jump to navigation

SALON – Un engouement tout en retenue 9 octobre 2015

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , ,
trackback

Si l’informatisation de leur fonction achats est devenue une urgence pour nombre d’entreprises, les déploiements se font à pas comptés, en mesurant précisément les enjeux et les gains à attendre. C’est en tout cas la conclusion de la conférence inaugurale du salon Solutions e-achats, qui s’est tenu du 6 au 8 octobre à Paris.

20151006_142639 - recadree« C’est la demande qui crée les conditions du marché, et les clients qui orientent les choix de développement ». Lors de la table ronde d’ouverture du salon Solutions e-achats, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, Gérard Dahan a d’emblée tenu a préciser les choses. Pour le directeur général EMEA d’Ivalua, « si engouement il y a des organisations achats pour les outils logiciels, les éditeurs n’y sont pour rien ! ». Pour rien ? Peut-être pas tout à fait. Depuis quelques années, leurs équipes de R&D redoublent en effet d’efforts pour adapter les produits aux attentes fonctionnelles et à l’évolution des modes d’utilisation. « Le Saas, en diminuant les coûts de possession et d’utilisation, a déclenché une nouvelle vague de projets », a expliqué Patrick Chabannes, en charge de la stratégie produits et des ventes chez B-Pack-Selectica, suivi dans son analyse par Patrick de Coucy. « Les entreprises comprennent les enjeux et savent mieux formuler leurs exigences vis-à-vis des solutions délivrées en mode hébergé », a assuré le directeur général de BravoSolution en France, qui voit aussi arriver une nouvelle clientèle : les grands groupes de secteurs jusqu’ici retardataires, comme la banque-assurances, et les ETI.

Pour Gérard Dahan, l’accélération du marché s’explique également par le niveau de maturité atteint. « Quelques années après s’être équipées, les entreprises ont des éléments de contexte qui leur permettent d’avoir du recul, constate-t-il. Beaucoup découvrent que les solutions qu’elles ont acquises ne sont qu’en partie déployées, que leurs objectifs ne sont pas atteints ». Et souhaitent donc relancer leur chantier, en optant le plus souvent pour une suite e-achat complète afin de maximiser les gains. Les progrès des solutions en termes d’ergonomie stimuleraient aussi le marché, en facilitant l’acceptation par les utilisateurs et leur implication dans les chantiers. « Nous ne sommes pas encore dans la logique des réseaux sociaux, mais nos outils se rapprochent des plates-formes B2C et des environnement Google-like », estime Patrick de Coucy. Seulement, les entreprises ont compris qu’un projet e-achat n’est pas qu’une question d’adoption d’une solution. Il faut parallèlement adapter les processus, voire changer l’organisation et mettre en place de nouvelles méthodes. Du coup, acquiesce Gérard Dahan, « on constate de vrais changements dans l’attitude des organisations achats : après avoir scruté le marché et sélectionné quatre ou cinq éditeurs, elles prennent désormais leur temps pour réaliser un POC avec généralement deux solutions afin de vérifier les fonctionnalités, les capacités en matière de sécurité, de performance ou d’interfaçage avec le système d’information ». Les projets s’en trouvent allongés, avec des délais de prise de décision qui s’étalent parfois sur des mois.

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :