jump to navigation

ETUDE – Le marché de l’e-achat repart 9 septembre 2014

Posted by thparisot in Actualités, Tendances.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

Dans sa dernière étude annuelle sur le marché des logiciels de gestion des achats, Forrester Research prévoit une reprise des ventes qui devrait se confirmer en 2015, marquée par un regain d’intérêt pour l’e-sourcing et l’analyse des dépenses. Mais aussi un succès grandissant des réseaux fournisseurs.

Après le ralentissement de 2012-2013, le marché mondial de l’e-achat redresse la tête. Selon la dernière étude sectorielle du cabinet Forrester Research, basée sur les résultats et les prévisions de près de 120 éditeurs – dont la plupart de ceux présents en France ­-, le total des ventes au plan mondial devrait retrouver un taux de progression à deux Schema etude Forrester, marche e-achat - 09-2014, recadréchiffres cette année, autour de 10 %. Si l’hypothèse se confirmait, le marché approcherait alors des 6 milliards de dollars, soit environ 4,6 milliards d’euros (voir schéma ci-contre, cliquer pour agrandir).

Certes, les +14 % de 2010-2011 et, surtout, les +18 % de 2007 sont encore loin. Mais le redémarrage, après deux années de flottement, prouve que les entreprises ont toujours confiance dans ces outils pour mieux contrôler leurs achats de produits et de services, mais aussi réduire les coûts de traitement associés. Mieux, le cabinet table sur une accélération de cette dynamique, avec une hausse de 12 % attendue en 2015. « L’intérêt grandissant des organisations publiques pour ce type de solution crée des opportunités pour un certain nombre d’éditeurs, qui vont dynamiser le marché », argumente Andrew Bartels, l’analyste auteur de l’étude. Qui souligne également les premiers signes d’un redressement économique, au moins dans certains pays.

Si 37 % des ventes de 2013 ont été réalisées par les deux principaux acteurs (SAP et Oracle), qui gagneront encore un point cette année selon Forrester, leurs poursuivants résistent bien. En particulier ceux complétant le top 10 mondial. En revanche, les éditeurs positionnés au-delà du 40ème rang, devraient voir leur part de marché s’effriter sensiblement (moins 3 points), conduisant à d’inévitables rachats ou disparitions. La répartition géographique des ventes, elle, ne variera pas : plus de la moitié en Amérique (principalement aux États-Unis), un gros tiers en Europe, Moyen-Orient et Afrique, et le reliquat en Asie-Pacifique.

Par segment du processus achats, les tendances devraient connaître quelques évolutions notoires par rapport à celles observées en 2013. Si les ventes de solutions d’e-procurement et de gestion de la performance et des risques fournisseurs tendent à se contracter, celles sur les autres segments retrouvent des couleurs. C’est particulièrement vrai pour les outils d’analyse des dépenses, qui devraient passer d’une modeste hausse de 7 % en 2013, en chute de 19 points, à +16 % cette année. Ou pour les solutions d’e-sourcing et celles dédiées au paiement-facturation électronique, qui pourraient gagner 4 points, avec respectivement +8 % et +10 %.

Mais selon Forrester, la performance la plus significative reviendra à un outil dont la place ne cesse de croître dans la stratégie des éditeurs d’e-achat : les réseaux fournisseurs (business networks), avec +20 % attendus cette année, contre « seulement » +10 % en 2013. Au final, toutefois, la répartition du marché de l’e-achat par segment ne devrait que peu Schema etude Forrester, marche e-achat - segments - 09-2014varier (voir schéma ci-contre, cliquer pour agrandir), l’e-sourcing et l’e-procurement restant les deux piliers du processus métier.

Au-delà des évolutions fonctionnelles, l’étude confirme l’intérêt pour le modèle SaaS. dont les abonnements devraient finir l’année en hausse de 17%. « Cette progression est de 7 points supérieure à celle du marché des logiciels », commente Andrew Bartels, en précisant que les solutions transactionnelles couvrant la gestion des contrats et l’e-procurement sont aussi concernées. Sur ce dernier segment, les revenus du SaaS devraient bénéficier des efforts de SAP et d’Oracle dans ce domaine, avec leurs offres respectives Ariba Buyer On-Demand et Fusion Procurement. Pour l’ensemble du marché de l’e-achat, la répartition du chiffre d’affaires logiciels (hors maintenance) tend néanmoins à se stabiliser : autour de 75 % pour les abonnements SaaS, de 25 % pour les ventes de licences.

Publicités

Commentaires»

1. Nicolas PUDDA - 12 septembre 2014

Merci & Bravo Thierry pour cette vue intéressante.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :