associée à un système d’archivage électronique certifié NF Z 42-013, et en tenant compte des futures évolutions juridiques sur le statut de l’original, d’envisager l’élimination des originaux papier. Dans le domaine des achats, cette norme va notamment pouvoir s’appliquer aux factures, ou encore aux contrats, accélérant la digitalisation des processus. Source : Acxias

Cinq leaders en e-procurement. Selon la dernière étude de Forrester consacrée à l’offre e-procurement, publiée mi-2017, le marché serait dominé par Coupa, Basware, SAP Ariba, Zycus et GEP. Tenant compte à la fois des caractéristiques de la solution et du profil de la société (stratégie, présence, revenu, etc.), à travers 30 critères d’évaluation, cette étude pointe la complexité d’implémentation des suites couvrant l’intégralité du processus achats et les limites des modules proposés par les ERP. A l’inverse, elle souligne les avantages que peut apporter un réseau fournisseurs intégré. Derrière les cinq leaders, suivent Ivalua, Tradeshift, Jaggaer (SciQuest), Tata CS, BirchStreet, Oracle et Perfect Commerce. Source : Acxias

Actualités en bref 15 juin 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Pluie d’annonces lors de Coupa Inspire 2017. A l’occasion de son événement Coupa Inspire 2017, qui s’est tenu fin mai à San Francisco, l’éditeur américain a annoncé la disponibilité de la version 18 (R18) de sa suite e-achat. Principales innovations mises en avant : l’intégration de Coupa Payments (uniformisation des processus de paiement dans 170 pays et 140 devises), d’InvoiceSmash (optimisation de la facturation-paiement), de Perfect Fit Insights (indicateurs de performance), de Risk Aware (pilotage des risques) et de Services Maestro (gestion des services complexes), ainsi que le lancement de Coupa Open Buy avec Amazon Business. Coupa a également annoncé l’acquisition de Riskopy (agrégation de données) et sa collaboration avec Sabre.

Partenariat entre IBM et SAP Ariba. SAP Ariba et IBM annoncent une alliance stratégique visant à proposer des solutions e-achats « cognitives » couvrant l’ensemble de la chaîne source-to-settle. En exploitant les technologies SAP Leonardo et IBM Watson spécialisées dans l’intelligence artificielle (IA) et l’Internet des objets (IoT), ces solutions, basées sur la plate-forme Ariba, promettent d’apporter une aide à la décision avancée aux équipes achats dans les domaines de la gestion des fournisseurs, des contrats et des appels d’offres. Dans son communiqué, IBM annonce aussi qu’il travaillera avec SAP pour migrer ses clients actuels et à venir, y compris ceux exploitant la solution e-achat Emptoris rachetée fin 2011, vers Ariba. Source : Acxias

Le Conseil national des achats fait peau neuve. Le CDAF devient le CNA : l’occasion des Universités des Achats 2017, Marc Sauvage, président du Conseil national des achats, a officialisé le changement de sigle de l’organisation et dévoilé son nouveau logo. Au-delà de ces transformations de façade, il a réaffirmé la stratégie actuelle et la volonté d’étendre les actions au-delà des frontières du pays. Au plan national, le CNA a récemment été reconnu d’utilité publique, avec un renforcement de son engagement dans le domaine des achats responsables et de sa dimension normative. Enfin, un groupe de travail a été engagé avec la DFCG sur l’évaluation de la contribution des achats à la performance financière, grâce notamment aux outils. Source : Acxias

Exercice de transition pour Basware. Pour son exercice 2016, Basware annonce un chiffre d’affaires de 148 millions d’euros, en croissance de 3 % sur un an, après les 143,4 millions d’euros réalisés en 2015. Selon l’éditeur finlandais, cette faible progression serait essentiellement liée au changement de modèle, pour faire évoluer l’offre du mode on-premise au SaaS. L’activité autour des solutions dans le cloud aurait d’ailleurs bondi de 95 %. Présent dans une vingtaine pays (Europe, Etats-Unis, Australie) dont la France, en plus de la Finlande, Basware compte aujourd’hui environ 1 400 collaborateurs. Son offre se décline en trois volets : solutions procure-to-pay, network (1 million d’entreprises actives), services financiers. Source : Acxias

