jump to navigation

ACTU – En France, Pool4Tool cherche ses marques 14 avril 2014

Posted by thparisot in Acteurs, Actualités.
Tags: , ,
trackback

Après un an et demi d’existence et un démarrage plus poussif que prévu, la filiale française de Pool4Tool s’attend à voir son activité décoller dans les prochains mois.

L’année 2013 a confirmé la bonne progression de Pool4Tool. Par un long communiqué, l’éditeur d’e-achat autrichien vient en effet d’annoncer un chiffre d’affaires en hausse de près de 10%, à 8,3 millions d’euros, la prise de participation d’un fonds d’investissement et la création de deux nouvelles structures : un centre informatique à Belgrade, en Serbie, et une coentreprise avec le groupe GDP, spécialisée dans les échanges EDI.

Pour autant, la situation n’est pas totalement rose. D’abord, parce que malgré leur progression, les ventes ont connu un ralentissement après les +24% enregistrés en 2012. Surtout, les filiales à l’étranger peinent à s’imposer, en particulier la succursale commerciale ouverte à Paris à la fin de 2012. « A l’échelle du groupe, le ralentissement général de 2013 s’explique Philippe de Grossouvre - 1, Pool4Tool - 04-2014, redimensionnéepar le nombre et l’importance des projets signés lors de l’exercice précédent, commente Philippe de Grossouvre, directeur général de Pool4Tool en France (photo ci-contre). Au niveau de l’Hexagone, où les projets tardent à se multiplier après un premier contrat décroché avec VMI, les dirigeants ont sans doute sous-estimé le temps nécessaire pour faire connaître la solution et installer la marque ».

Mais l’espoir demeure. Une dizaine d’affaires seraient en cours de discussion, dans la dernière ligne droite. « Sept d’entre elles pourraient être signées avant l’été », annonce le responsable, insistant sur l’allongement des cycles de décision dans les entreprises et des critères de choix de plus en plus nombreux. Des critères pas toujours connus, d’ailleurs. « Une chose est sûre, indique Philippe de Grossouvre : lorsque notre solution n’est pas retenue, sa couverture fonctionnelle n’est pas en cause, puisqu’elle gère la totalité du processus d’achats, voire au-delà vers l’ingénierie, la qualité ou la logistique, et n’arrête pas de s’enrichir. Ni son prix, négociable en fonction du profil de l’entreprise et de la nature du projet ».

Le point faible réside peut-être dans la proximité et la capacité de réaction, alors que les équipes locales sont réduites. Mais les choses devraient changer, avec le récent recrutement d’un chef de projet spécialisé à la fois dans les achats et les outils, en l’occurrence Bertrand Maltaverne, jusqu’ici aux achats de Schneider Electric à Vienne. « Nous sommes aussi en train d’étudier des possibilités de partenariat avec des intégrateurs au niveau mondial, ajoute le directeur général France, pour nous épauler à la fois dans notre démarche commerciale et la conduite des projets ». Autant d’atouts qui devraient rapidement porter leurs fruits.

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :