jump to navigation

Les Business networks fluidifient les relations achats-fournisseurs 15 juin 2018

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Promu par un nombre croissant d’acteurs de la digitalisation des achats, le concept de « Business network » monte en puissance depuis quelques années et agite l’écosystème des progiciels spécialisés. Dopés par la dématérialisation des factures et l’extension de leurs services, parfois au-delà des processus d’achat et d’approvisionnement, ils permettent de gérer toutes les interactions entre un client et un vendeur et mettent souvent à disposition une base mutualisée de fournisseurs.

Après avoir optimisé leur système d’information interne, les directions achats visent désormais un optimum global intégrant les différents traitements et acteurs de la chaîne complète d’exécution. Sur cette base, une évolution des modes d’échanges et de collaboration avec les fournisseurs est en train de s’opérer, avec une évolution majeure en termes d’outils : le développement des « Business networks ». Si les solutions digitales achats restent nécessaires pour un pilotage poussé (analyse des dépenses, mesure de performance, gestion des contrats, etc.), en particulier pour les achats stratégiques ou complexes, ces plates-formes facilitent et accélèrent en effet les interactions entre les partenaires commerciaux, modifiant le schéma de fonctionnement traditionnel. « Il s’agit de servir une communauté d’échanges élargie, incluant les équipes achats ainsi que leurs clients internes du côté des donneurs d’ordres, et celles chargées des ventes chez les fournisseurs », résume Martial Gérardin, directeur général Europe de Perfect Commerce, récemment absorbé par le groupe anglais Proactis.

Ce nouveau schéma présente un intérêt à plusieurs niveaux. Les Business networks permettent d’abord de simplifier les échanges d’informations sur toute la chaîne de traitement et d’en réduire le coût selon un modèle de tarification adapté. Surtout, ils garantissent fiabilité, traçabilité, conformité et transparence des interactions suivant des processus et des règles de gestion convenus entre les partenaires. « Plus concrètement, sur un plan opérationnel, ces “réseaux Business-to-Business“ facilitent en premier lieu la mise en relation dans le cadre des consultations, offrent des solutions de gestion collaborative et en ligne des contenus (documents de référence, contrats, catalogues, etc.) et automatisent en aval les flux sur la chaîne allant de la commande au paiement, notamment pour la facturation électronique », détaille Bertrand Gabriel, directeur d’Acxias. « Ils peuvent aussi offrir des espaces de travail partagés, voire des outils participatifs : blog, réseaux sociaux, etc. ». Du côté des fournisseurs, passer par un Business network permet d’assurer un routage centralisé des flux (commandes, factures, etc.) avec plusieurs clients.

(…)

> Article intégral disponible via le site d’Acxias, janvier 2018

Publicités

La maturité digitale des fournisseurs à la loupe 27 avril 2018

Posted by thparisot in Actualités, Enquêtes, Tendances.
Tags: , , , , ,
add a comment

Facteur clé de réussite des projets de digitalisation de la fonction achats, la capacité des fournisseurs à collaborer via des solutions et canaux numériques reste perfectible. Pour mieux connaître leur niveau de maturité dans ce domaine, Acxias lance un Baromètre en partenariat avec plusieurs grands donneurs d’ordres.

Plus de deux entreprises sur cinq considèrent comme « très faible » (4 %) ou « plutôt faible » (39 %) la maturité digitale de leurs fournisseurs, c’est à dire leur capacité à collaborer avec les donneurs d’ordres via des solutions ou des canaux numériques. Et aucune ne juge cette maturité élevée (voir schéma ci-contre). Tirés d’une enquête réalisée en début d’année par Acxias auprès d’une cinquantaine de directeurs et responsables achats, ces chiffres montrent à quel point la marge de progrès reste importante pour optimiser les relations digitales entre partenaires commerciaux et maximiser les résultats.

Les grandes étapes de la chaîne de traitement bénéficient toutefois de niveaux de maturité digitale distincts. Si les segments « Source-to-contract » (sourcing, consultation, contractualisation) et « Procure-to-pay » (volet procurement : commandes, catalogues, flux logistiques) recueillent le plus de réponses « très faible », ce sont aussi ceux où les fournisseurs semblent les plus impliqués.

(…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, avril 2018

La digitalisation, au coeur de la stratégie et des bonnes pratiques achats 30 septembre 2017

Posted by thparisot in Actualités, Ressources.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

La troisième édition de la Conférence des Achats Indirects, organisée par Acxias et Ressource Consulting, avec le soutien de sept partenaires, a réuni plus de 150 personnes le 27 juin dernier à Paris. Plénière, tables rondes, et ateliers ont permis à chacun de s’enrichir des bonnes pratiques de la douzaine d’experts et responsables achats venus témoigner, après une introduction de Gilles Babinet dédiée à la transformation digitale et son impact sur les processus productifs.

Souvent considérés comme non critiques ou stratégiques, les achats indirects n’en constituent pas moins un important levier de performance pour les entreprises. Leur mise sous contrôle permettrait de réduire de près de 50 % les achats sauvages associés, avec des gisements d’économie de l’ordre de 5 %, pouvant atteindre 15 % sur certains segments. Sans s’étendre sur ces considérations métiers lors de leur mot d’accueil, Bertrand Gabriel, directeur d’Acxias, et Arnaud Perrin, directeur associé de Ressource Consulting, les deux cabinets co-organisateurs de la journée, se sont rapidement effacés pour faire place à Gilles Babinet, attendu par les quelque 150 personnes venues assister à la conférence. Pendant plus d’une heure, et avant un flot de questions témoignant de l’intérêt de l’auditoire pour le sujet, le « Digital Champion » pour la France auprès de la Commission européenne est revenu sur les moteurs de la transformation digitale qui bouleverse actuellement les organisations, et son impact sur leurs processus productifs. En particulier aux achats.

Selon lui, trois facteurs seraient à l’origine de cette transformation : l’augmentation de la puissance machine selon la prédiction de Moore, le potentiel de la multitude (contribution collaborative), la révolution de la donnée (volume, vélocité, variété). « L’une des conséquences, induite par la disponibilité de l’information et la capacité à en rendre le coût (stockage, traitement, etc.) marginal, s’exprime dans les modèles organisationnels, avec comme objectif de s’adapter aux nouveaux cycles d’innovation et d’intégrer des technologies désormais orientées client », a-t-il exposé. « L’organisation autour de plateforme en mode cloud, pour faciliter la mutualisation des données et automatiser les relations entre les interlocuteurs, en brisant la logique de silo, devient fondamentale ».

(…)

> Article intégral disponible via le site de la Conférence, édition 2017

La blockchain, nouveau maillon de la chaîne achats ? 6 janvier 2017

Posted by thparisot in Actualités, Enquêtes, Tendances.
Tags: , , , , , , , , , , , , ,
add a comment

Appels d’offres, contractualisation, passation des commandes, approvisionnements, paiements… Qu’il s’agisse d’automatiser ou de sécuriser les transactions, les domaines d’application potentiels de la blockchain aux achats semblent nombreux. Si les projets opérationnels restent rares, les systèmes d’information métiers doivent se préparer à intégrer cette technologie prometteuse. Dans cette perspective, Acxias a récemment initié un programme de veille sur le sujet et prévoit un premier prototype en 2017.

BLOCK CHAIN with red link on box background 3D illustrationSi elles n’en mesurent pas encore totalement les impacts, les directions des achats commencent à s’intéresser à la blockchain. C’est en tout cas ce qui transparait lorsqu’on les interroge sur le sujet. « Je suis très enthousiasmé par le principe même de cette technologie », assure ainsi Pascal Pelon, directeur des achats d’Axa France. « Si je n’ai pas encore repéré de solution facile à mettre en œuvre et qui respecte nos règles internes, notamment pour le paiement en euros, je reste en veille active sur le sujet ». Même position pour Joël Aznar, en charge de la gouvernance des données achats chez Schneider Electric, avec toutefois davantage de réserve : « cela fait partie des sujets que je suis, dans le cadre de mon travail de veille technologique, explique-t-il. Mais avant de lancer un projet, j’attendrai que les éditeurs métiers franchissent le pas, s’il y a un vrai potentiel à la clé ».

Rejetant l’idée d’un « buzzword » marketing, la plupart des principaux éditeurs e-achats seraient justement en train de se positionner. Ivalua, SAP Ariba et SynerTrade l’assurent en tout cas. Determine aussi, qui a d’ailleurs fait intervenir Claire Balva, cofondatrice de Blockchain France, lors de la récente présentation de sa suite intégrée. L’éditeur explique étudier le sujet depuis déjà plusieurs années, avec quelques-uns de ses clients du secteur financier notamment. « Pour l’instant, nous n’en sommes qu’à des considérations d’architectures et de choix de technologies, précise Julien Nadaud, son directeur produit. Mais deux applications nous intéressent, autour de la sécurisation des transactions acheteurs-fournisseurs, principalement les commandes envoyées, et des contrats ». (…)

> Article intégral publié dans les Actualités e-achats d’Acxias, décembre 2016

Nexans – Refonte des processus pour optimiser le procure-to-pay 23 novembre 2016

Posted by thparisot in Reportages.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Dans le cadre du programme Pace 2017, le fabriquant de câbles électroniques et téléphoniques a engagé une refonte mondiale de son processus achats, depuis le sourcing jusqu’à la facturation. Au cœur du projet, la mise en place des solutions SAP Ariba.

Pour améliorer la performance des achats, sur le périmètre des catégories indirectes, Nexans procède à une révision de ses processus métiers, à l’échelle mondiale. La priorité : systématiser les commandes et optimiser la facturation, en s’appuyant sur une solution d’e-procurement. Mais attention, « ce n’est pas un projet informatique », précise Thièry Bourany, directeur de la transformation achats du groupe (photo ci-dessous)thiery-bourany-nexans-06-2016-1, rappelant au passage que les achats directs continuent d’être gérés dans l’ERP. « En effet, le plus gros du travail porte sur le contenu, notamment la création et le déploiement de catalogues ».

Basé sur l’offre SAP Ariba, avec un accompagnement assuré par le cabinet Acxias, le système tire pleinement profit du Business network qui facilite les échanges (confirmation de commandes, accusé de réception, factures, etc.) avec les plus gros fournisseurs : 1 000 environ sur les 2 500 avec lesquels Nexans travaille en France. Mais la solution d’e-procurement touche tous les achats indirects dans 20 des 40 pays du groupe, et impacte près de 4 000 personnes. Seuls les achats de transport, d’énergie et de voyages d’affaires n’entrent pas dans le périmètre. La solution de sourcing collaboratif ne concerne, elle, que 150 acheteurs.

Depuis l’an dernier, l’objectif est de déployer l’e-procurement et le sourcing collaboratif au-delà de la France et de l’Allemagne, avec la création d’une seule base de données fournisseurs et la rationalisation du panel. Un travail colossal puisque Nexans compte 15 ERP, et donc 15 bases différentes. Le déploiement mondial a débuté par les pays les plus à l’Est (Chine, Corée du Sud) et s’achèvera en Amérique. Le groupe a aussi choisi d’externaliser en offshore les fonctions de support et d’approvisionnement. Le projet a déjà permis de réduire de 20 % les coûts de la fonction, pour un tiers en baisse des charges de personnel et deux tiers en gains achats. Soit un ROI atteint en deux ans. Sur le plan humain, les équipes achats réparties sur les différents sites ont appris à se parler. Parmi les améliorations, reste aujourd’hui à optimiser le confort d’utilisation, en particulier l’ergonomie des catalogues ou encore la performance des outils.

Actualités en bref 17 octobre 2016

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

ScoreFact installe son siège en France. Initialement implantée à Stockholm, l’agence européenne de notation spécialisée dans les solutions logicielles vient de transférer son siège en France. Basées sur trois labels normalisés et accessibles (promising, good supplier, excellent), les notations attestent de façon neutre et claire du niveau de « satisfaction client » de chaque fournisseur. Elles permettent aux entreprises de disposer d’éléments qualitatifs factuels sur les solutions, et donc de limiter les risques d’échec pour des projets informatiques qui représentent souvent des investissements conséquents. Dans le domaine des achats, le cabinet spécialisé Acxias propose déjà ce type de baromètre depuis 2012. Réalisé tous les deux à trois ans, il propose une évaluation des principaux éditeurs et de leur solution, autour d’une vingtaine de critères notés de 1 à 5.