Actualités en bref 29 mai 2017

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Coupa acquiert Trade extensions. L’éditeur e-achat américain annonce avoir finalisé l’acquisition de la société Trade Extensions, basée à Uppsala (Suède), qui propose une plate-forme de sourcing stratégique dotée de fonctionnalités d’« optimisation mathématique » pour accroitre la performance de la chaîne d’achats et d’approvisionnements. Lors de la phase d’analyse des offres, de nombreux scénarios pourraient être simulés pour aider les équipes achats à identifier la solution répondant le mieux aux besoins des clients finaux, en tenant compte des caractéristiques des articles, des capacités exprimées par les fournisseurs et des critères d’attribution définis. L’objectif de Coupa reste de proposer une solution e-achat globale. Source : Acxias

Basware connecte achats et finance. A l’occasion de la deuxième édition de son Basware Connect, fin avril, l’éditeur finlandais a détaillé les enjeux de la digitalisation des processus achats-finance, en insistant sur « l’importance du binôme capital humain / technologie ». Dans une intervention sur la révolution digitale et la création de valeur, Henri Isaac, maître de conférences à l’université Paris-Dauphine, a ensuite expliqué comment les nouveaux modèles de revenus et de consommation placent les données au centre de cette transformation, et le rôle croissant des technologies d’intelligence artificielle. Le témoignage de TF1, autour de la dématérialisation des factures et de la chaîne procure-to-pay, est venu illustrer le propos. Source : Acxias

Generix Group progresse de 8 %. L’éditeur français de logiciels pour les secteurs industriels, logistiques et commerciaux annonce un chiffre d’affaires de 63 millions d’euros pour son exercice 2016-2017, clos le 31 mars, en hausse de 8 %. Cette croissance est principalement tirée par l’activité SaaS qui, avec un chiffre d’affaires de 21,6 millions d’euros, affiche une progression de +21 % par rapport à l’exercice précédent. Dans le domaine des achats, l’offre Generix Collaborative Purchase-to-pay couvre surtout les fonctionnalités aval d’e-procurement et de supply chain management, ainsi que la facturation électronique. Sur la partie e-achat, en amont, la couverture reste partielle, encore focalisée sur la relation fournisseurs. Source : Acxias

L’IMM automatise le traitement des factures. L’Institut mutualiste Montsouris (IMM), établissement de santé privé d’intérêt collectif, a déployé un système de dématérialisation de ses factures fournisseurs en s’appuyant sur la solution codéveloppée par les éditeurs Qualiac et Serensia, partenaires depuis mi-2016. En restructurant le service comptable et en consolidant le référentiel fournisseurs, ce système aurait permis d’uniformiser les traitements et de centraliser la facturation. Selon l’équipe projet de l’IMM, le coût de traitement d’une facture aurait ainsi été « très nettement » réduit. Le planning prévoit désormais l’intégration progressive des bons de commande et de livraison, pour automatiser le rapprochement des données et sécuriser le processus. Source : Acxias

Actualités en bref 17 octobre 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

ScoreFact installe son siège en France. Initialement implantée à Stockholm, l’agence européenne de notation spécialisée dans les solutions logicielles vient de transférer son siège en France. Basées sur trois labels normalisés et accessibles (promising, good supplier, excellent), les notations attestent de façon neutre et claire du niveau de « satisfaction client » de chaque fournisseur. Elles permettent aux entreprises de disposer d’éléments qualitatifs factuels sur les solutions, et donc de limiter les risques d’échec pour des projets informatiques qui représentent souvent des investissements conséquents. Dans le domaine des achats, le cabinet spécialisé Acxias propose déjà ce type de baromètre depuis 2012. Réalisé tous les deux à trois ans, il propose une évaluation des principaux éditeurs et de leur solution, autour d’une vingtaine de critères notés de 1 à 5.

Un nouveau PDG pour Basware. L’éditeur finlandais annonce la nomination de Vesa Tykkyläinen (56 ans, licence en télécoms de l’université d’Oulu) au poste de président directeur général, en remplacement d’Esa Tihilä. Après un début de carrière passé essentiellement chez Nokia, à des postes de direction des ventes, du marketing et de développement de lignes de produits, il avait rejoint en janvier 2016 l’équipe de direction de Basware en tant que vice-président en charge du Business Network. Dans son nouveau rôle, il aura notamment pour mission d’accélérer le développement à l’international des activités autour de ce réseau d’échanges électroniques entre clients et fournisseurs et d’accès à des services de financement. Source : Acxias

