jump to navigation

SALON – L’Intelligence artificielle à tous les étages 31 octobre 2018

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

L’édition 2018 du Salon Solutions e-Achats a confirmé la percée des technologies d’Intelligence artificielle (IA) dans les outils métier, pour assister les utilisateurs à travers des agents conversationnels, confier certaines tâches répétitives à des robots ou amener l’analyse vers le prédictif et le prescriptif. Voire permettre aux systèmes d’agir seuls, pour suppléer les équipes. Petit tour d’horizon.

Machine learning, réseaux neuronaux, moteurs d’inférence… Pas une conférence, pas un atelier, pas une carte blanche, pas un avis d’expert – ou presque – sans qu’il ne fût question d’Intelligence artificielle (IA), lors de l’édition 2018 du Salon Solutions e-Achats, organisée du 24 au 26 septembre dernier à Paris. Dès la table ronde inaugurale, pourtant consacrée aux stratégies de digitalisation de la fonction, les intervenants n’ont pas raté l’occasion de s’engager sur ce terrain. « Pour accélérer les prises de décision et augmenter la performance des achats, les capacités de reporting et d’analyse sont essentielles, et la donnée cruciale », a expliqué Anne Tessier-Chênebeau, directrice commerciale de SynerTrade. « En ce sens, nous travaillons activement sur les bots et l’intelligence artificielle ». Partageant cette approche de la création de valeur par la donnée, Laurent Guillot, directeur général des opérations d’Oxalys Technologies, a précisé que « l’IA est saupoudrée dans des fonctions comme le processus de contrôle factures et de rapprochement avec la finance, et dans le processus d’approvisionnement ». Sur le terrain, en effet, au-delà des chatbots et de quelques pilotes dans le domaine de la gestion des risques fournisseurs, les cas d’usage se limitent encore souvent à la chaîne de facturation-paiement, avec principalement du traitement d’image et de texte.

Sans omettre de rappeler les trois pierres angulaires d’une direction des achats performante (gestion des fournisseurs, des contrats, des dossiers/projets), Julien Nadaud, directeur produit chez Determine, a rappelé pour sa part que l’intelligence artificielle pouvait ne pas être proposée en natif dans les solutions achats. « Ce sont des technologies qui apportent beaucoup, y compris en s’interfaçant avec des applications spécialisées », a-t-il expliqué, soutenu dans son approche par Pierre Laprée, fondateur de Per Angusta, qui considère que « la tendance est aux solutions ouvertes, interconnectées et interopérables ». En préalable au déploiement de l’IA, la « Robotic process automation » est l’autre grande innovation du moment, pour confier à des robots logiciels l’exécution de tâches répétitives et fastidieuses. « La RPA, comme l’intelligence artificielle ou même la dématérialisation, fait partie de ces technologies qui permettent de simplifier et d’optimiser la chaîne procure-to-pay », considère Nicolas Gudin, directeur de Basware pour l’Europe du Sud. Et même, plus précisément, « les tâches à faible valeur ajoutée, notamment pour dématérialiser et rapprocher automatiquement les factures et les commandes », a complété Martial Gérardin, directeur du marché européen chez Proactis, avant d’être corrigé par Julien Nadaud : « Il ne faut pas se limiter aux opérations administratives et financières, mais proposer la RPA en natif sur tous les modules des solutions ».

(suite…)

Publicités

Actualités en bref 18 décembre 2015

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités, Offre, Projets, Ressources.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Livre blanc sur les cartes de paiement. L’Apeca (Acteur pour la promotion des échanges commerciaux et achats dématérialisés) vient de publier son nouveau livre blanc sur les « cartes et solutions de paiement » pour les entreprises et les entités publiques. Après un état des lieux mettant en relief les différentes problématiques liées à la gestion des dépenses, puis une présentation des leviers d’adoption et des freins, le document de 52 pages dresse un panorama et décrit les cartes disponibles sur le marché : corporate ou affaires, business, logée, carburant, etc. Il s’achève sur une analyse des évolutions, soulignant notamment le développement du paiement par smartphone dans la sphère professionnelle. Chaque partie est agrémentée de témoignages d’acteurs du marché.

Raja, meilleur site pour les professionnels. Le groupe Raja, distributeur de produits d’emballage, de fournitures et d’équipements pour l’entreprise a reçu le prix du «  Meilleur site BtoB » lors de la 9ème Nuit des Favor’i organisée début décembre par la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), devant LDLC.pro et Bruneau. Décliné en 18 versions locales, le site de Raja est doté d’un moteur multicritères pour faciliter la recherche parmi 10 000 références et propose son catalogue en punch out. Il permet aussi à l’acheteur, à chacune de ses visites, d’accéder à son historique de commandes, ses listes de produits, son carnet d’adresse, etc. L’an dernier, Raja a réalisé 25 % de ses 440 millions d’euros de chiffre d’affaires sur Internet. Source : Acxias

Axiscope DSP, nouvel outil de sourcing collaboratif. Créée fin 2013 par Béatrice Lamourette et Driss Rachdi, deux anciens de Microsoft, Axiscope propose une solution pour répondre aux enjeux achats aussi bien des grandes entreprises que des PME, et faciliter les interactions avec les métiers. Digital Sourcing Platform repose sur un « socle collaboratif et social » regroupant un ensemble de modules élémentaires (gestion des flux, des tâches, des documents, des droits, etc.) et d’objets (fournisseurs, contrats, produits, etc.), auxquels se connectent des briques applicatives en mode SaaS : appels d’offres, gestion des contrats, performance, etc. Après un premier pilote, plusieurs autres projets devraient se concrétiser dans les prochains mois. Source : Acxias

Oberthur Technologies démarre Coupa. Lors de Coupa Inspire’2015, qui s’est récemment tenu à Paris, l’éditeur américain a dévoilé et présenté le projet mené avec Oberthur Technologies. Si l’ensemble du processus achats est concerné, le groupe français spécialisé dans les solutions embarquées souhaitait surtout automatiser le volet transactionnel pour réorienter ses équipes sur des tâches à valeur ajoutée, en lien avec les directions de la recherche & développement et des ventes. « Dans l’industrie de la carte à puce et des systèmes associés, la rapidité d’innovation et de mise sur le marché est cruciale », a indiqué Pascal Giorgi, son directeur des achats. L’ergonomie a aussi fait la différence entre les deux solutions présélectionnées. Source : Acxias