Un nouveau PDG pour Basware. L’éditeur finlandais annonce la nomination de Vesa Tykkyläinen (56 ans, licence en télécoms de l’université d’Oulu) au poste de président directeur général, en remplacement d’Esa Tihilä. Après un début de carrière passé essentiellement chez Nokia, à des postes de direction des ventes, du marketing et de développement de lignes de produits, il avait rejoint en janvier 2016 l’équipe de direction de Basware en tant que vice-président en charge du Business Network. Dans son nouveau rôle, il aura notamment pour mission d’accélérer le développement à l’international des activités autour de ce réseau d’échanges électroniques entre clients et fournisseurs et d’accès à des services de financement. Source : Acxias

Partenariat entre Cegedim et Oodrive. Le groupe spécialisé dans la dématérialisation annonce un partenariat avec CertEurope, filiale d’Oodrive. Cet accord va lui permettre de proposer une nouvelle version de sa solution de signature électronique CG Pass, répondant aux exigences de toute entreprise européenne souhaitant adopter ce mécanisme d’authentification virtuel. Applicable à tout type de document (contrats, bons de commandes, mandats, mails, etc.), cette solution permet de mettre en place un parapheur électronique et le workflow de signature associé, et propose son propre coffre-fort électronique avec la piste d’audit liée à l’archivage. Accessible via un portail dédié, elle peut aussi être intégrée à tout système métier. Source : Acxias

Rachat de KDS par American express GBT. Moins de deux mois après avoir dévoilé son intention d’acquérir l’éditeur français KDS, American Express Global Business Travel (GBT) annonce la finalisation de l’opération. Spécialisé dans la gestion des voyages d’affaires et des notes des frais, KDS avait récemment lancé une nouvelle version de sa solution Neo, proposant des pages plus ergonomiques, ainsi que des contenus enrichis et des fonctionnalités innovantes comme la visualisation d’itinéraires, l’accès à des informations contextuelles, etc. L’acquisition de KDS s’inscrit dans la stratégie de GBT qui entend constituer une suite de services numériques pour « optimiser l’expérience voyageur », de l’achat à la réservation. Source : Acxias

LIVRE – La digitalisation des achats de A à Z 19 septembre 2016

Posted by thparisot in Actualités, Ressources.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

livre-digitalisation-des-achats-acxias-09-2016-fond2Le cabinet de conseil spécialisé Acxias publie « La digitalisation des achats », un ouvrage détaillant les enjeux auxquels doit faire face la fonction dans le cadre de sa professionnalisation et de son informatisation. Rappel des défis, présentation des bonnes pratiques, analyse du marché, évaluation des acteurs et des solutions : rien ne manque.

En trois décennies, la fonction achats s’est structurée et professionnalisée pour répondre aux nouveaux défis principalement liés à la mondialisation des échanges et à la multiplication des acteurs. Les nouvelles technologies sont aussi devenues indispensables aux acheteurs pour réaliser leurs missions opérationnelles et informationnelles avec un maximum d’efficacité et de fiabilité, en particulier dans la période de crise économique que nous traversons. Pour accompagner les entreprises dans ce mouvement, Acxias publie un ouvrage explicitant l’importance de la digitalisation pour le métier d’acheteur, articulé en quatre grandes parties.

Après une analyse des enjeux des achats et de la contribution des outils, la troisième partie présente les tendances générales du marché et les acteurs en présence, ainsi que 8 pages de tableaux fonctionnels centrés sur une trentaine d’offres. Ils offrent de nombreuses informations détaillées, sur les principaux segments (e-achat, e-procurement et supply chain management, solutions finances, Buniness networks et hubs), permettant de comparer les différentes solutions et d’identifier celles les plus à même de répondre aux besoins spécifiques des directions achats et financières.

Dans la quatrième partie, Acxias revient sur les résultats de son Baromètre de la satisfaction des utilisateurs vis-à-vis de leur solution e-achat. Y sont mises en exergue les forces et les faiblesses des principaux éditeurs présents sur le marché, à travers des radars de notation et des évaluations particulières. L’ouvrage s’achève sur un annuaire recensant une soixantaine d’acteurs et solutions, incluant des fiches signalétiques détaillées (chiffres clés, positionnement, spécialités et points forts, contacts, etc.) pour 21 éditeurs partenaires. Au final, le livre devrait devenir « une référence en la matière », comme l’estime Marc Sauvage, président du Conseil national des achats dans sa préface. De conclure : « Il deviendra très vite un outil indispensable pour réaliser les analyses pertinentes et prendre les bonnes décisions pour investir dans nos systèmes d’information achats 4.0 ! ».

« La digitalisation des achats : enjeux, bonnes pratiques et référentiel des solutions ». Editions Acxias, août 2016, 180 pages. L’ouvrage est disponible sur Amazon.

La facture électronique, réglementation et opportunités 26 mai 2016

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , ,
add a comment

Dans le domaine de la digitalisation et de l’automatisation du processus procure-to-pay (de l’approvisionnement au règlement), la dématérialisation des factures fournisseurs présente des avantages importants, notamment en réduisant les coûts de gestion et les délais de traitement, et en facilitant la mise en conformité des factures.

Afin d’offrir aux entreprises un aperçu de l’évolution de la réglementation et des opportunités relatives à la dématérialisation des factures fournisseurs, la session d’avril des « 20 minutes de l’e-achat » d’Acxias était consacrée aux enjeux de ce projet qui devient incontournable. Bien que le traitement de ces factures soit surtout du ressort de la comptabilité fournisseurs, les achats ont un rôle clé à jouer dans ce domaine, dans le but d’accroître globalement la performance du processus procure-to-pay et la contribution des fournisseurs à cette performance.

L’enjeu est d’autant plus important que, après l’obligation progressive d’e-facturation pour les fournisseurs du secteur public, la réglementation française va également imposer aux donneurs d’ordre d’être en mesure d’accepter les factures au format électronique (amendement à la Loi Macron). Cela, selon le même calendrier : à partir de 2017 pour les grandes entreprises, 2018 pour les ETI et 2019 pour les PME.

> Article intégral publié dans les comptes rendus des « 20 minutes de l’e-achat » d’Acxias, avril 2016

Performance fournisseurs : des outils pour accélérer les évaluations 7 mars 2016

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , ,
add a comment

Après une première session consacrée aux aspects méthodologiques, la séance de février des « 20 minutes de l’e-achat » du cabinet Acxias a poursuivi le cycle sur l’évaluation de la performance fournisseurs en détaillant les possibilités offertes par les outils du marché.

« Un outil ne fait pas tout », a rappelé Bertrand Gabriel, directeur général d’Acxias, lors de la session des « 20 minutes de l’e-achat » du 8 février, consacrée aux solutions d’évaluation de la performance fournisseurs. Pour autant, il peut grandement aider à préparer et à mener avec efficacité ce processus devenu crucial dans le pilotage des achats. Après un bref rappel des enjeux et de la démarche à suivre, depuis la définition des critères d’évaluation jusqu’à la gestion des plans de progrès, la présentation s’est focalisée sur les fonctionnalités entrant dans le périmètre d’un système d’information couvrant cette problématique. Des fonctionnalités regroupées en trois grandes briques, correspondant aux trois phases du processus. (…)

> Article intégral publié dans les comptes rendus des « 20 minutes de l’e-achat » d’Acxias, février 2016

La Lean pour optimiser le SI achats 8 janvier 2016

Posted by thparisot in Actualités, Ressources, Tendances.
Tags: , , ,
1 comment so far

Après une première session de présentation de l’approche « Lean management », mi-2015, le cabinet Acxias a poursuivi son cycle des « 20 minutes de l’e-achat » consacré au sujet en détaillant un exemple d’application dans le cadre d’un projet d’e-procurement.

Pour illustrer de façon concrète ce que le Lean peut apporter aux achats, Acxias avait décidé de s’appuyer sur un cas réel, en l’occurrence celui visant à améliorer l’utilisation de l’outil d’e-procurement déployé par un grand groupe de l’industrie métallurgique. Le contexte : un environnement applicatif combinant Ariba (gestion des catalogues, Ariba Network) et SAP (modules PM, SRM, MM), destiné à une cible de 600 utilisateurs mais peu exploité. L’approche Lean a été adoptée alors que les effectifs du département achats étaient en diminution et que l’usine cherchait à réduire les coûts d’acquisition des pièces de rechange, en termes de TCO (coût total). La démarche Lean pour améliorer le recours à la solution et étendre l’utilisation des catalogues, a été décomposée en 5 étapes : définir, mesurer, analyser, améliorer, contrôler. Cela, afin de clarifier l’approche et fixer des jalons. (…)

> Article intégral publié dans les comptes rendus des « 20 minutes de l’e-achat » d’Acxias, mai 2015