Partenariat entre Cegedim et Oodrive. Le groupe spécialisé dans la dématérialisation annonce un partenariat avec CertEurope, filiale d’Oodrive. Cet accord va lui permettre de proposer une nouvelle version de sa solution de signature électronique CG Pass, répondant aux exigences de toute entreprise européenne souhaitant adopter ce mécanisme d’authentification virtuel. Applicable à tout type de document (contrats, bons de commandes, mandats, mails, etc.), cette solution permet de mettre en place un parapheur électronique et le workflow de signature associé, et propose son propre coffre-fort électronique avec la piste d’audit liée à l’archivage. Accessible via un portail dédié, elle peut aussi être intégrée à tout système métier. Source : Acxias

Rachat de KDS par American express GBT. Moins de deux mois après avoir dévoilé son intention d’acquérir l’éditeur français KDS, American Express Global Business Travel (GBT) annonce la finalisation de l’opération. Spécialisé dans la gestion des voyages d’affaires et des notes des frais, KDS avait récemment lancé une nouvelle version de sa solution Neo, proposant des pages plus ergonomiques, ainsi que des contenus enrichis et des fonctionnalités innovantes comme la visualisation d’itinéraires, l’accès à des informations contextuelles, etc. L’acquisition de KDS s’inscrit dans la stratégie de GBT qui entend constituer une suite de services numériques pour « optimiser l’expérience voyageur », de l’achat à la réservation. Source : Acxias

Actualités en bref 12 septembre 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Ressources.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

BravoSolution acquiert Puridiom. L’éditeur italien annonce l’acquisition de Puridiom pour renforcer sa position sur le marché des solutions intégrées couvrant l’ensemble du processus source-to-pay. Mi-2015, il avait d’abord choisi d’intégrer l’offre d’un autre éditeur américain, Verian, avant de se raviser après le rachat de ce dernier par Basware. Outre sa technologie, Puridiom, fondé en 1983, apporte son expérience de plus de trente ans sur le segment du purchase-to-pay, aussi bien dans le secteur privé qu’auprès d’organisations publiques. Effective depuis début août, l’acquisition va aussi permettre à BravoSolution, déjà présent dans douze pays sur quatre continents, d’asseoir sa présence géographique, notamment aux Etats-Unis.

Le Lean aux achats. Ivalua propose un document de 13 pages sur le Lean Management et son application aux domaines des achats et de la gestion des approvisionnements. Après un rappel des enjeux, le document explique comment la méthode, longtemps circonscrite aux processus industriels, peut être mise en œuvre par les acheteurs pour maîtriser les gaspillages et limiter les pertes. Il détaille également les facteurs clés de succès d’une démarche dans ce sens. L’an dernier, le cabinet de conseil Acxias avait consacré deux séances de ses « 20 mn de l’e-achat » au même sujet : l’une consacrée aux fondamentaux du Lean Procurement, l’autre à un exemple concret d’application à un projet d’e-procurement.

Lancement d’une nouvelle version de Tableau. Tableau Software annonce la sortie de la version 10 de sa solution d’analyse visuelle, proposée dans le module décisionnel de différentes solutions e-achats. Cette nouvelle version propose une interface entièrement repensée, qui renforce la lisibilité et le graphisme des présentations, ainsi que des améliorations en termes d’analyse et de préparation des données : jointures et filtrage entre bases de données, planificateur d’actualisation, surligneur, etc. Tableau 10 offre en outre une meilleure gestion de la mobilité, avec un nouveau générateur de format pour adapter les visuels à la taille des terminaux et des capacités renforcées pour garantir la sécurité des données accessibles en mode nomade. Source : Acxias

Exiros modernise ses outils achats. Exiros, le centre de services partagés en charge de la gestion des processus achats des six entreprises du groupe argentin Techint, a choisi de déployer la solution Ivalua dans le cadre d’un projet mondial de transformation métier. Ses anciens systèmes, trop complexes à utiliser et limités en termes de capacité de traitement, ne répondaient plus aux besoins et étaient devenus coûteux à maintenir. Le projet, qui impactera 20 000 utilisateurs, englobe les problématiques de référencement des 36 000 fournisseurs et des donnés associées, la gestion des catalogues et des articles, le sourcing stratégique, l’analyse des dépenses, la gestion de la performance et des risques, ainsi que les plans des progrès. Source : Acxias